photo Aude Lorriaux
Accueil > Politique | Par Aude Lorriaux | 19 mars 2017

Une alliance entre Mélenchon et Hamon ? Ils y croient encore

Ils sont les irréductibles de l’union de la gauche et d’une fusion des candidatures Mélenchon-Hamon. Présents à la marche du 18 mars, ils n’ont pas encore rendu les armes, même s’ils sentent bien que ce scénario est chaque jour moins probable.

Vos réactions (100)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ils ont promis de se rassembler toutes les semaines jusqu’à la présidentielle, place de la République à Paris, et dans une vingtaine d’autres villes de France. "Ils", c’est le collectif "1maispas3", qui milite pour une candidature commune Hamon-Jadot-Mélenchon. Une initiative née à la suite d’une pétition lancée sur change.org qui a rassemblé près de 80.000 signatures. Ils ne sont qu’une poignée à chaque fois, quelques dizaines, mais ils y croient encore.

« Unité, unité, unité », scandent en tapant sur une cloche une vingtaine de militants ce samedi 18 mars, place de la Bastille, pendant la manifestation pour une VIe République organisée par la France insoumise et le candidat Jean-Luc Mélenchon. Autour, les réactions sont plutôt froides. « Vous n’en avez pas assez bouffé ? », lance un passant. « Ça existe déjà un truc avec des écolos, des communistes et des socialistes, ça s’appelle la France insoumise », leur crie une femme.

Dépassement des divisions

Lucides, ils ont compris que « beaucoup de gens n’y croient plus », explique Benjamin Lemesle, un des membres actifs du collectif, qui se présente comme un "indépendant" affilié à aucun parti. Ce qui n’empêche, selon lui, qu’un « paquet de gens l’espèrent ». Et il y a selon eux encore des raisons d’espérer : « Si les Vallsistes dégagent… », suggère Christian Raynaud, militant EELV. Mélenchon, « fantasque comme il est », ajoute-t-il, peut encore décider au dernier moment de se désister. « Quand on additionne les voix de l’un et de l’autre, on est au second tour. D’autres personnes vont faire ce raisonnement mathématique », complète François Joffres, ex-militant FSU, aujourd’hui plus proche d’EELV.

[Lire aussi : "Gauche : choisir entre deux méthodes"]

« Oui mais ça n’est pas une simple addition de voix, s’ils font mal les choses ils peuvent tout perdre », nuance Clément (qui a souhaité garder l’anonymat). Entre eux, ils ne sont pas toujours d’accord, et leur union se veut justement un exemple de ce dépassement des divisions.

« Embourbés dans la dynamique de la Ve République »

Ce qui les mine, ce ne sont pas les désaccords, mais le temps qui passe, qui chaque jour réduit l’horizon. Clément constate que la mobilisation pour une union de la gauche est « en baisse » et se dit de plus en plus « pessimiste ». Il est particulièrement déçu du refus des deux protagonistes de débattre ensemble. « Plus le temps passe, plus cela devient difficile », abonde Roland Mérieux, membre de l’équipe d’animation d’Ensemble (contacté par téléphone).


Ce signataire de l’Appel des 100, qui demandait à Hamon et Mélenchon de « négocier », juge qu’il y a « beaucoup de paroles avancées » mais que les candidats restent « très embourbés dans la dynamique de la Vè République » : « Il ne suffit pas d’avoir un discours sur la VIe République, il faut que le discours soit suivi d’actes. Chacun des candidats a sa légitimité, mais la légitimité de chacun ne fait pas l’intérêt du peuple de gauche. Il faut qu’ils se réveillent ». Il leur reste encore un mois.

@audelorriaux

Vos réactions (100)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • C’est bien de ne jamais baisser les bras...
    Pour ma part, je suis tout à fait d’accord avec eux : 1 seul candidat aurait mieux valu que 3 ! Je verrai d’ailleurs d’un bon oeil encore aujourd’hui le retrait d’Hamon au profit de Mélenchon, c’est d’ailleurs le seul gage de bonne foi que j’accepterai d’un candidat socialiste suite à ce sublime quinquennat fait de recul des droits des salariés et de surcoît qui n’a objectivement pas aider les gens qui y sont à sortir de la misère...

    Le seul candidat crédible pour moi c’est celui qui défend bec et ongle un programme social et écologiste auquel ont collaboré des citoyens lambdas, des encartés du PCF, du PG, d’EELV, du PS (si, si) entrautre. En l’occurrence, celui qui "rassemble", celui de la France Insoumise donc... Comme l’a si intelligemment fait remarquer cette dame citée dans l’article.

    Dommage que beaucoup ne voit pas que cette "union" est deja effective dans le mouvement des insoumis car ils participent à justifier la candidature du représentant d’un parti qui au bout de 5 ans au pouvoir confine à la schizophrénie... Faut-il un nouveau mandat sous l’égide d’un grand malade (le PS) pour en finir une bonne foi avec ce qui reste d’espoir aux français d’un avenir meilleur pour leurs enfants ?

    Je crois que tout le monde a assez donné aux menteurs, aux cyniques et aux "réalistes" de tous poils dans ce pays (qui ne sont pas QUE de droite)... Il est tant d’agir en son âme et conscience pour donner le plus de chances de s’accomplir à un projet qui favorise la construction d’un véritable "avenir en commun" !

    carlos Le 19 mars à 15:07
       
    • Hamon vient avec son meeting de Bercy , de tenter de nous refaire le coup du Bourget.
      A gauche toute ! comme Hollande, mon adversaire c’est la finance, etc, bla bla bla.
      il faut que ce PS meure, c’est un frein à la construction d’une alternative

      dan93 Le 20 mars à 11:00
    •  
    • Tout à fait d’accord, l’union pour l’union à tout prix, pour simplement espérér sauver quelques sièges de parlementaires ! Quell cuisine déplorable.
      Il faut en finir avec le "vote utile" qui se termine toujours en vote inutile qui contribue au maintient l’ordre en place.
      Comme Hamon ne voudra pas se retirer il ne sert à rien de perdre du temps en parlotes inutiles.
      Un vent despoir se lève avec la Francr insoumise, il ne faut pas le décevoir

      charrasse Alain Le 29 mars à 15:56
  •  
  • bilan-ps.fr/Hamon-2017

    Durruti Le 19 mars à 15:43
  •  
  • J’ai défilé juste à côté d’eux en queue de marche : ces braves "irréductibles n’ont pas convaincu et sont restés bien isolés. Il est clair que la question d’une éventuelle de la France insoumise avec qui que ce soit en cette période de pleine campagne et de mobilisation électorales n’est pas à l’ordre du jour, et c’est une bonne chose : l’aborder maintenant ne serait que cause de confusion totale et de démobilisation (sans reprendre ici les arguments de fonds sur les questions de divergences de programmes et manœuvres politicardes détestables). Cela dit, un temps pour chaque chose, et si la question de l’unité doit se poser prochainement et s’avérait nécessaire, le mouvement de la France Insoumise est suffisamment ouvert, unitaire dans sa démarche et son esprit et responsable pour qu’elle ne soit pas écartée. Mais en d’autres termes certainement que ceux qui ont présidé à la création du Front de Gauche dont il faut savoir tirer les leçons de son relatif échec.

    batton.victor49@orange.fr Le 19 mars à 15:45
  •  
  • Tout ce que nous pouvons nous souhaiter c’est la division/scission en acte du PS dont déjà plusieurs "dirigeants" ont refusé leur soutient au vainqueur de leur primaire.
    Si dans les jours, les semaines qui viennent, il y a hémorragie, alors Hamon pourrait être "poussé" à claquer la porte . . .
    politique fiction, s’il en est . . .

    RV Le 19 mars à 16:18
  •  
  • On voit mal quelle peut être l’utilité de ce texte aussi bref (encore heureux !) qu’indigent : peut-on appeler article le collage bout à bout de vagues bribes issues de quelques "micro-trottoirs" ?

    Pour la bêtise crasse dont il fait preuve en l’occurrence, mention spéciale à ce "Christian Raynaud, militant EELV", qui pense sérieusement que Mélenchon, « fantasque comme il est », pourrait encore se désister en faveur de Benoît Hamon. Ça en dit long sur l’idée très personnelle que certains écologistes se font de la cohérence en politique...

    Du reste quel intérêt, même purement tactique, la FI aurait-elle à se désister en faveur d’un candidat que son parti n’a jamais vraiment soutenu et commence même à lâcher ouvertement ? Tout le monde voit bien que le P "S" mise sur Macron, pas sur Hamon...

    hopfrog Le 19 mars à 18:41
  •  
  • Comment imaginer un seul instant une union contre nature entre FI et le PS ?
    Ce dernier soutient avec sa main gauche un Benoit Hamon incertain dans sa campagne et, de sa main droite se dirige habilement vers Macron qui il faut le rappeler est l’enfant du PS.

    Soyons sérieux ! Le PS n’est plus un parti de gauche ! et si ces partisans d’une union à n’importe quel prix enlèvent le foulard qu’ils ont sur les yeux, ils verront la politique réactionnaire de Hollande-Macron-Valls depuis 5 ans : c’est du Sarkozy bis !

    Si Hamon n’est pas prêt à sauter le pas et quitter le PS, c’est que, finalement et tous comptes faits, il s’y trouve bien !
    Si Jadot n’a pas compris ce qu’il s’est passé avec EELV au gouvernement, il n’a pas de mémoire !

    Comment imaginer un seul instant que toute politique sociale en France, même a minima, suppose la remise sur le métier tous les traités européens ! Et Hamon-Jadot s’y opposent. C’est de la cécité !
    Nous en sommes là effectivement, la responsabilité en incombe uniquement à la politique PS, appuyée très souvent par la droite ou avec le levier du 49-3.

    Max Le 19 mars à 20:08
       
    • @max - 10 caractères c’est trop pour marquer l’accord :
       max +1

      carlos Le 20 mars à 13:00
  •  
  • Hamon ministre de Hollande :
     Abandon de la réforme des traités européens
     Abandon de la réforme bancaire et complaisance à l’égard de la finance
     Vote du CICE, 23,5 milliards d’euros donnés sans contrepartie aux grandes entreprises et au patronat
     Aucune revalorisation du SMIC
     Vote de l’ANI, loi sur l’emploi amorçant la casse du code du travail et la loi El Khomri
     « Il faut baisser le coût du travail »
     « Le "pacte de responsabilité" c’est 20 milliards d’euros pour alléger le coût du travail »
     Sa compagne embauchée comme lobbyiste à LVMH juste après son arrivée à rue de Grenelle
     N’a pas quitté le gouvernement, s’en est fait éjecter
     Manœuvre pour placer Valls au poste de Premier ministre
     Condamne la manifestation de Mélenchon qui divise la gauche

    Hamon au parlement :
     A voté pour les mesures d’austérité en Grèce.
     N’a pas voté la censure de la droite la seule qui pouvait renverser le gouvernement
     A décidé sciemment de ne pas participer aux votes de prolongation l’état d’urgence de février, juillet et décembre 2016
     A voté pour la loi renseignement.
     Ne sait pas s’il a voté la réforme de la prescription en matière pénale
     N’a pas signé la lettre ouverte demandant la reconnaissance de l’État de Palestine

    Programme :
     Veut une nouvelle loi travail en gardant le compte pénibilité
     Pas de constituante pour une VIe république, plutôt une révision cosmétique de la Ve
     Revenu de base de plus en plus flou
     Nucléaire : Pas d’arrêt de l’EPR
     Pas d’appui de la gauche européenne pour son projet européen

    Durruti Le 19 mars à 20:39
       
    • Merci Durruti pour cette compilation, même si tu oublies l’Europe de Merkel.

      René-Michel Le 19 mars à 23:30
  •  
  • Regards sur un journal :
    Je viens sur le sens profond de ce que vous publiez comme un leit-motiv depuis un certain temps.

    Nous traversons un moment de transition de la plus haute importance et le combat que la France insoumise livre contre les droites dans cette campagne est un combat sans quartier.

    Aussi je scrute d’un œil très critique vos publications successives, en substance dans des appels dithyrambiques "pour une union ou, pire, un désistement de Mélenchon en faveur de Hamon", estimant sans doute que c’est la seule chance de voir la gauche au deuxième tour.

    À mon avis, vous faites une erreur politique de fond. Au mieux vous troublez le débat, au pire vous contribuez à soutenir le PS et sa forme la plus droitière, qui est une évolution logique de la social-démocratie. Dans toute son histoire, cette dernière a toujours fini par trahir, y compris dans les pire moments de l’Histoire. Il n’y a pas d’exemple contraire.
    Nous avons à faire face à des courants de droite : Macron, Fillon, Le Pen qui sont tous aussi dangereux les uns que les autres et qui plus est, dont les accointances avec Hollande, Valls et consorts ne sont plus à démontrer, entre les soutiens politiques affichés et les emprunts d’idées fascisantes.

    Alors je m’interroge sur votre rôle dans cette bataille politique où les forces en présence effectivement peuvent jouer en défaveur de la classe ouvrière, employés et tous les salariés dont l’intérêt est de changer en profondeur.

    Vous savez que la France insoumise est un mouvement d’union, qu’il regroupe en son sein toutes les tendances politiques de la gauche, y compris des personnes sans engagement partidaire.
    FI fait la preuve de sa capacité à réunir sur la base d’une convention, d’une charte, d’un programme, le tout très élaboré, structuré en groupes d’appuis sur tout le territoire et vous, Regards, vous lancez dans une improbable campagne de pseudo union pour rassembler des partis dont les compromissions avec les forces de l’argent, du capital sont notoires.
    Dommage, mais c’est votre choix.

    Max Le 19 mars à 23:20
  •  
  • @article :

    "Chacun des candidats a sa légitimité, mais la légitimité de chacun ne fait pas l’intérêt du peuple de gauche. Il faut qu’ils se réveillent »

    => Petites questions de lecteur :

     La "gauche" pour votre interlocuteur à la fin de l’article... ça va de Manuel V. à Nathalie A. ?

     Avec l’expérience du quinquennat agonisant, et la victoire de Hollande en 2012, est il encore possible de croire que l’unité "sans conditions"’derrière un candidat conduit à préserver "l’intérêt du peuple de gauche" ?

     Le "il faut qu’ils se reveillent" sonnent comme un appel aux candidats... Uniquement ! Est-ce qu’il n’y a pas comme l’ombre d’un oubli sur le fait que leurs responsabilités dépassent la simple décision individuelle de se présenter ou non ? Il aurait été intéressant de l’entendre sur le fait qu’il y ait comme un défaut d’analyse à reduire le "problème" à une question d’ego alors que sur le fond, ce sont bien les sympathisants qui refusent toute "union sans conditions" en arguant d’un désaccord politique majeur et d’une forte défiance éprouvée envers l’un des 2 candidats... En l’occurrence, à l’encontre du candidat socialiste (en dehors de toute considération personnelle donc).

    carlos Le 20 mars à 09:04
  •  
  • Pourquoi une union de gauche ?

    Parce que à L’extreme droite = 25 %
    pour la droite = 20 %
    Pour le centre droite = 22 %

    En cas d’union de la gauche
    Pour la gauche =
    PS=13%
    Melenchon=11%
    Poutou et Artaud= 3 %

    En cas d’union de la gauche = 27 % Second tour viable
    En cas de desunion de la gauche = Second tour Impossible et donc accord des partis de la gauche désunie de mettre le centre droit, ou la doite, ou l’extreme droite au pouvoir à leur place

    BDPIF Le 20 mars à 09:13
       
    • @bdpif - il y a un moment ou ça va devoir rentrer :

       les voix de la FI ne sont pas additionnables à celles du PS dans la situation actuelle d’instabilité notoire du Parti socialiste : un desistement de JLM en faveur de BH et c’est l’abstention qui va bénéficier du report de voix je vous l’annonce tout net ! En effet, le candidat socialiste inspire autant la confiance que son prédécesseur dont il est devenu le défenseur du bilan, bilan au demeurant fait de casse sociale et d’accroissement de la pauvreté ! La continuité promise est donc dans ses conditions tout simplement vécue comme une provocation...

       Le NPA et LO ne se retireront jamais pour laisser leur place à un parti "capitaliste"’comme l’est le PS ou à un mouvement comme LFI qui n’avance pas le "collectivisme" comme la solution a tous nos soucis !

      carlos Le 20 mars à 09:28
    •  
    • Bonjour Carlos

      1/ Aucune voie du PS n’est compatible avec celle de Melenchon,
      parce qu’il a des tendances nationaliste et populiste, qui représente une gauche radicale et violente dans les propos, avec des affinités pour les dictatures comme La chine, La Russie, ou la Corée du nord, et qui a un programme économique fantaisiste, et Populiste. Et il s’en prends à la liberté de la presse.

      2/ Le bilan du FI n’aura été donc que de passer son temps à casser du PS pour ses intérets personels d’égémonie de la gauche et donc de laisser passer la droite ou l’extreme droite au pouvoir/

      Conclusion : Le FI est un cancer de la gauche

      BDPIF Le 20 mars à 09:39
    •  
    •  bdpif - votre réponse indique clairement que toute union est donc impossible entre le PS et PHI, je vous remercie donc d’avoir confirmer ce que nous pensons déjà tous ici...

      carlos Le 20 mars à 09:54
    •  
    • Pour ma part, si, ou je suis d’accord pour une union avec la France insoumise, tout à fait d’accord. Il suffit que Melenchon se desiste. Un seul homme, mais pas le parti.

      BDPIF Le 20 mars à 10:01
    •  
    • @Carlos

      1.
      Vous vouliez un PS moins social LIbéral sans Valls, sans Hollande, il y a eu des primaires, on vous a ecouté ! Les electeurs ont pris le plus gauche de la gauche du PS, et ont choisi Hamon qui a des thêmes qui sont très proches du mouvement des insoumis.

      2. Les electeurs du PS veulent bien d’une union avec le mouvement des insoumis, mais Sans Melenchon, Sans le PG. Et sans la même politique international.

      Le PS a fait sa part du marché pour une union de la gauche, il en paye les prix, il chute car une partie du PS trouve Hamon trop à gauche, Melenchon, lui n’ a rien fait comme compromis, aucuns ! C ’est lui ou rien !!! Je vais être méchant, mais il trahis tout ses electeurs du FI et de la gauche à qui il a promis que c’était leur programme à eux et pas le sien, en faisant celà parce qu’il ouvre un boulevard à la droite au pouvoir, ou le centre droit.

      BDPIF Le 20 mars à 10:22
    •  
    • @BDPIF - C’est noté pour la réponse à un autre sur la chemise brune... pas de soucis. :)

      A la France Insoumise, personne (ou très peu) ne souhaite épouser Mélenchon !
      Il n’est pas un gourou comme on l’a souvent répété et n’a rien d’une vedette avec ses fans..
      Pour autant, il donne aux sympathisants tous les gages indiquant qu’il défendra "bec et ongle" le programme progressiste qui constitue en somme le ferment de l’union entre tous les soutiens au mouvement aussi différents soient-ils que Buenaventura (l’anti-partidaire notoire) et Maurice (le communiste assumé) ! (mon exemple préféré... spécial dedicace !)
      PHI est donc moins une question d’homme que de programme !
      Réduire la question du vote à une personnalisation de celui-ci c’est oublié tout ça !

      La victoire de Hamon aux primaires OUVERTES marque plus le souhait de tous les sympathisants de gauche de "punir" Valls et ses acolytes pour leurs dérives que d’un véritable revirement idéologique au sein du PS dans lequel la motion "B" (soit l’aile gauche) continue de résister à 30% du moins jusqu’au prochain congrès.

      Il n’y a en effet, pas 2 millions d’adhérents au Parti Socialiste... Rien n’indique donc que le PS est moins social-libéral avec Hamon comme candidat surtout quand on voit le nombre de "blairistes" (et pas des moindres) investis aux législatives et appelés à former sa future majorité gouvernementale...

      Les thèmes choisis par Hamon sont en effet proches de ceux sur lesquels la FI travaille depuis 1 an mais celui-ci a préféré chercher l’alliance avec l’aile droite de son parti, en leur donnant des gages évidents qui ont fini par rendre son programme "flou", plutot que de chercher à unir la gauche derrière lui ! On pouvait s’attendre à ce que le candidat socialiste agisse de la sorte... de ce point de vue, il n’a pas surpris ! Ce n’est donc pas Hamon le problème, c’est le fait qu’il ait choisi d’être plus le candidat de son parti, de la continuité, que le candidat de la gauche, de la rupture.

      Pour l’heure, je dois vous contredire, seul Mélenchon n’a pas trahi ses soutiens (à savoir ses sympathisants)... Il maintien le cap et montre sa détermination à appliquer ce pourquoi nous souhaitons le faire élire. Alors que beaucoup de ceux qui ont voté à la primaire pour Hamon (dont de nombreux insoumis qui se foutent des consignes de Mélenchon), ont l’impression que le candidat socialiste rabotte ses propositions au fur et à mesure pour faire plaisir à l’aile droite de son parti... Finira t’il par oublier tout son programme pour faire totalement autre chose une fois élu ?

      La condition d’une union avec le PS à savoir LA CONFIANCE n’est pas là ! Et la confiance, ça ne se décrète pas...
      C’est d’ailleurs à la même conclusion qu’on peut arriver quand on regarde ce que vous écrivez :

      "1/ Aucune voie du PS n’est compatible avec celle de Melenchon,
      parce qu’il a des tendances nationaliste et populiste, qui représente une gauche radicale et violente dans les propos, avec des affinités pour les dictatures comme La chine, La Russie, ou la Corée du nord, et qui a un programme économique fantaisiste, et Populiste. Et il s’en prends à la liberté de la presse.

      2/ Le bilan du FI n’aura été donc que de passer son temps à casser du PS pour ses intérets personels d’égémonie de la gauche et donc de laisser passer la droite ou l’extreme droite au pouvoir/

      Conclusion : Le FI est un cancer de la gauche "

      Comment imaginer une seule seconde qu’après avoir écrit cela vous mettiez un bulletin dans l’urne en faveur du programme "fantaisiste et populiste" de la France Insoumise ?

      carlos Le 20 mars à 11:17
    •  
    • @Carlos

      Je vous rassure, c ’est effectivement inimaginable que je mette un bulletin de vote pour Melenchon en 2017, je l’ai fais en 2012, je ne vais pas recommencer

      Si encore vous aviez pu avoir la liberté de pouvoir choisir votre représentant à la France Insoumise, celà été beaucoup plus simple pour tout le monde.

      Bien, je crois que tout est dis, de votre coté comme du votre. De toute facon, voilà, les elections sont dans 35 jours, les jeux sont faits.

      On va assister à de grands paradoxes à gauche, du style

      "Les francais décus du PS et la gouvernance économique Hollande ont donc voulu punir le PS et ont donc élu le ministre de l’économie de Hollande, Macron, comme président"

      ou encore : "Les Francais décus que le PS ne soit pas assez de gauche, ont donc voulu changer d’orientation pour un PS encore plus à gauche en élisant Francois Fillon"

      sans oublier le fameux "A non, en cas de Droite /extreme droite, moi je vais voter pour mes convictions, blanc, en laissant passer le Pen Président"

      A moins d’un miracle, je crois que nous allons assister aux elections les plus lamentables de ce début de siècle. 2002 étant une surprise, mais là, nous n’en sommes plus au surprise. Bonne journée à vous !! Je m’échappe du sujet pour laisser la parole aux autres.
      Cordialement

      BDPIF Le 20 mars à 13:12
    •  
    • @bdpif -

      "Les francais décus du PS et la gouvernance économique Hollande ont donc voulu punir le PS et ont donc élu le ministre de l’économie de Hollande, Macron, comme président"

      Vous pouvez voir les choses comme ça effectivement, ce qui est légèrement différent de vouloir réellement retranscrire fidèlement les ressorts des motivations des électeurs de la FI... À savoir que les français, déçus par la politique libérale du gouvernement socialiste durant ses 5 dernières années, ont décidé d’accorder leurs voix à un autre candidat que celui assumant le bilan de Hollande...

      C’est moins absurde que de dire que pour sanctionner le PS, il faut voter PS...
      Dans le genre cohérent on fait mieux...

      A bon entendeur, les limites de la logique apparaissent bien fluctuantes !

      Carlos Le 20 mars à 13:27
    •  
    • @ BDPIF : "1/ Aucune voie du PS n’est compatible avec celle de Melenchon, parce qu’il a des tendances nationaliste et populiste, qui représente une gauche radicale et violente dans les propos, avec des affinités pour les dictatures comme La chine, La Russie, ou la Corée du nord, et qui a un programme économique fantaisiste, et Populiste. Et il s’en prends à la liberté de la presse."
      Tissu de mensonges complètement délirants qui ôtent toute crédibilité à l’ensemble de vos propos.
      Si ce n’est le "populisme" : oui, la FI et son candidat assument un programme "pour et par le peuple".

      raphaël Le 20 mars à 13:47
  •  
  • L’argument de dire que Hamon doit se retirer pour Melenchon est aussi stupide que d’énoncer que Hamon, Melenchon et Poutou doivent de se desister ensemble pour Nathalie Artaud.

    La rêgle est que les minorités et les plus jeunes se réunissent derrière les plus majoritaires et les plus anciens.

    Libre à vous de contredire les mathémtiques sur des pretextes futiles qui ne visent qu’à faire des contrefeux sur des histoires d’égos, d’egoisme ideologiques. Libre à vous de remplir des lignes d’écritures futiles.

    BDPIF Le 20 mars à 09:23
       
    • Viens me le dire en face, avec ta petite chemise rouge brun plutôt que de m’insulter devant ton clavier. Cà sera plus utile

       :)

      BDPIF Le 20 mars à 09:41
    •  
    • @bdpif - D’où sortez vous ces règles ? La soumission des jeunes aux vieux et la volonté d’une majorité imposée à une minorité, c’est exactement le contraire du dynamisme démocratique et sociétal !

      En démocratie, chaque voix est égale, jeune ou vieux... et la majorité n’existe pas en tant que "communauté" imposant à une autre dite minoritaire sa morale et ses convictions ! Le cadre démocratique veut justement que la règle soit "commune" en ce sens qu’elle garantie équité et justice et donc qu’elle ne s’applique pas au détriment de certains (lutter contre les inegalités va exactement dans ce sens) !

      Quant à l’approche "mathématique" d’une union de la gauche, elle est totalement erronée du fait que nous parlons de programmes politiques indubitablement divergeants voir contradictoires si l’on évoque ceux de "l’Extrême Gauche" !

      Vos arguments sont nuls et non avenus dans cette situation précise qui nous occupe ! Le PS a, au cours des années, par ses actions et prises de position officielle, perdu la confiance de beaucoup, beaucoup de monde ! Aujourd’hui, il n’est pas en mesure d’opérer le "rassemblement" déjà à l’oeuvre au sein du mouvement PHI. On en est même plus à se poser la question de sa légitimité tellement elle est contestée !

      carlos Le 20 mars à 09:52
    •  
    • @bdpif - me voilà fasciste alors ?

      carlos Le 20 mars à 09:57
    •  
    • @Carlos

      Non !!! Pas vous du tout ! mon commentaire était dirigé pour un autre commentateur, qui m’a insulté, comme d’habitude ! Mais le redacteur à supprimé ses messages comme certains autres d’un autre qui s’en prenait au journal. Et il a laisse le mien.

      Toutes mes excuses si vous avez crus que c ’était pour vous !!!
       ;)

      BDPIF Le 20 mars à 10:05
    •  
    • @Carlos

      De toute facon, si mathématiquement, 1+1 font 2, et que en l’état des choses vu les divisions de gauche, on en arrivera bien à second tour Droite / Extreme droite, ou Centre droit / Extreme droite, ou Droite / Centre droit.

      Pour moi, c ’est une evidence, on ne parle même plus politique sur ce sujet, mais d’evidence mathématique. Ce qui me semble être le leitmotiv des gens qui veulent bien d’une union de la gauche à ces elections. C’est touuut !

      BDPIF Le 20 mars à 10:10
    •  
    • @bdpif - à travers l’argument mathématique que vous évoquez, vous souhaitez avancer le fait que la "fin justifie les moyens"...

      Faut-il oublier les programmes et les engagements pris dans le seul but de gagner ? L’exemple de Hollande me ramène à l’idée qu’il y a des victoires bien amères difficiles à défendre après coup quand on voit la pauvreté et la casse sociale qui en ont découlé...

      carlos Le 20 mars à 11:31
  •  
  • A quel jeu Regards se livre-t-il en laissant un provocateur entraver systématiquement tous les débats, sans plus d’argument qu’une haine obsessionnelle pour JLM ? Cela nuit à la réflexion collective et en définitive au site lui-même.

    René-Michel Le 20 mars à 10:27
       
    • bien d’accord. Aussi faut-il laisser les trolls s’autodissoudre dans leur jus et converser normalement. J’appelle ça jouer à saute-moutons, on pourrait modifier le jeu et l’appeler jouer à saute-trolls !

      Max Le 20 mars à 11:24
  •  
  • Maurice !on dit le "glorieux " PCF non mais !

    Bon je reviens au sujet initial de cet article de regard qui est " une alliance avec Mélenchon ils y croient encore "

    Que leur dire a ces croyants ? et que répondre aux militants du PCF ? ( des croyants eux aussi mais dans un autre registre ) , c’est qu’ il n’est de "pire sourd que celui qui ne veut entendre".

    Alors je suis obligé de reprendre dans l’ordre de date les faits et non pas mon opinion , que Bdpif , et d’autres refusent d entendre.

    1) Mélenchon a lancé sa candidature et le concept de la FI , le
    16 février 2016 , quiconque dit qu’ il s étonne de la volonté d’aller jusqu’au bout de cette démarche est un malhonnête.

    2) le cartel Front de Gauche a été écarté des cette date et le concept de la charte FI donné a la connaissance de tous ainsi que la volonté de présenter des candidats aux législatives dans les 577 circos .Cela a été annoncé également depuis 1 an.

    3) Jamais, JAMAIS JLM n’a demandé au PCF de le choisir comme candidat et jamais JAMAIS il ne s’est engagé dans des négociations concernant les législatives. Ni n’ a engagé la FI dans cette démarche, les groupes d’appuis l’aurait d’ailleurs refusée.

    4) Le vote du PCF a été l’affaire du PC lui même et a part des remerciements, le candidat de la FI a même précisé le lendemain," ils ont choisi en leur âme et conscience sans promesse de négociations, ils feront leur campagne, nous ferons la notre "

    5) Depuis plusieurs mois et cela s’est encore renforcé depuis le résultat de la primaire PS, la FI a précisé maintes fois.
    A) JLM ne participera pas aux primaires ni PS, ni de la gauche.
    B) Aucun rendez n’a été prévu après le résultat de cette primaire, c’est JLM qui a fini par demander une réunion , Hamon l’ayant annoncé le jour de sa désignation sans jamais le faire.
    C) sans des engagements sur les "traités européens, le smic, le retrait de la lois Khomrie et la non présentation des ministres de François HOLLANDE comme député et sans date de fin du nucléaire, toute suite de discussion est caduque.

    6) La démarche FI continue et il n y aura pas de retrait de la candidature JLM , ni de retrait des candidats (es) aux législatives qui que se soit qui se présente a la circo.

    Tout cela est rappelé a chaque intervention PUBLIQUE de JLM ou d’un de ses portes paroles nationaux .

    Et des sourdingues qui ont du temps a perdre continuent sur le mode larmoyants de bêler " unionnn béééé, union bééééé "
    grand bien leur face , si cela peux les soulager.

    La démarche de la France insoumise, est de créer un mouvement qui perdurera après les élections, de changer de constitution, d être la première force a gauche, de ne plus considérer le PS solférinien comme étant une force de progrès, de ne plus faire d’alliance de façade .

    Donc la démarche ira a son terme et toutesdigression sur ce sujet n’est qu’ une conversation de bistrot, inutile et sans effet.

    buenaventura Le 20 mars à 14:50
       
    • La démarche de la France insoumise, est de créer un mouvement qui perdurera après les élections, de changer de constitution, d être la première force a gauche, de ne plus considérer le PS solférinien comme étant une force de progrès, de ne plus faire d’alliance de façade .

      Nous sommes entierement d’accord, et c ’est ce que j’écrivais depuis un an sur La france insoumise. Vous me traitiez de menteur. Vous êtes là uniquement pour faire un score. Pour être devant le PS, comme en Espagne, avec Podemos. Un podemos, qui ne fait que fait que faire passer la droite au Pouvoir et essayer de devenir la principale force de Gauche (Podemos,qui ne sert pas à grand chose, à part quelques villes) et vous vous en fichez royalement de faire délibérément passer la droite au pouvoir, ou le centre droit, voir même le Front National, qui vous permettrait peut être d’avoir une révolution dans la rue, que vous pourriez essayer de récupérer. A l’époque vous me traitiez de menteur. Vous affirmiez que non, vous étiez là parce que vous aviez l’assurance de pouvoir gagner ces elections, que c ’était possible, que tout le monde devait se mobiliser, donner de l’argent, acheter des livres, convaincre 10 personnes, parce que c ’était possible d’arriver au pouvoir. Et vous leur mentiez à ces militants. Vous n’êtes là que pour vous, vos places dans l’histoire. Vous êtes contre la loi Komry ? Vous incitez tout le monde à se revulser contre, mais vous vous en fichez que le peuple se paye des lois sociales dix fois pire que celle ci avec du centre droit ou du Fillon, vous n’êtes là que pour faire un score, essayer d’avoir un point de plus que le PS aux elections, le reste le sort du peuple, des ouvriers pendant 5 ans, vous vous en foutez royalement. Cà serait même de la chair à paté pour les prochaines manifestations que vous essaierai de récupérer.

      Les primaires de la gauche et la victoire de Hamon, ont été une épine dans votre pieds. Vous avez cherché tout les pretextes pour ne pas faire d’union. Alors que c ’était la seule solution que vos militants aient au moins un peu de leur programme en application et ne se tapent pas de la droite Hamon était un frondeur comme l’a été Melenchon quand il faisait partie du PS. Mais qu’importe ! Vous n’êtes là que pour vous, uniquement vous/ Votre idéologie. Et les militants ? ils obéiront !!!!

      Je vous l’écrivais il y a un an. Vous êtes des marchands de tapis sur un marché.

      BDPIF Le 20 mars à 18:22
    •  
    • Quand je dis Marchand de tapis, comprenons nous bien, je parle de ces gens qui organisent des réunions devant leurs camions avec pleins de gens devant en leur promettant des petits cadeaux, vous c ’est du rêve politique, et au final, les gens s’echappent parce qu’ils ont depensés tout leur argent avec moins qu’ils sont venus, et vous c ’est pareil, vous leur promettez un monde meilleur et ils vont se taper du Macron, du Fillon ou Lepen. Et aprés la vente finale, ou il ne reste que les derniers clients à plumer, vous c ’est le jour des elections, ils vont vous donner leur bulletin de vote, vous allez comme les vendeurs de tapis rentrer chez vous au chaud avec les gains, tout comme vous, vous rentrerez avec ce petit espoir d’avoir passé une bonne journée de vente, d’être passé devant le PS, voir d’avoir récupéré tout les militants du PCF.

      Nous nous sommes compris. Il y a longtemps que nous nous sommes compris ;)
      Bonne soirée aux militants de la France insoumise, et navré pour eux de la prochaine digestion financière et sociale qui les attends, malgrès tout les efforts qu’ils ont fait dans ce vain espoir d’un monde meilleur.

      Je ne conclus même pas dans un ultime espoir de proner l’union. Jamais, vous ne laisserez faire celà. Vous ne voulez pas que l’on vous vole vos clients de tapis.

      BDPIF Le 20 mars à 18:36
    •  
    • @bdpif - Ben en fait, les seuls qui ont encore un fond de commerce à défendre sont au parti socialiste...

      Je ne crois pas comme Buenaventura que la France Insoumise puisse occuper un espace central à gauche dans la durée et remplacer le PS dans l’hégémonie qui fut la sienne pour des raisons que j’ai souvent exposé et qui renvoie à la nature même de PHI, un mouvement citoyen rassembleur consubstantiel à un MOMENT, celui des élections de 2017 (présidentielle et législatives)...

      MOMENT, je l’admet volontiers, qui pourrait se prolonger cela va de soit en cas de victoire jusqu’aux travaux de la constituante, puisqu’il faudrait en défendre le projet pour le mener réellement à son terme... Mais avec une France Insoumise possiblement affaiblie, car le PCF, les autres partis de gauche ainsi que les non-encartés notamment pourraient estimer avoir à y défendre une constitution plus en lien avec leur propres aspirations... En effet, les rapports de force, irrémédiablement bousculés une fois le candidat de LFI devenu président , impossible de dire qu’il n’émergera pas d’autres mouvements mus par un puissant élan comme peut l’être PHI aujourd’hui !

