Accueil > Politique | Par Jérôme Latta | 5 juin 2015

There is no alternative, florilège de la pensée unique

Pour démystifier le bréviaire des "réformes nécessaires" et de la "réalité" qui exige des "efforts" de tous (sauf de ceux qui les prônent), il peut être efficace d’en montrer l’idiote répétitivité. Exercice réussi par ce best-of de politiques et d’éditorialistes.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La pédagogie de la soumission inculquée par la doxa libérale depuis une trentaine d’années recourt finalement à bien peu de mots : son efficacité repose en partie sur ce simplisme qui permet justement d’ânonner les mêmes mots d’ordre, comme un mantra tournant en boucle dans les médias.

Aussi est-il toujours crucial de mener un travail de démontage de cette idéologie qui détourne constamment le sens des mots, et qui ne se perpétue que par absence de contradiction. Ce montage vidéo [1], constitué de séquences récentes, y parvient parfaitement en établissant un petit lexique du TINA : réformes, réalité, modernité, efforts, liberté, (augmenter le) temps de travail, (baisser les) dépenses publiques (réduire) le coût du travail, contraintes…

Un condensé de Macron Philosophie, pour ne retenir qu’un seul représentant – pas le moins éminent – du casting de cette compilation.

Notes

[1Merci à @vogelsong de nous l’avoir signalé.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions