photo Louis Camelin
Accueil > Résistances | Par Adrien Gueydan | 5 avril 2016

William Martinet : « Chaque génération réinvente sa façon de mener un mouvement social »

Vidéo – Depuis le 9 mars, étudiants et lycéens se mobilisent contre une loi travail qui leur promet un avenir de précarité. William Martinet, président de l’UNEF, explique les ressorts de cette implication. Pour lui, il s’agit de « reprendre la parole avant de reprendre le pouvoir ».

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le mouvement des jeunes a donné l’impulsion à une contestation qui déborde aujourd’hui son objet initial – notamment avec la Nuit debout.

Pour William Martinet, président de l’UNEF (Union nationale des étudiants de France), les lycéens et les étudiants sont parfaitement conscients et informés de ce que la loi El Khomri signifie pour eux à terme. « La contestation des jeunes n’est pas hors-sol », estime-t-il. Au moins construire un rapport de forces qui aboutirait au retrait de la loi… Selon lui, il s’agit « d’entrer dans l’action collective pour que ce gouvernement comprenne qu’il ne peut pas faire n’importe quoi » et de « reprendre un peu de souveraineté pour que les jeunes puissent décider eux-mêmes de leur avenir ».

À voir aussi ci-dessous, un portfolio des mobilisations à Paris 1 Tolbiac : la dernière assemblée générale avant la manifestation ’photos Louis Camelin).


Interview de William Martinet (UNEF) par regards_TV

Portfolio

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ce texte que vient d’écrire Jacques Chastaing mérite d’être diffusé largement pour renforcer le mouvement
    Les conditions de la victoire : deux mouvements à faire converger, par Jacques Chastaing

    Louis Le 6 avril à 00:17
  •  
  • Ce mouvement démontre que le social et la solidarité heureusement pas morts autour de nous.

    Maintenant on nous le présente comme un mouvement citoyen et spontané, pas par des gens déjà engagés politiquement.

    Alors pourquoi n’entend on parlé que des représentant de parti politique établi ou de syndicat comme William Martinet, président de l’UNEF ?

    Ça pue la récup ou la manipulation.

    Montrez nous et faites vous porte parole des indignés non professionnels et là on commencera le changement et l’espoir d’une marche à la victoire politique.

    Attention, Regards se transforme petit à petit en l’Huma ! Pas dans sa partie qualitative, mais manipulatoire ; Embrigadement de la parole et des consciences.

    La Renaudie Le 6 avril à 08:28
  •