      A vrai dire, j’espère bien que le temps des hégémonies sera définitivement révolu, et que le parti socialiste ne laissera sa place... à personne ! Plus de chantage au vote utile... juste des citoyens décidant du coup librement et sans contraintes !

      carlos Le 20 mars à 19:03
    •  
    • @Carlos

      Je comprends tout à fait votre raisonnement et vos espoirs.

      ...

      J’ai trop écrit sur l’article !!!! Je me demande comment Clementine et Martelli font pour me supporter !!!

      Dans l’hypothèse complement farfelue où Clementine Autain tomberait soudainement amoureuse de moi par mes ecrits et me demanderai en mariage, je ne suis pas sur qu’elle tiendrait plus de 15 jours tellement je suis bavard , ni que monsieur Martelli me prendrait en beau frêre tellement je fais des fautes d’orthographes !!! (Petite phrase d’humour pour terminer la soirée, sans fondement , arrière pensée ni réalité dans la tournure de celle ci)

      Tchao Carlos, bonne soirée !!!

      BDPIF Le 20 mars à 20:17
  •  
  • Bon mais il s’est passé quoi ? Maurice a été censuré ??????

    carlos Le 20 mars à 17:01
       
    • et ben dis donc...

      carlos Le 20 mars à 18:29
    •  
    • A mon avis, quelqu’un a du le chauffer sur le PCF.
      Maurice, c ’est un vrai communiste, il faut pas l’enquiquiner avec des propos déplacé sur le PCF.

      Filipini, vous mentez, comme d’hab, vous avez été censuré deux fois ce matin déjà. une sur qui parlait du journal regards et l’autre sur moi.

      BDPIF Le 20 mars à 18:55
    •  
    • Erratum. C ’est moi qui me plante, sur le coup. Oui, vous avez raison, Maurice est beaucoup moins censuré que vous !!!!

      BDPIF Le 20 mars à 19:02
  •  
  • Question (pas si naïve) à Benjamin, Christian, François, Clément et les autres : et dimanche, vous étiez à Bercy pour interpeller Hamon (pour, par exemple, lui suggérer de quitter le parti de Hollande, Valls et Cambadélis afin de faciliter la discussion) ? Perso, je ne pouvais pas ; j’étais à la manif contre les violences policières (couvertes, voire encouragées, par le parti de Cazeneuve, Roux et El Khomri)…

    Ferdinand14 Le 20 mars à 17:16
       
    • Et bien je doute que le départ d’Hamon du parti socialiste avant la présidentielle arrange vraiment les affaires de Cambadélis, Valls & Co....

      En l’occurrence, Hamon, cantonné à son rôle "d’extrêmiste de gauche" par l’aile droite du PS a plus pour fonction de tenter de syphonner les voix de la France Insoumise (avec par exemple le discours de "Bercy/Bourget" d’hier) que d’affaiblir réellement Macron, qui chacun le sait maintenant, focalise tous les espoirs des "blairistes" du PS.

      Il y a tout intérêt pour eux à ce qu’Hamon continue son petit bonhomme de chemin, perde la présidentielle au profit de Macron pour qu’on puisse le faire rentrer dans le rang un peu plus tard. A priori, Hamon avec les gages qu’il a su leur donner jusque maintenant a choisi d’être bien obéissant sur le sujet... Il ne fera pas ce que sa conscience politique aurait du lui dicter s’il en avait vraiment une à savoir : retirer sa candidature pour laisser gagner un candidat de gauche plutôt que de penser à l’avenir de son seul parti... et au sien.

      carlos Le 20 mars à 17:43
  •  
  • Intéressant de revenir au "fabuleux" modèle d’entente lusitanien de la gauche pris par Filoche notamment et globalement par les adeptes de l’union à tous prix... On se rappelle du voyage d’Hamon au Portugal.

    Jerónimo de Sousa, du Parti communiste portugais a déclaré ce 18 mars que si le PS d’António Costa, ne met pas en place rapidement des « mesures et des actions concrètes" en faveur des travailleurs, ce dernier perdra le soutien du PCP.

    « Nous voulons rappeler et répéter que le premier et principal engagement du Parti communiste portugais est auprès des travailleurs et du peuple et non auprès du gouvernement ou de toute autre institution », a t-il souligné.

    A bon entendeur, cette entente post-électorale (faut-il le rappeler quand même) apparaît aujourd’hui bien fragile. Voyons si celle-ci résistera jusqu’aux prochaines élections d’Octobre.

    carlos Le 20 mars à 18:39
  •  
  • Bonjour. À bdpif LE cancer ce n’est pas FI France insoumise ,mais 5 ans de gestion Hollande,et depuis 1981 plus de trente ans de revirement, reniement, et de gestion néolibérale.Apres,on peut recommencer le discours du Bourget ......mon ennemi c’est la finance, ou version HAmon il y a trop de parti de l’argent, cela finit par lasser !!!

    bob Le 20 mars à 18:57
       
    • Bonjour Bob !

      Ecoutez, 5 ans de gestions Hollande, c ’est juste une phrase qui n’implique pas grand chose.

      Celà aurait lui ou autre, il me semble que le chômage n’aurait pas été moindre. IL a fait quelques bonnes choses pour le social, avec le RSA augmenté et les compléments de revenus pour les petits emplois avec le RSA , augmentation des fonctionnaires, la Syrie,etc, et d’autres moins populaires qui font partie de la même politique pansement comme Macron ou Fillon, diminution des charges aux patrons pour augmenter l’emploi (Mouarph) comme la loi Komry.

      C ’est Straus Kan qui devait passer, Hollande était là en remplacement, il n’exprimait d’ailleurs aucune joie à être là, et je ne me suis pas trompé là dessus, ne se répresenterait pas. IL n’a d’ailleurs rien fait pour se défendre et rester . Il a envie de s’échapper depuis le début. On se souvient d’ailleurs quand il s’échappait de l’élysée en scooter la nuit pour aller voir sa nouvelle compagne.

      Avant, on surtout eu 5 ans de Sarkozy, qui a soigneusement flambé toute les finances de l’état, sans oublier le Crack Boursier précedent, sans oublier, l’état économique du monde, les décentralisations d’entreprises depuis les années 70, le modèle européen qui nous a bien plombé et dont il est impossible de partir instantanement, vu les accords commerciaux, et fonds européens que nous recoltons et donnons, que l’on doit nous rembourser.Les achats que nous faisons aux exportations par des gens sous traités. Et qui meurent de faim par moment.

      IL faudrait 3000 pages, pour parler de l’économie et pourquoi cà ne và pas.

      Il était même là au soutien avec Tsipras pour l’aider à negocier.

      Je pense que c ’était un bon président, pas assez compétent pour révolutioner la France, ni colorier le ciel avec des feutres rouges, mais il a fait ce qu’il a pu, et en majorité c ’était pas si mal. Sauf la loi Komry.

      Il aurait du faire comme Sarkozy, qui n’a pas fait la réforme des retraites et la laissé faire à Hollande, alors que cette reforme des retraites, c ’est la faute eric Woertz, ministre sous Sarko qui a piqué tout le fric des retraites, plus de 30 milliards des fonds de soutien créé par Jospin.

      Mais si Sarkozy ne l’a pas faite cette mesure impopulaire, c ’est parce qu’il voulait repasser. Hollande, à mon avis, aucune envie !!!

      C ’était pas le pire des présidents, quelqu’un pour moi à qui l’histoire rendra justice, surtout si on se tape par exemple du Fillon ou du Macron ou Lepen.

      Les gens vont comprendre la différence.

      Ce que je lui reprocherai principalement, c ’est d’avoir été trop libéral (Les frondeurs l’ont fait remarqué) et d’avoir laissé un peu mourir le PS, sans rien faire contre les attaques de la droite, de l’extrême droite et de Melenchon. Et c ’est Hamon qui en fait les frais. 5 ans de PS massacré par les populistes, son nouveau candidat, même s’il prone une politique différente de Hollande, en fera les frais.

      C ’est comme cà ...

      BDPIF Le 20 mars à 19:33
    •  
    • @Bob

      Pour mieux comprendre le cas Hollande et le fait qu’il n’ avait aucune envie d’être là, on peut le comparer à Juppé aux primaires de la droite.

      Juppé était là parce qu’il fallait, il partait gagnant mais on sentait qu’il voulait pas ! Qui’ll préférait sa mairie de Bordeaux auquel il était très attaché !!

      Rappelez vous de sa mine joyeuse quand on lui a annoncé qu’il était second des primaires. IL était content et soulagé !
      " Ha mince, c ’est pas moi !! Ho, quel dommage ! Bon tant pis, je respecte le choix des electeurs" et hop, il est parti, le grand sourire sur son visage. Et il a refusé de suite d’être la solution de remplacement de Fillon malgré les encouragements de beaucoup d’élus de droite " Ha non, c ’est fait, c ’est fait, on va pas refaire les primaires !" et hop, il s’est échappé.

      Ben pour moi Hollande, c ’est la même chose, ce qui explique qu’il ne s’est jamais défendu de toutes les attaques de tout les cotés.

      Ceci est mon point de vue personel ;)

      BDPIF Le 20 mars à 19:48
    •  
    • @Bob

      Si vous avez envie de rire un peu, regardez la télé ce soir !
      Une émission politique avec les 5 candidats qui vont avoir quelques minutes ou deux dizaine de minutes pour essayer de faire des résumés sur des programmes de 100 000 pages dont tous ne pourront jamais être tenu dans l’intégralité. Et en plus à des Francais qui ne comprennent plus trop la politique.

      Moment de bonne humeur. Les francais choisiront peut être tout simplement celui sera le mieux habillé, ou bien coiffé, ou qui parle bien simplement ’Ya ka, il faut, moi je peux"

      L’ORTF n’est plus ce qu’elle était. Ni l’enseignement.

      Bonne soirée. Cordialement

      BDPIF Le 20 mars à 19:58
    •  
    • @ BDPIF : je crois moi que tu as une vision très naïve de Hollande. Il avait très envie d’accéder au pouvoir, et très envie de l’exercer, au service de ses "maîtres" de l’oligarchie et de son projet politique depuis des lustres : faire émerger un "parti démocrate" central, hégémonique dans la gestion du capitalisme, à la suite de T. Blair ou de B. Clinton. Et si effectivement il savait dès le départ de son mandat qu’il ne serait pas en mesure de se représenter, c’est qu’il comptait bien aller jusqu’au bout de son taf. Son bilan est accablant, tu cites la seule loi Travail comme point noir, mais c’est tout son bilan qui est un reniement complet de ses "promesses", jamais un gouvernement n’a été aussi loin à droite dans le démantellement des droits sociaux, les cadeaux aux multinationales, l’abdication de la souveraineté populaire au profit du capitalisme, jusqu’aux aspects sécuritaires.
      Et il a envoyé du coup son poulain Macron en orbite, pour réaliser le "grand oeuvre" du parti central. Et a tout fait avec l’appareil PS pour que ce soit Hamon qui soit désigné, histoire de dégager le chemin pour Macron et siphonner Mélenchon. Le PS de Hamon est voué à remplacer le PCF comme "supplétif de pseudo-gauche" d’une majorité libérale.
      C’est quand même trop fort, le président qui termine son mandat à un niveau d’impopularité record et qui réussit à assurer sa succession en présentant deux candidats tout beaux tout neufs, parfaitement complémentaires, et qui tous deux dispensés d’assumer son bilan. Et cela en parvenant à mettre la droite ko.
      Non, Hollande est loin d’être celui que tu décris, c’est un stratège hors-pair, un digne disciple de Machiavel, un maître de la manipulation politique.
      Et Hamon, tout sincère qu’il puisse être, est pris au piège, il n’aurait aucun moyen de mettre en oeuvre la politique qu’il défend, et jamais le PS n’accepterait de concevoir un programme commun avec la FI, au risque de gagner et de devoir l’appliquer. La seule chose qui nous est proposé,que le PS accepterait bien volontiers, c’est un ralliement sans conditions, et la mort dans l’arène politique de la gauche.
      Le poulain, c’est Macron, c’est lui qui doit gouverner. Et la seule voie pour Hamon de prouver sa sincérité et de lui donner les moyens de se concrétiser, ce serait de constater lucidement ce double jeu de son parti, et d’en prendre acte en lui se retirant pour Mélenchon, emportant avec lui les socialistes qui méritent leur nom.
      Et là je te garantie que FI, PCF, socialistes "hamonistes" et écologistes sauront s’entendre pour construire une majorité potentielle vraiment de gauche, au service du peuple, pour les législatives, quel que soit le résultat de la présidentielle.

      raphaël Le 20 mars à 21:12
    •  
    • @Raphael

      Houlàlà Raphael, ecoutez, ne prenez pas mal ce que je vais vous dire, loin en est mon attention, je m’y connais un petit peu en politique, et ne ne pretends pas être une bible non plus, il y a bien meilleurs que moi mais par contre, j’ai lus vos ecrits et tout est completement faux et exagéré dans des mesures immenses. Où êtes vous partis vos infos ? De populistes ? Quel âge vous ? Qui fréquentez vous ? Qui vous a dis cà ?
      En tout cas, c ’est un chapelet d’anneries de propagande dont vous nous avez fait un condensé. Et que l’on a vous a fait en condensé. Changez de fréquentation politique.

