parti-socialiste.fr
Accueil > Politique | Par Nathanaël Uhl | 22 octobre 2014

Benoît Hamon au bord de la rupture

L’ancien ministre de l’Éducation, chef du courant Un monde d’avance a franchi un cap dans la critique de l’exécutif. Pour Benoît Hamon, elle « menace la République ». Le porte-parole du gouvernement lui répond en lui indiquant la porte de sortie du PS.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a des explications de vote qui sont encore plus dures que les votes eux-mêmes. Ce mercredi 22 octobre, sur les ondes de RFI, le député Benoît Hamon a justifié son abstention sur le volet recettes du projet de loi de finances 2015, et celle de 38 autres députés socialistes "frondeurs". S’il n’annonce pas son départ du Parti socialiste, le chef du courant Un monde d’avance a marqué une nouvelle étape dans la critique de la politique gouvernementale.

« En matière sociale sous la même influence qu’en matière économique

« Parce qu’elle réduit les capacités d’intervention de la puissance publique », la politique du gouvernement telle que dessinée par le budget 2015 « menace la République », martèle le député des Yvelines. Il n’a pas fait mystère de la nature de cette menace : « C’est la préparation tout droit, comme on s’y prépare pour 2017, d’un immense désastre démocratique » avec « non seulement l’arrivée au second tour de la présidentielle de Marine Le Pen sans coup férir, mais en plus la menace que demain, elle dirige le pays. » Un scénario pris de plus en plus au sérieux par les gauches du Parti socialiste, comme cela a été dit dans leurs universités de rentrée respectives.

La sortie de Benoît Hamon n’est pas un coup de sang. Le parlementaire a publié, le 20 octobre dans Le Monde, une tribune intitulée « Il y a une alternative sociale à la politique de Manuel Valls ». Dans ce texte, il dénonce : « Ce gouvernement déroute par ses orientations économiques mais aussi par ses orientations sociales. Il est, je le redoute, en matière sociale sous la même influence qu’en matière économique : le dogme oppressant de la réduction des déficits publics et le verbe hypnotique qui commande de dépasser les tabous et d’embrasser la modernité. »

Signe de la tension qui règne au sein du PS, son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, a critiqué sur RTL l’attitude « déplorable » et « pas loyale » de l’ancien ministre. Quelques minutes plus tard, sur une chaîne d’information en continu, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a déclaré qu’il « n’accepte pas » les propos de son ancien collègue : « Qu’il soit cohérent ! S’il dit que c’est un problème démocratique qui en train de se poser, franchement, il a été deux ans et demi au gouvernement ! Il va trop loin. Il y a une limite qui a été franchie. »

« Moment de vérité »

Après les propos de Martine Aubry le week-end passé dans Le JDD et alors que de nouveaux députés socialistes ont rejoint la fronde en s’abstenant sur l’acte politique majeur que constitue le vote des recettes budgétaires, le PS est en plein psychodrame politique. Les déclarations matinales de Jean-Christophe Cambadélis et de Stéphane Le Foll témoignent de la crispation tant de l’Élysée que d’une rue de Solférino aux ordres. Une problématique soulignée par la maire de Lille, dans son interview au Journal du dimanche : « À gauche, nous aimons le débat, mais lorsque nous sommes au pouvoir, on l’oublie. Le débat n’est pas synonyme de fragilité, mais de vitalité. Le temps qu’on y consacre sera du temps gagné sur l’avenir. Les états généraux lancés par le Parti socialiste nous en offrent une occasion salutaire. »

Le flou entourant la date et la nature du congrès du PS, annoncée soit « fin juin 2015 » soit en « janvier 2016 », n’est pas étranger à ce regain de tension. Les gauches du PS ne cachent pas leur volonté d’en faire un « congrès de clarification sur la ligne politique ». C’est bien dans ce cadre qu’il faut resituer la double intervention de Benoît Hamon. C’est ce qu’explique Guillaume Balas, député européen et secrétaire général d’Un monde d’avance : « Nous arrivons au moment de vérité. Il faut que le PS réfléchisse sur sa nature profonde lorsqu’il exerce le pouvoir : sommes-nous un parti réformiste, qui transforme le réel, ou un parti aux valeurs républicaines qui est capable de mener des politiques libérales indépendamment du mandat qui lui a été confié par les électeurs ? C’est cette question qu’il faut trancher. »

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "avec ces gens là" tu nous fais du Brel ?
    C’est bien, toujours dans l’apaisement.

