Accueil > Monde | Par Yanis Varoufakis | 4 juillet 2015

Yanis Varoufakis : "Pourquoi voter ’non’ au référendum"

Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis explique sur son blog, en six courts points clés, pourquoi le gouvernement appelle à voter "non" dimanche.

Vos réactions (10)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

1.

Les négociations sont au point mort parce que les créanciers de la Grèce
a. ont refusé de réduire notre dette publique impayable et
b. ont insisté qu’ils devraient être remboursés "paramétriquement " par les membres les plus faibles de notre société, leurs enfants et leurs petits-enfants.

2.

Le FMI, le Gouvernement des États-Unis, beaucoup d’autres gouvernements dans le monde entier, et la plupart des économistes indépendants considèrent – avec nous – que la dette doit être restructurée.

3.

L’Eurogroupe avait précédemment (novembre 2012) admis que la dette devait être restructurée, mais maintenant il se refuse à s’engager à cette restructuration.

4.

Depuis l’annonce du référendum, l’Europe officielle a envoyé des signaux disant qu’ils sont prêts à discuter de la restructuration de la dette. Ces signaux montrent que l’Europe officielle elle aussi voterait non à sa propre offre "finale".

5.

La Grèce restera dans l’euro. Les dépôts dans les banques grecques sont en sécurité. Les créanciers ont choisi une stratégie du chantage fondée sur les fermetures de banques. L’impasse actuelle est due au choix des créanciers. Il n’est pas dû à un prétendu choix du gouvernement grec d’interrompre les négociations ou des prétendues idées grecques de Grexit et de dévaluation. La place de la Grèce dans la zone euro et dans l’Union européenne est non négociable.

6.

L’avenir exige une Grèce fière dans la zone euro et au cœur de l’Europe. Cet avenir exige que les Grecs disent, par un grand non dimanche, que nous restons dans la zone euro, et que, avec le pouvoir qui nous sera conféré par ce non, nous renégociions la dette publique de la Grèce ainsi que la répartition des charges entre les nantis et la démunis.

1er juillet 2015 – texte original en anglais, traduction Bernard Marx

Vos réactions (10)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ils en ont du courage, de la grandeur, de l’humanité ces fainéants immatures... n’est-ce pas Mmes Lagarde et Merkel, Herr Schauble et la mimolette Hollande. Que la corruption et le fric vous étouffent !

    Fulgence Le 4 juillet 2015 à 15:41
       
    • Blabla bla bla , des mots et du verbiage. Quand une économie fonctionne uniquement grâce aux prêts, sans aucun fondamentaux solides, et en plus ne rembourse pas ses créances, quelque soit la façon dont on envisage le problème, on va dans le mur. Seule la sortie de l’Euro de la Grèce n’est possible comme solution viable à terme. La retarder c’est aggraver le problème. Et le problème, c’est bien cette monnaie unique qui n’est qu’un choix idéologique et politique défiant les lois fondamentales de l’économie de marché (qui est la seule économie viable, je le rappelle). Toutes les expériences de collectivisation étatistes ayant mené leurs pays à la misère.

      totoLeGrand Le 4 juillet 2015 à 17:38
    •  
    • @TOTO

      Tu n’en as pas marre de faire le perroquet ?

      Dominique FILIPPI Le 5 juillet 2015 à 11:45
  •  
  • Ils sont l’honneur de l’Europe.

    Dominique FILIPPI Le 4 juillet 2015 à 17:32
  •  
  • @Toto

    Devant Saint Pognon, Trois Génuflexions Tu Feras. Amen.

    Dominique FILIPPI Le 5 juillet 2015 à 11:43
  •  
  • Ca y est, le NON vient de l’emporter à 62% !! Il faut donc sortir les Grecs de l’Euro et de l’Europe. Qu’ils récupèrent leur monnaie, assainissent leur économie. Ca sera un peu dur au début. Ils ne pourront peut être plus s’acheter des iphones ou des 4x4 avec l’argent de nos impôts, mais à terme ils s’en sortiront, car c’est un peuple intelligent. Il faut en finir avec cette Europe du chômage et de l’immigration sociale. Il faut supprimer l’Euro et reconstruire une Europe des Nations, une Europe des projets comme il y a eu Airbus, Ariane Espace... De grands projets comme la voiture électrique, le solaire ... Plutôt qu’une Europe financière déversoir des produits fabriqués par les esclaves chinois.

    totoLeGrand Le 5 juillet 2015 à 22:09
       
    • Il faut donc sortir les Grecs de l’Euro et de l’Europe.

      Ben voyons !... De la politique à la serpe, voilà tout ce que vous êtes capable de préconiser !...
      Assez de cette généralité populiste : "les Grecs" !... Assez du bourrage de crânes qui noie le poisson des vrais enjeux et des vraies responsabilités sur la fabrication de "la Dette" !...

      Aubert Dulac Le 6 juillet 2015 à 12:07
    •  
    • Nous sommes tous grecs.

      Aubert Dulac Le 6 juillet 2015 à 12:49
  •  
  • @ Aubert Dulac : Dîtes-moi, car je suis nulle en économie, quels sont les vrais enjeux et les vraies responsabilités sur la fabrication de la "Dette". Merci de m’éclairer.

    Marif Le 6 juillet 2015 à 20:49
       
    • Voir la video de l’intervention d’Eric Toussaint, responsable de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque qui a présenté ses premières conclusions devant le Parlement grec, le 17 juin dernier, et aussi le discours de clôture de Jean-Luc Mélenchon du congrès du Parti de Gauche.

      Aubert Dulac Le 6 juillet 2015 à 22:27
  •