      " jamais un gouvernement n’a été aussi loin à droite dans le démantellement des droits sociaux, les cadeaux aux multinationales, l’abdication de la souveraineté populaire au profit du capitalisme, jusqu’aux aspects sécuritaires.
      Et il a envoyé du coup son poulain Macron en orbite, pour réaliser le "grand oeuvre" du parti central. Et a tout fait avec l’appareil PS pour que ce soit Hamon qui soit désigné, histoire de dégager le chemin pour Macron et siphonner Mélenchon. Le PS de Hamon est voué à remplacer le PCF comme "supplétif de pseudo-gauche" d’une majorité libérale.
      C’est quand même trop fort, le président qui termine son mandat à un niveau d’impopularité record et qui réussit à assurer sa succession en présentant deux candidats tout beaux tout neufs, parfaitement complémentaires, et qui tous deux dispensés d’assumer son bilan. Et cela en parvenant à mettre la droite ko. "

      Non, Hollande n’est pas le pire président de droite de l’histoire de France, il n’ a pas mis en succession Hamon et Macron, et il a jamais mis la droite KO. C ’est le canard enchainé qui l’a fait, etc, etc, etc, etc ......

      On vous a raconté des conneries !!! Et pas des petites ! Tout simplement.
      Cordialement

      BDPIF Le 20 mars à 21:39
    •  
    • @ BDPIF : ah ah ah !
      Mais pourquoi vous interrogez sur mes sources ou mes fréquentations ? Non, ce que j’ai écris n’est que le produit de ma modeste réflexion, produit de l’observation du réel , que je pratique avec une "passion détachée" depuis plus de 30 ans. Et quelque peu nourri par un passage de quelques années au Parti Socialiste ! Et je l’ai quitté le lendemain du discours du Bourget, trop, c’est trop, oser affirmer "mon ennemi, c’est la finance" quand on est François Hollande, chantre des "trans-courants" et de la mutation libérale "nécessaire" du PS... Et je n’ai pas dit qu’il aura été le "pire" président, non, il aura été le meilleur, et de loin, ... du point de vue de l’oligarchie. Pourriez vous me citer une seule réforme qui n’aurait pas été faite dans l’intérêt de cette dernière ?
      Mais bon, je ne voudrais pas perturber vos douces illusions, allez, on se donne rdv après cette séquence électorale pour en reparler.
      Cordialement.

      raphaël Le 21 mars à 00:16
    •  
    • Ha non non, désolé Raphael, mais on rediscute pas, hein, me suis tapé 4 gugus à la télé sur TF1 me raconter des conneries, mon quota est dépassé. C ’est votre expérience du réel, ok. Chacun son réel, hein

      Vous voulez qu’on parle de l’émission ?

      J’en ai vu 1 qui m’a profondement convaincu, de par la justesse de ses propos, de par son humanisme de gauche, son sérieux de réflexion, et qui sera d’après ce que j’ai vu en l’entendant un vrai président de gauche francaise. Un bon. Un sérieux. Il y avait longtemps. Mais il passera pas, les français comprennent pas grand chose à la politique.

      Pour les autres, boarf ...

      Je vais analyser l’émission comme un bon telespectateur TF1,
      mais avec ce que j’en ai retenu par moi même.

      Macron, il est nul. Mais nul !!! Il bégaye presque, il y a autant d’enthousiasme et de véracité dans ses propos qu’un boy scout qui vends des billets de loterie. Un libéral débutant.Un peu bébête .Gentil, mais trop jeune pour être président. Le crane parfait, une bonne symétrie physique du visage, parfaite. Son succès doit peut être venir de là. IL faut pas trop en demander aux français à part des trucs aussi inutile pour voter pour lui. International, oui, bon discours,il a l’air fiable mais boarf, a t’il les épaules ? Ne va t’il pas nous begayer devant Poutine et Trump ? Bon, sans commentaires de plus. Une pomme pas mure.

      Fillon. une jolie veste. Une expression de pitié et de souffrance entre le mari qui avoue à sa femme qu’il l’a trompé et qui regrette et les peintures de Jésus qui porte sa croix et qui enrichissent nos églises. Economie, pareil, de vieilles recettes de grand père, international, un bon facho proche de Poutine et de l’Iran. Un bon mélange de Reagan et Raffarin, mais il est con, certes, mais il a toutes chances quand même de passer au second tour. Le fric, les riches, les enfants de droite, ceux qui payent des impôts voteront pour lui.

      Le Pen/ Sans commentaire. La fille du borgne, Subtile melange de petainisme et de vieux merou pourrie. Pro Poutine/ Les vieux fachos, et leurs enfants, les racistes voteront pour elle. Et les cons surtout. Donc de grande chance de passer au second tour, voir de gagner les elections.

      Melenchon/ Sans commentaire. Tout le monde est pour lui ici, donc je vais vexer personne. Juste une chose, merci à Coquerelle et à Charlotte d’essayer de ne pas être crevé de rire, en même temps que ses 4 concurrents derrière Melenchon quand il parle de son discours economique. C ’est, j’ai trouvé, très déplaisant, que ce soit pour Melenchon, et surtout pour ses militants. S’ils ont des blagues à se faire, qu’ils se les fassent ailleurs mais pas dans une émission politique de ce niveau. Manque de respect pour Melenchon et ses militants.
      Sinon, j’ai trouvé Charlotte Girard absolument magnifique, une très jolie femme.

      Voilà, c’était nul, c ’était TF1.
      Un bon antidépresseur et au lit pour ma pomme.

      Bonne nuit Raphael :)

      BDPIF Le 21 mars à 01:03
    •  
    • Moi j’ai péniblement réussi à écouter quelques brides de ce débat sur France Info, en bossant, et là à l’instant la conclusion chez moi (j’ai pas la TV). Je te suis sur Macron (et Fillon et Le Pen), c’est vrai que Mélenchon ne pas paru particulièrement à l’aise, ce à quoi on pouvait s’attendre, et c’est vrai aussi que Hamon m’a semblé s’être bien débrouillé, ce dont je me réjouis. Mais je vais essayer de réécouter tout ça plus tard avant de me faire une idée.
      Bonne nuit à toi !

      raphaël Le 21 mars à 01:21
  •  
  • Comme cela a été déjà dit sur ce forum à plusieurs reprises : le PS a tellement déçu tant de gens depuis ces cinq dernières années que ce n’est pas le tour de piste du dernier quart d’heure d’un BHamon qui suffira à sauver les meubles d’une social- démocratie française à bout de souffle. Seuls JLM et la FI peuvent, à la rigueur, la régénérer et lui redonner des couleurs avec leur programme "l’avenir en commun".

    À court terme, alors que les indécis et les abstentionnistes sont légion, une gauche , plombée par le bilan hollande, sans programme commun et se présentant divisée aussi bien à l’élection présidentielle qu’aux élections législatives, va à un probable échec d’ampleur.

    Après une campagne électorale et des élections atypiques à plus d’un titre,attendons-nous donc à une recomposition politique d’envergure aussi bien à gauche qu’à droite.

    Et méditons sur les situations grecque ,espagnole et même portugaise qui ne sont nullement "révolutionnaires" malgré l’addition d’une crise économique, sociale et politique sans précédent.

    Alexandre A. Le 20 mars à 19:18
  •  
  • Moi aussi j’ai défilé samedi dernier de Bastille à République pour la VIe république. S’il y avait beaucoup de monde, je n’ai pas ressenti cette dynamique fédérative des différences et surtout conquérante qui annonce le succès électoral.

    Il y n’avait même pas ce" marchons côte à côte et frappons ensemble" auquel un Maurice Thorez ou un Waldeck Rochet avaient su appeler la gauche toute entière et le "peuple de gauche" à différentes périodes difficiles pour l’union de la gauche.

    Alors que "les blés sont sous la grêle" (Louis Aragon) Ils étaient trop nombreux les "fous qui font les délicats". Bref, L’absence de programme commun, la division entre PS et FI, le cavalier seul de Hamon et de Mélenchon, expliquent que ce formidable rassemblement citoyen n’inclinait pas à la réjouissance le militant syndical et politique que je suis.

    Albert Dumain Le 20 mars à 20:14
  •  
  • Ne nous énervons -pas ! SVP, je constate une fois de plus qu’il n’y a pas pire anti communistes que ceux qui y sont entrés un jour comme on entre en religion et l’ont quitté comme les religieux se défroquent. Cela dit, où se trouve la cécité politique ? Quand on affirme sans preuve que la FI est le creuset d’un nouveau PCF et que "l’avenir en commun", c’est la même chose que "la France en commun"... ou quand après avoir lu les 120 pages du programme de la FI , on n’est sûr que le capitalisme régulé à la manière n’a aucun souci à se faire pour continuer ses méfaits .On peut toujours rêver, mais plus dur sera la chute !

    Albert D. Le 20 mars à 20:40
  •  
  • Bonjour
    Ce que certains ne comprennent pas, a mon avis, c’est que 1 plus 1 , ne font pas deux en logique électoral, et mêmes 3, en espérant qu’avec la dynamique cela profiteras à la gauche ;Pour moi si Mélenchon se retirer, s’effacer face a Hamon, une bonne partie d l’électorat Mélenchon ne se déplacerais pas au second tour, et peut être une minorité voterais FN . Mélenchon empèche une partie de l’électorat soit de s’abstenir , soit de filer vers le FN, il ancre une partie de l’électorat à gauche, mais qui ne veut pas voter PS.Je pense aussi qu’une partie, plus ou moins importante de l’électorat potentiel de Mélenchon, a voter Hamon au primaire, car lucide, que Mélenchon ne pouvez gagner seul, ne suivant pas les directives de certains responsables de FI, mais pariant sur une volonté unitaire et une démarche sincère de Hamon. On verra...
    Mais je continue a penser que deux candidats au premier tour, c’est mieux, comme dynamique et que chacun laboure son champ au mieux, et après mettent leurs force en commun.

    bob Le 20 mars à 21:18
  •  
  • S’il vous plait ; on ne dit pas "la gauche" mais "la deuxième droite".

    cf : La deuxième droite, par Jean-Pierre Garnier et Louis Janover, Éditions Agone, 2013.
    1ère éd. 1986.

    Durruti Le 20 mars à 22:54
  •  
  • On s’amuse bien sur ce forum , entre les tenants du PS, ceux du PCF et les éternelles révolutionnaires fiévreux , c’est croquignolet ! je trouve.

    Comme je l’ai déjà écrit, dans l état ou en est de la gauche en ce moment , il n’ y a pas de gentils, ni de méchants, il y a 3 courants .

    Les conservateurs attachés a leur partis comme des puces sur le dos d’un chien, il leur faut de la nostalgie, des drapeaux ! des "guides " comme dit plus haut Albert "Il y n’avait même pas ce" marchons côte à côte et frappons ensemble" auquel un Maurice Thorez ou un Waldeck Rochet avaient su appeler la gauche toute entière "

    les larmoyants bêlant " unitééé bééée " aveugles de surcroit qui trouvent toute les excuses a Hollande comme BD pif "Et c ’est Hamon qui en fait les frais. 5 ans de PS massacré par les populistes, son nouveau candidat, même s’il prône une politique différente de Hollande, en fera les frais."