    Flutiot Le 22 octobre 2014 à 15:22
  •  
  • Flutiot Le 22 octobre 2014 à 16:02
       
    • Que ce qu’ils disent soit sincère ou calculateur, ils ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été entendus et qu’on ne les à pas invités à aller au bout de leur démarche et à franchir enfin le pas.

      Fulgence Le 22 octobre 2014 à 16:38
  •  
  • Franchement les guerres de religion ça fatigue, alors pars en croisade contre ceux qui sont le moins loin de tes idées si ça te chante mais je ne suis pas sur que ça fera avancer la cause.
    Bonne journée
    Fraternellement.

    PS : pour rester dans la chanson "ni dieu, ni césar, ni tribun"

    Flutiot Le 23 octobre 2014 à 10:36
       
    • @ Flutiot La différence entre PC et PG est une fois de plus fondamentale :
       Le PC propose l’union aux frondeurs encartés au PS.
       Mélenchon propose l’adhésion au PG aux contestataires socialistes en rupture de ban (exclus ou ayant quitté le PS)
      Quiconque de bonne foi et sachant lire voit tout de suite la différence.

      Fulgence Le 24 octobre 2014 à 00:26
  •  
  • Que diable ,Filippi acceptes le débat au lieu d’afficher ton pédantisme et de fuir !
    Le courage se démontre en me lisant au risque que tu te rendes compte que toi,Filippi, pauvre chose devant le glorieux PCF qui t’a fait Roi du monde,tu mérites un rouleau de Lotus,oui du Lotus !
    Pierre Laurent est un Bisounours à côté de toi :
    Le PCF est le seul PC au monde où les 2/3 des délégués socialistes ont décidé de se métamorphoser en PC !En 1921,à Tours,c’est pourquoi le PCF a hérité de ’l’Huma’,des batiments,du fric etc...Aucun autre PC au monde n’a cette Matrice sociale démocrate,ce
    qui faisait enrager Lénine.
    Le PCF a créé en 1945 un système collectiviste,Sécu,Retraites,Allocations chomage,Nationalisations, droit du travail,prudhommes .70 ans après,grosso modo,ça tient encore !L’URSS n’ a connu son systéme collectiviste que 73 ans,la Commune,70 jours !
    600000 élus de notre république(liberté-égalité-fraternité :ça te parle ?) touchent des milliers d’euro de nos impôts comme défraiements.Depuis toujours le PCF,recueille les indemnités (+de 15millions d’euros avant 2014) pour ses activités.Il faut que ça continue.Il est inacceptable d’imaginer qu’il n’y ait plus d’élus PCF et que tout ce fric aille au FN ou à l’UMPS !Il faut des élus PCF en plus grand nombre qui reversent leurs indemnités au PCF !
    Or nous en sommes loin,avec les irresponsables saboteurs que l’on peut lire !Il y en a tojours eu !Même quand le PCF faisait 5700000 voix en 1978,bien avant que Filippi ne cherche à détruire le PCF !
    ce que Filippi propose,c’est l’abdication du PCF,sa disparition,son dépassement.
    Au profit de Mélenchon,36 ans cadre au PS,le premier des frondeurs:Non ?!!
    Le PCF vivra et survivra à Filippi.
    L’Huma publiera sa fiche nécrologique .
    Filippi n’enterrera jamais le PCF sauf dans ses rêves.
    Parceque l’alliance PCF/Frondeurs est consubstantiel au pays de la grande révolution de 1793 !Rien à voir avec Filippi,heureusement !
    Les alliances avec Hamon,M6R,le PG,Mélenchon,et autres Ensemble, frondeurs en tous genres,continueront,pour que le PCF survive !
    Pas d’illusions entre les anti-PCF comme Filippi,et les progressiste pro-PCF,c’est une lutte à mort !

    Maurice Le 21 novembre 2014 à 08:51
  •  
  • Il ne faut pas s’en faire pour Dominique Filippi.Il est obsessionnel et pollue les commentaires depuis plus d’un an.C’est un ancien prof de collège,agrégé à la retraite,bien plus riche que la plupart d’entre nous.Il a profité du statut des fonctionnaires mis en place par Maurice Thorez,de la retraite à plein pot,laissée en place par Hollande.
    Il pourrit le site en couvrant de M....,tout communiste qui se manifeste sur ce site.. Son but ,saquer le PCF ,à longueur de commentaires.

    elsa Le 21 novembre 2014 à 08:57
  •  
  • Décidément, il y a encore des gens qui croient que le PCF est une sorte de parti magique, mais non, c’est un vieux parti corrompu comme les autres vieux partis corrompus.

    Max E. Le 21 novembre 2014 à 11:47
  •