    Les révolutionnaires folklo et immatures qui trouvent toutes les vertus a Arthaud ( imaginez la en ministre de l intérieur, quel cauchemar ! ) et Poutou en président ; la rigolade ! .

    Reste ceux qui ne veulent pas que Macron finisse le grand œuvre d Hollande, et qui se battent pour redonner la parole au peuple et préparer l’avenir de la gauche débarrassée de ces scories du passé

    c’est a dire la FI "keynésienne" suivant le catéchisme révolutionnaire

    buenaventura Le 21 mars à 00:57
  •  
  • Melechon à propos de l’echange Macron/Hamon : "Il faut bien qu’il y ait débat au PS !"
    Ooooooh mais que c’est juste.... Ah Ah Ah Ah
    Je m’en suis toujours pas remis.

    carlos Le 21 mars à 06:59
  •  
  • Il faut arrêter avec ces histoires de ralliement par "par les chefs". C’est amusant de rapprocher votre autre article "Désormais tu es corporate", car il s’agit bien de cela !

    Le PS propose une plateforme de gouvernement, alors que le Front de Gauche propose que la société française se regarde droit dans les yeux t reprennent conscience d’elle même pour qu’elle redéfinisse un projet politique à son image et à son heure.

    Ce n’est donc pas parles "chefs" que les citoyens vont se rallier à une ou l’autre composante, mais sur des convictions et vers un projet.

    Il faut en finir avec la tambouille électorale à la mode PCF et consort pour avoir le pouvoir pour le pouvoir et pour financer ses propres structures. Il s’agit de la vie commune, du vivre ensemble, au sens de la citée.

    La Renaudie Le 21 mars à 08:16
  •  
  • Avec JLM ,100 000 et plus à la République samedi 18 mars pour la Vie république contre 10 000 environ à Bercy avec Hamon. Hier soir , le sondage après l’émission de TF1, Mélenchon : 49% et Hamon : 8%. Il n’y a pas photo ! Si union ou alliance il doit y avoir d’ici le premier tour entre Hamon et Mélenchon , lequel à votre avis est le mieux placé pour dicter ses conditions programmatiques et revendiquer le désistement de l’autre en sa faveur ?

    Liliane K. Le 21 mars à 08:23
       
    • "Hier soir , le sondage après l’émission de TF1,"

      11 candidats à l’élection présidentielle. Hier soir sur TF1, 3h30 de débat pour seulement 5 candidats privilégiés. Temps de parole non décompté, les règles ne s’appliquant qu’à partir d’aujourd’hui. Les candidats censés représenter la gauche, Mélenchon et Hamon ont-il dénoncé ces règles anti-démocratiques ? Non.

      Durruti Le 21 mars à 09:20
    •  
    • Cà y est , d’un coup il est passé à 50 % d’un coup ?
      Et sur les sondages d’autres instituts, il serait plutôt monté à 20 % et Hamon à 11 % ?

      1/ La magie de la bétise humaine, on comprends que les chaines de droite veulent favoriser les divisions à gauche et faire monter le melenchon au maximum. Mais j’ai bien vu l’émission et je ne voulais pas vous le dire parce que je pensais que Melenchon allait descendre à 8 % tellement il a été nul. Tout le monde était crevé de rire sur son programme economique, même ses militants derrière lui, il a proné la valeur travail contre le revenu universel, et sa conclusion finale, un condense de présentateur météo sur Télématin, ave c les tempêtes, les guerres à venir et compagnie. Il a été nul !!! Le plus nul de tous, et c ’était tragique. Je ne comprends plus leurs sondages.

      2. Ce sondages sont peut être vrai, il a peut être doublé d’electorat, juste sur une blague, et en faisant rire tout le monde. Les francais seraient des incultes, des anes, qui ne connaissetn rien à la politique. Mais même, cà fait pas réaliste

      3. La droite veut tout faire pour couler le Hamon et le Macron veulent tout faire pour faire monter le Melenchon, comme en 2002, avec les campagnes dans les médias sur l’insecurité qui ont fait couler le PS

      Ces sondages sont irréalistes, completement, mais peuvent être vrai, mais quand même ... On est dans science fiction

      BDPIF Le 21 mars à 10:13
    •  
    • @Durruti - L’idéal serait d’avoir un autre format plus adapté au nombre important de candidats par exemple :

       1 "sujet" par débat de 4 heures sur 7 ou 8 sujets autours d’une "table ronde"

      ça fait beaucoup de sujets, beaucoup de débats, mais tout le monde pourrait s’exprimer...

      Quant à reprocher à Mélenchon de ne rien avoir dit, c’est oublié un peu vite l’hyprocrisie des 3 autres à le dénoncer tout en restant pour mener le débat malgré tout...

      carlos Le 21 mars à 10:17
  •  
  • "Dépasser les divisions" à gauche.

    Vieux et vaste débat qui occupe "les gauches" depuis au moins les lendemains de la Commune de Paris en 1871...Il est vrai que l’union, à défaut de l’unité, a produit des avancées sociales et sociétales remarquables , des progrès dont nous bénéficions tous encore aujourd’hui.

    À gauche, une culture de polémiques et d’affrontement stériles contredit en permanence l’aspiration au "tous ensemble", que ce soit dans la lutte syndicale ou politique.

    En tenant compte des leçons de l’histoire et si l’on veut faire bouger les choses en 2017, le dépassement des divisions est évidemment à l’ordre du jour . Pourtant , il se trouve toujours des gens qui prétendent incarner le changement progressiste et une" révolution citoyenne"sans passer par la case union, faisant comme si construire l’union était un combat inutile.

    Que ne voient-ils pas que ,sans elle, ils ne parviendront pas à faire bouger les choses réellement et que leurs proclamations d’ insoumission, si fondées et si dynamiques qu’elle soient ,resteront finalement lettre morte ? Hélas, une fois de plus !

    Fabien Deléage Le 21 mars à 09:23
       
    • Non, l’union n’est pas un combat inutile, mais encore faut-il qu’elle soit possible. Si Hamon se positionne de manière à ce que cela semble le cas, il ne faut pas oublier qu’il est le candidat officiel du parti au pouvoir, désigné au cours d’une primaire ouverte qui ne donne aux électeurs aucune prise sur la définition du programme, et sur les moyens de sa mise en application, c’est à dire sur le choix des candidats aux législatives. Hors bon nombres des candidats investis par le PS soutiennent déjà le candidat officieux de leur parti, Macron, et la plupart des autres attendent, en "restant groupés", le signal de l’Elysée. Qui arrivera dès le soir du premier tour.
      En supposant que Hamon ne soit pas complice de ce double jeu et qu’il est vraiment sincère, il lui reste peu de marges de manoeuvre pour permettre à une gauche de gauche d’émerger voire de gouverner. En tous cas, les cartes sont entre ses mains. Si Mélenchon s’était rallié à sa candidature, seule option envisageable pour le PS, cela aurait fait disparaître la gauche, tout simplement.
      A moins du ralliement inverse, ce qui entraînerait une dislocation du PS, avant le premier tour cette union n’aurait donc pas de sens. Le mieux est donc qu’ils continuent tous deux à labourer leurs terrains respectifs, complémentaires mais pas additionnables en l’état, et qu’au soir du premier tour Hamon prenne clairement position pour une alliance avec la FI, quel que soit l’ordre d’arrivée, la présence ou non au second tour, ... Et là il aura utiliser la force que lui confère sa désignation par les citoyens pour forcer les élus du PS à se déterminer, notamment en vue des législatives qui suivront. Ce qui est l’essentiel, car quel que soit le président élu, c’est bien la majorité législative qui détermine la politique de la nation.
      Mais honnêtement, je crains que, très attaché à la survie de l’appareil solférinien dont il est un pur produit, il ne se plie à la volonté dominante en son sein qui est bien de construire une nouvelle majorité centrale autour de Macron...

      raphaël Le 21 mars à 11:06
    •  
    • @ Fabien Deleage

      Attention de pas laisser croire que " les avancées sociales et sociétales remarquables " sont le produit d’accord au sommet de dirigeants.

      Ces progrès sont le fruit de luttes acharnées, politiques et syndicales, pendant des années, notamment de la part de la classe ouvrière. Ce sont les revendications et les mobilisations qui ont arraché ces progrès aux capitalistes.

      " La lutte de classe existe et nous l’avons gagnée "
      Warren Buffette

      GG Le 21 mars à 12:52
  •  
  • Vous savez quoi , j’attends avec impatience le débat "des petits candidats entre eux " , pour voir les audiences .

    3H30 a 4h00 avec Poutou, Cheminade, Arthaud, Asselineau , et en guest star Dupont Geignant .Ca va être gai et passionnant , surtout avec Natalie Arthaud , toujours pertinente et déroulant un discours clair et agréable a écouter .

    Mais a par aboyer comme BDPIF ( le roquet girouette ) que Mélenchon allait descendre à 8 % tellement il a été nul ;
    Rien n’a attiré votre attention ? non ? et pourtant un certain nombre ici se piquent d être de fin politologue .

    A part Jean Luc Mélenchon personne n’a attaqué Fillon sur les " affaires " , sur sa mise en examen . Incroyable alors qu’ il se moque des jugements portés sur lui ! qu’ il parle du tribunal médiatique, de la république des juges , personne ne l’a mis en difficulté sur ce sujet ?? !! .

    Vous imaginez ce matin la tète des enquêteurs de la brigade financière, des juges, des journalistes du Canard enchainé ? cela doit les encourager a continuer leurs enquêtes et investigations !.

    Fillon était au début anxieux, coi, penaud et il a pris au fil du débat de l’assurance, de la hauteur même, se posant en homme d état et terminant par une profession de foi , classique mais le positionnant comme un candidat normal et expérimenté.

    Ce qui aurait du être son Waterloo médiatique , c’est transformé grâce a la complaisance d’Hamon en particulier et la nullité crasse de la matrone Le Pen Grande bouche de bistrot en une séance de rattrapage réussie.

    Vous savez quoi BD pif, vous qui jappez a la trahison des classes populaires , la petite envergure d Hamon hier soir , va nous valoir la retraite a 65 ans et la mort de la sécurité sociale.

    Tout sauf MELENCHON n’est ce pas les Durruti et consort ?

    buenaventura Le 21 mars à 11:35
       
    • Tout sauf MELENCHON n’est ce pas les Durruti et consort ?

      Pour ma part je n’ai jamais dit, ni pensé ça.

      Durruti Le 21 mars à 13:14
  •  
  • GG vous avez mal lu : je sais bien que l’union n’est pas qu’une démarche de "sommet" : elle est le rassemblement de celles et ceux qui se battent contre la classe dominante pour défendre ou conquérir des avancées dans leur vie . Elle se construit à la base avant de se manifester au sommet.

    Toutefois, du fait de la délégation de pouvoir, l’aspiration à l’union s’incarne dans des personnalités qui se trouvent propulsées sur le devant de la scène politique, par leur qualités propres et leur engagement et leur dynamisme reconnus . C’est ainsi.

    En 2017, beaucoup de gens de gauche se sont tournés vers les deux champions de la cause social démocrate qui ont été qualifiés (les 500 signatures)pour participer aux élections présidentielles.

    Pour avoir négliger l’aspiration à l’union, et n’avoir rien fait pour la concrétiser, ils vont perdre tous les deux et hélas, avec eux, ceux et celles qui leur font confiance.

    Fabien D Le 21 mars à 13:20
       
    • @ Fabien D

      Je vous ai bien lu. A quoi aboutirait une union avec Hamon qui investit aux législatives Mr Walls et Me El Khomeri, pour ne citer que ces deux là ?

      Ce serait courir au devant de nouvelles trahisons et porter le FN a plus de 50%. Ce sera sans moi, et je suis convaincu que je ne suis pas le seul à avoir cette position.

      GG Le 21 mars à 15:50
    •  
    • @Fabien D

      Juste pour conclure, souvenez-vous, mai 1981 victoire de"l’union " de la gauche , 1983 tournant vers l’austérité, le 24 juin 1984 2 millions de manifestants dans la rue, selon les organisateurs, 850 000 selon la police, pour La défense de l’école privée. L.e 14 juillet 1984 retrait de la loi Savary, démission de P Mauroy remplacé par L Fabius le 17 juillet 1984, le 19 juillet les ministres communistes quittent le gouvernement, la conversion au néolibéralisme est déjà bien entamée.

      Pourtant cette union là avait été préparée de longue date. Conclusion une union qui n’est pas clair sur les objectifs et les moyens d’y parvenir, conduit immanquablement à l’échec et à la trahison. Les changements ou les conservatismes c’est par la lutte et la mobilisation qu’ils s’imposent.

      Retenons les leçons de l’histoire.

      GG Le 21 mars à 16:49
    •  
    • @Fabien D

      "Pour avoir négliger l’aspiration à l’union, et n’avoir rien fait pour la concrétiser, ils vont perdre tous les deux et hélas, avec eux, ceux et celles qui leur font confiance."

      Je crains que ce ne soit pas si simple... Je ne saurai analyser sereinement celle de Hamon mais Il me semble que la position de Mélenchon reflète plus l’état d’esprit qui règne chez les sympathisants de la France Insoumise qu’une simple prise de position personnelle.

      En l’occurrence, accepter sans aucun gages de s’effacer derrière le candidat socialiste, puisque c’est ce que Hamon demandait alors que :

       Le quinquennat qui s’achève, désastreux en terme de casse sociale, est l’oeuvre d’un président et d’un gouvernement issus de ce même parti (gouvernement dont à lui-même fait partie Hamon)...

       L’accord passée entre les verts et le candidat socialiste à la dernière présidentielle (en 2012) s’est traduit concrètement par... le néant en terme de politique gouvernementale "engagée"... (ce qui donne une idée de la valeur des accords passés avec le parti en question).

       L’appareil du Parti Socialiste ne se reconnait pas dans son candidat à l’élection présidentielle et ne le soutient que du bout du lèvre...

       Nombre de candidats socialistes investis aux législatives ont une vision diamétralement opposée à celle de Benoit Hamon et ne participeront pas à conforter une majorité pour gouverner...

      Je doute que cette "union" ait abouti à autre chose que le maintien d’une désillusion ravageuse génératrice d’abstentionnisme ! Mais peut-être que, comme le pense Filoche, vous êtes de l’avis qu’elle aurait débouché sur le "départ" de 50.000 à 100.000 sectaires des rangs de la FI et du PS pour 2 millions de voix gagnées aux élections !
      Pour ma part, je ne crois pas que jouer les comptables en politique en additionnant des pourcentages soit vraiment intelligent. A moins de considérer que les électeurs n’en aient strictement rien à cirer des programmes et du fait qu’ils soient ou non appliqués...

      carlos Le 21 mars à 17:42
  •  
  • À la lecture des contributions on constate que beaucoup d’entre elles sont dans la politique politicienne , notamment celles relatives à une union au sommet, " mère de toutes les batailles", soit disant. Très peu d’entre elles se préoccupent de notre capacité de mobilisation.

    Or rien ne se fera sans mobilisation, il faudra se battre. Car en face, siJL Mélenchon gagnait l’élection, ceux qui détiennent le pouvoir économique et ceux qui les servent, ne se laisseront pas faire sans se battre. C’est ce qui s’est passé en Grèce, à Chypre, et JL Mélenchon à lui seul, sans une forte mobilisation ne pourra pas appliquer le programme de la FI.

    Si nous sommes contraints de sortir de l’euro , la vie ne sera pas un long fleuve tranquille. C’est cela qui devrait nous préoccuper tous, et non pas des histoires d’accord au sommet.

    La marche pour la VIe est une première pierre, il en faudra beaucoup d’autres, avec plus d’ insoumises et d’insoumis . Rien ne nous sera donné, de la part de nos adversaires tous les coups seront permis.

    Rappelez-vous le slogan de la droite française " Plutôt Hitler que le Front Populaire "

    GG Le 21 mars à 13:48
       
    • GG , la lutte d es classes n’a jamais été "un long fleuve tranquille" et nous connaissons les vertus dynamiques des mobilisations à la base pour modifier les rapports de forces .
      Et c’est précisément ce qui manque le plus aujourd’hui : la mobilisation. Car, en dehors des quelques centaines de militants de la FI, on ne voit pas se lever "le peuple de gauche", échaudé qu’il est par les promesses trahies des bonimenteurs de la "gauche" socialiste. Voilà pourquoi cette mobilisation faisant défaut comme cette union qu’elle aurait pu porter, nous en sommes au point où nous en sommes.

      Flavien R Le 21 mars à 14:06
    •  
    • @ Flavien R

      " quelques centaines de militants de la FI " quid des 130 000
      manifestant du 18 mars ?

      On s’en fout de qui a une carte ou pas, l’important c’est que les gens descendent dans la rue pour défendre leurs revendications. Il ne faut pas être défaitiste en jouant les oiseau de mauvaise augures.

      Encore une fois l’union pour l’union est démobilisateur, si Hamon veut l’union qu’il quitte le P"s". Il est avec Macron le candidat du P"s" , il n’aura pas mon vote,ni celui de ceux qui ont compris qu’il n’y a rien attendre du P"s" tel qu’il est aujourd’hui et tel qu’il sera demain .

      L’etat de la gauche est résultat de trahisons successives depuis 1983 de la part du P"s" , cette trahison a atteint son apogée avec F Hollande, qui a ajouté la violence ( 49.3, répression policière ). Avec pour conséquence logique la montée du FN, très pratique pour justifier le vote " utile "

      A jouer avec le feu on finit par se bruler

      GG Le 21 mars à 15:14
  •  
  • Bonjour
    Dans une démarche plus unitaire et constructive , voir vidéo Politis : débat Généreux/Piketty sur l’Europe.

    bob Le 21 mars à 17:41
  •  
  • GG, est-il bien sérieux de qualifier de "militants de la FI", les 130 000 marcheurs de samedi 18 mars pour la 6e République ? j’y ai vu beaucoup de drapeaux et de sigles qui n’étaient pas ceux d e la FI et parmi eux, mais oui ! ceux du PCF notamment. Si vous continuer de prendre vos désirs pour la réalité, la chute n’en sera que plus rude .

    Blanche C. Le 21 mars à 20:50
       
    • Oui vous avez raison blanche , c’est le PCF qui a tout organisé. C’est Laurent qui est a l origine de la marche de la bastille.
      Vous avez raison, d’ailleurs vous avez toujours raison ;
      merci au PCF, Longue vie au PCF , vive le N° 1 , vive Staline.

      buenaventura Le 21 mars à 22:33
    •  
    • @blanche - alors je vais peut être vous apprendre un truc mais on peut être encarté au PS et être "insoumis" en même temps ... La France Insoumise ne demande pas en effet à ses militants de rendre leur carte. C’est un mouvement, pas un parti.

      carlos Le 21 mars à 22:47
    •  
    • @Blanche C.

      Pourquoi me faire dire des choses que je n’ai jamais écrites ?
      Relisez, je n’ai pas dit que le 18 mars les gens étaient tous des insoumis, j’ai dit qu’on s’en fout où ils sont encartés. Ce qui compte c’est qu’ils descendent dans la rue et se mobilisent,n’en déplaise aux pisse-froid .

      Vous évoquez les drapeaux du PCF, qui vous dit qu’ils n’étaient pas agités par MG Buffet, ou des militants majoritairement opposés à leur direction, concernant le soutien à JL Mélenchon ?

      Ce qui en dit long sur l’état du PCF devenant peu à peu un parti de notables, coupés de son électorat naturel et donc de sa base, et dont certains notables soutiennent E Macron.

      Vous semblez vouloir me donner des leçons concernant les communistes. Le communisme est une belle idée. Sur ce sujet je n’ai pas de leçons à recevoir de vous, car je vous vaux bien. Le PCF , celui d’aujourd’hui, n’a pas le monopole de l’idéal communiste, ne vous en déplaise.

      GG Le 21 mars à 23:11
  •  
  • ... Alors a fortiori encarté au PCF...

    carlos Le 21 mars à 22:48
       
    • @Carlos

      Non, pas encarté, pour être honnête avec vous, j’ai été en partie compagnon de route, je travaillais pour faire vite dans le secteur culturel.

      Puisqu’il faut se justifier, j’ai voté non à Maastricht, j’ai pas voté Jospin, Royal, Hollande, j’ai votez non au traité sur constitution de l’UE.

      Ma profession m’a permis de rencontrer des communistes à tout les échelons , ils portaient tous une histoire différente. Ils étaient les seuls à défendre réellement la culture sans arrière pensées, contrairement J Lang qui travaillait à la gloire du prince François.

      Parmi toutes les opportunités de rencontres que mon métier m’a permis, je citerai un seul exemple, Mélinée Manoukian, l’épouse de Missak Mannoukian, celui de" l’affiche rouge ", et là respect.

      GG Le 22 mars à 10:12
    •  
    • @GG - ben je pensais plus à Maurice qu’à vous en fait... Maurice du PCF.

      carlos Le 22 mars à 10:31
  •  
  • Manifestement, Carl, Buena, Durru , GG...trustent ce forum pour nous abreuver de leurs états d’âme d’ex de quelque chose et surtout d’un sectarisme anticoco qui dessert la cause de JLM .
    Ne leur en déplaise, comme les marcheurs du 19 mars , tous les soutiens de cette dernière n’étaient pas des " militants de la FI " ni même de futurs électeurs de la FI...Une fois passée l’élection présidentielle,chacun retournera à ses propres amours ou désamours en attendant la prochaine recomposition politique.
    En effet, quel que soit le vainqueur, il devra nécessairement s’appuyer sur une majorité parlementaire pour appliquer son programme. Et si c’est JLM , il aura bien besoin de ces foutus cocos, ces boulets d’où nous vient tout le mal ... à moins qu’ils aient enfin disparus du paysage institutionnel . Alléluia !

    JHENRY Le 22 mars à 08:20
       
    • @JHENRY - manifestement les jugements à la va-vite ont l’air d’être votre spécialité... Je vous fais grâce de mon expérience partidaire personnelle au demeurant quasi-inexistante de laquelle je ne fais jamais état malgré le sentiment de satiété que vous éprouvez à ce sujet...

      La France Insoumise est un mouvement donc par nature éphémère qui s’éteindra très probablement une fois le moment des élections dépassé (personnellement, je ne verserai pas de larmes)... C’est pour cela que JLM est le candidat du PCF (ne vous en déplaise) comme celui d’anti-partidaires notoires ainsi que celui de citoyens lambdas avec un minimum de conscience politique (dont je fais partie) !

      Je ne suis pas anti-communiste, ni communiste, ni sectaire, mais j’admets que certains peuvent l’être sans aucun doute au sein de PHI... Ceci dit, c’est cette diversité d’opinions des sympathisants et l’absence de pensée unique qui garantissent qu’il s’agit bien d’un "rassemblement" dynamique capable de créer la surprise à ces élections :

       C’est le programme et le diagnostic qui font l’union, pas un dogme ou un candidat !

      Quant à vous avancer en disant que le projet d’une 6ème république et la marche du 18 mars ne présagent pas de la cristallisation d’un vote POUR la FI, et bien c’est peut-être vrai pour autant, j’ai plutôt le sentiment qu’il y a plus d’éléments qui indiquent le contraire ! Il y a en effet des voix à espérer directement liés à la constituante qui matérialise la meilleure approche pour que les gens, quelques soient leurs obédiences politiques, puissent s’approprier la future constitution française...

      carlos Le 22 mars à 10:59
    •  
    • @ J Henri

      Le " 19 mars " vous ne vous êtes pas senti un peu seul dans la rue, mais peut être étiez vous à Bercy ?

      Manifester pour la VI et ne pas votez pour , ces manifestants là, on les compte sur les doigts de la main.

      Je n’ai pas d’état d’âme , pas plus que vous, et je vous vaux bien. Votre psychologie café du commerce vous pouvez la garder, elle n’a de valeur qu’à vos yeux. Ceux qui se livrent à des attaques ad hominem sont ceux qui n’ont pas d’arguments.

      Les changements sont le produit des luttes et des mobilisations, les"majorités " minoritaires sous la Ve, lorsque la mobilisation est puissante s’exécutent, 68,95, pour ne citer que les plus grosses.

      GG Le 22 mars à 11:05
  •  
  • Parti pour perdre la fleur au fusil... et demain des années de catastrophes ... et des manifs et encore des manifs. Pas de victoire sans rassemblement de forces de progrès. Des responsabilités historiques pour Mélanchon et Hamon incapables d’enclencher la grande mobilisation décuplant les forces du peuple de gauche.

    Ghuma Le 22 mars à 14:23
       
    • Oui... L’union entre le parti socialiste Et le mouvement des Insoumis n’a pas pu se faire... Pour ma part, j’apporterai quand même ma petite pierre en votant FI. Cette union aurait elle vraiment convaincu les indécis ?

      Carlos Le 22 mars à 16:18
    •  
    • @Ghuma

      Parti pour gagner, ceux qui ont déjà participé à une lutte savent que c’est pas gagnant à tous les coups.

      Les possèdants et ceux qui les servent non pas peur des gouvernants, ils en obtiennent ce qu’ils veulent. Cela fait des années que droite et gauche alternent au gouvernement,et ceux qui possèdent le pouvoir économique accumulent toujours plus de richesses.

      Rien ne nous sera donné, il faudra tout arracher par la lutte et la mobilision, car en face ils ne veulent rien lâcher, ils en veulent toujours plus.

      " Pas de victoire sans rassemblement des forces de progrès " dite vous. Toues les forces politiques se disent de"progrès " , encore faudrait-il que vous expliquiez ce que vous mettez derrière ce concept très général.

      Ce ce sont les luttes , la mobilisation qui peut prendre plusieurs forme, il n’y pas que les manifs qui provoquerons le rassemblement. Et les responsables politiques qui sauront en harmonie avec cette mobilisation, auront le pouvoir d’agir. La les riches auront peur de tout perdre, et ils lâcheront du mou. Cela a toujours fonctionné comme ça, l’histoire est là pour nous le rappeler .

      En 36 le slogan de la droite c’était "Plutôt Hitler que le front populaire ", tous les grands patrons ont collaboré avec les nazis. Seul Louis Renault a du assumer. Les autres sont restés planqués, trop peur d’être dénoncé et nationalisé comme Renault. C’est pour ça qu’ils ont laissé le Conseil National de la Résistance mettre en place " l’état providence ", principale cible aujourd’hui du capitalisme mondialisé et financiarisé.

      GG Le 22 mars à 20:56
  •  
  • Le compte à rebours a commencé, les amis. Nous avançons , tristement ou allègrement , c’est selon, vers la défaite finale.

    Finale, car le moment électoral de 2017 marquera la fin d’une époque et d’une utopie : l’époque de l’union des gauches réformistes et révolutionnaires en vue d’accéder au pouvoir pour appliquer des programmes communs progressistes. Et la fin d’une utopie : celle de la constitution d’une seule et même organisation politique regroupant les travailleurs manuels et intellectuels, et au-delà tous les exploités et les dominés pour mener la lutte des classes ..

    C’est un vieux social démocrate français, Guy Mollet, qui disait imprudemment que la France avait la droite la plus bête du monde. Pourquoi n’aurait-elle eu pas la gauche la plus bête du monde ?

    Jacky N. Le 22 mars à 18:46
       
    • Peut être que "LA" gauche n’existe tout simplement pas ou plus... En l’occurrence faut il définitivement préférer évoquer "LES" gauches. Non en terme d’opposition comme l’a fait Valls, mais car force est de constater qu’il y aura manifestement autant de définitions de ce qu’est la gauche que d’intervenants sur ce forum...

      Comment dès lors raisonner sur la volonté supposée d’une entité qui ne se matérialise et n’a de réalité qu’en la globalisant et en effaçant de fait des "singularités" très probablement structurelles (concurrences partidaires, guerre d’influence...) autant que "confessionnelles" (dogmes, pensée"s" unique"s", etc...) qui empêchent tous rassemblements même conjoncturels...

      Toute union ne peut alors advenir qu’en passant par le plus petit dénominateur commun à savoir le militant lui-même. Or, pour convaincre faut il encore s’écouter... Ce qui implique d’être a minima conscient que le dialogue et l’ouverture n’est possible que si chacun a l’assurance que sa parole sera respectée et entendue ! En substance, sans confiance, pas de rassemblement ! Et la confiance, comme cela est souvent répétée ne se décrète pas...

      Carlos Le 22 mars à 20:13
  •  
  • Militer pour une union infaisable c’est ne militer pour aucun programme et laisser le champ libre à la droite et au FN...prenez position et allez au corps à corps avec les indécis et les écoeurés de la politique. C’est là que se joue l’élection.

    christian Le 23 mars à 12:32
  •  
  • Autre remarque, moins agréable. Des membres de la FI et membres d’ensemble, ont pris des initiatives personnelles sans en référer au groupe d’appui, pour clâmer la nécessité de l’union mélenchon hamon devant la presse locale...cette pratique de l’entrisme, souvenir de la LCR..., est désolante. Je l’espère minoritaire.

    christian Le 23 mars à 12:38
  •  
  • Je ne signerai aucune des pétitions pour unir, dès maintenant, les restes de la « gauche », car elles arrivent ou trop tard ou trop tôt, mais je voterai JLM !
    Trop tard : il y a 5 ans un certain FdG faisait une percée encourageante avec la candidature de JLM. Il matérialisait une union nécessaire entre des partis politiques « représentatifs » (aussi bien que possible !) de deux « couches sociales » largement majoritaires en France (99% de la société d’après P. Laurent, opinion que je partage). Dans cette union en gestation ces couches (peut-être « classes sociales » ?) commençaient à prendre conscience de leur nécessaire solidarité, et en conséquence travaillaient ensemble à un projet, acceptable par les deux entités en question : « classes populaires et classes moyennes ». Cette « belle union » a tourné court et on a perdu 5 ans au lieu de la faire vivre et prospérer (je ne discuterai pas ici des torts réciproques, ça nous mènerait trop loin). De cet édifice initial n’est resté en piste que le mouvement des Insoumis (avec JLM), qui malgré leur marche en avant, ne peuvent pas en l’état de la société française actuelle réunir suffisamment les deux entités nommées ci-dessus, tout au moins de manière majoritaire (malgré l’effectif possible disponible des 99% !). Il n’y a qu’à confronter les « mots doux » qui ont court au sein des deux partis PG ou Insoumis et PC, pour s’en rendre compte… Ou, plus sérieusement, réfléchir à l’histoire depuis 1920 (congrès de Tours). Simultanément, le PS au pouvoir, qui est aussi un parti représentant depuis longtemps une part importante de ces couches, et surtout la portion haute des couches moyennes, s’est totalement discrédité et en conséquence divisé dans sa gestion de l’état, et des propositions de rectification qu’il en déduit maintenant. Quelle est son audience, ou l’audience de ses fractions actuelles, au sein des 99% ? Ce ne sont évidemment pas les sondages orientés qui vont nous le dire !... Pour le savoir, aujourd’hui, seul le scrutin présidentiel, dans un premier temps, nous en dira quelque chose… Il est impossible de discuter sérieusement d’une union élargie à des descendants du PS, compromis dans la gestion hollandaise du pouvoir… et qui n’ont pas rompu avec ce passé. Il est trop tard pour discuter sérieusement avant le scrutin présidentiel.
    Trop tôt  : Tant que l’on ne voit pas se dessiner la nouvelle donne à « gauche », c’est-à-dire le partage des citoyens électeurs entre JLM (incluant, sans doute des votes PC ?), Hamon, Macron et aussi, il faut le dire, entre l’abstention et le vote FN, les conséquences en matière de redistribution des forces de gauche ne se matérialiseront pas suffisamment et clairement. Il faut donc passer ce cap de la présidentielle à minima pour y voir un peu plus clair et que le choc de celle-ci amorce les recompositions à venir. Le mieux serait désormais pour avancer du bon côté que Hamon se retire en soutenant JLM : de l’avis même de Hamon le PS s’est déconsidéré, et le programme que Hamon prétend défendre désormais serait proche de celui de JLM ! Cette situation témoigne d’ailleurs d’un problème : existe-t-il un PS désormais ? Le programme d’Hamon a t-il la légitimité d’un texte voté par un congrès, ce qui assurerait qu’au sein des adhérents il a été choisi majoritairement (les primaires n’ont pas la légitimité officielle de l’ensemble des adhérents votant en congrès après discussion d’un projet )… d’autant qu’un mouvement centrifuge se dessine maintenant au niveau des dirigeants pour quitter « la vieille maison » et rejoindre Macron (« ni de gauche, ni de droite » !). Que désigne- t-on par PS, aujourd’hui ? Peut-on sérieusement tenir les propositions de Hamon pour un « contrat de législature » impliquant un parti (le PS décomposé ?) … ou plutôt simplement, comme des propositions de campagne électorale, sans autre valeur que de « pomper des voix » ?
    Si nous pensons les choses ainsi aujourd’hui, quel poids aurions-nous donc pour peser sur Hamon avant le verdict concret du scrutin ? La faute a été commise par le PS au pouvoir… avec ses Macron, Hamon et quelques autres ; certains d’entre eux reviendront sans doute, quand d’autres qu’eux auront montré que leur projet, par certains aspects repris par Hamon, est en cours de mise en œuvre… Dans la restructuration à venir des forces politiques et notamment celles de « gauche » j’espère que l’on reprendra à nouveau, mais avec un rapport de forces changé (Insoumis, PS expurgé de Macron, PC, d’autres…), la reconstruction d’un FdG « de classes » (union des classes populaires et moyennes enfin décidées à travailler sincèrement ensemble, sans hégémonie de l’une sur l’autre, car c’est là la réalité concrète à viser pour une société comme celle de la France)…
    On me dira que cette position d’attente du résultat des présidentielles pour parler ensemble (rapport de forces connu en main) d’une reconstruction d’un nouveau FdG laisse le risque ouvert d’une victoire de Le Pen. Je ne le pense pas. Le Pen est une menace agitée par ceux qui mènent le jeu (le Capital, le 1%). C’est leur plan A pour faire élire Macron. Car, il faut l’admettre, nous assistons à une « révolution » (de palais !). La classe capitaliste (le Capital, ou le 1%) semble avoir viré sa cuti : il ne lui suffit plus d’avoir une « classe politique » (comme on dit… car il s’agit plutôt d’une confrérie) à qui on délègue la gestion politique de la nation, au profit du 1%. Elle veut mettre aux commandes politiques ses propres hommes : le jeune et fringant Macron est à ce stade l’homme idéal. Un court stage (assistant, ministre) organisé par Hollande lui a inculqué les rudiments politiques nécessaires. Il peut voler de ses propres ailes et on l’y aide de droite et de gauche avec frénésie. Le 1% ne prend pas beaucoup de risques : il vise le « toujours plus » …mais si la « révolution » qu’il a entreprise ne marche pas assez bien, le 1% se contentera du « toujours un peu plus » et reviendra peut-être vers sa « classe politique » soumise… mais il gardera toujours les rênes ! On peut espérer qu’il n’ira pas alors jusqu’à sortir son plan B, comme le capitalisme allemand des années 30 le fit en Allemagne…
    En conclusion : laissons la situation se décanter jusqu’aux élections présidentielles. Il est probable qu’elle conduira à l’élection de Macron, c’est-à-dire de ce capitalisme déchainé avec lequel il faudra bien se battre. Mais le risque Le Pen est faible, voire nul : le FN n’est pas pour l’instant le « chargé de pouvoir » du 1% . Soutenons la seule voie d’avenir disponible : Jean-Luc Mélenchon !

    Abbé Béat Le 23 mars à 17:44
  •  
  • J’invite tous les soutiens de JLM à faire du porte à porte dans les immeubles HLM ou co propriétés peuplés de gens comme nous. Ils y feront des rencontres épatantes et verront que de nombreuses personnes attendent du débat avant de choisir leur candidat.

    christian Le 25 mars à 19:10
  •  
  • "Les QG de Hamon et Mélenchon visités par des manifestants réclamant l’unité de la gauche" :
    Pas moyen de mettre le lien (comme d’hab) : huffingtonpost.fr/2017/03/25/les-qg-de-hamon-et-melenchon-visites-par-des-manifestants-reclam_a_22011578/

    Durruti Le 26 mars à 22:17
  •  
  • c est bien ca les occupe ,ces braves unionistes bêlants .

    Si cela peux les soulager qu’ il le fasse , ca mange pas de pain et c’est "mignon " tout plein.

    Unionnn béeee, union béeee !

    trop drôle !

    buenaventura Le 29 mars à 23:34
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?