Accueil > Politique | Par Catherine Tricot | 18 février 2013

Ce qui se joue avec la candidature de NKM

La candidature de la maire de Longjumeau à la primaire parisienne est bien de nature à modifier la donne des municipales à Paris et au-delà celle de la droite française.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Nathalie Kosciusko Morizet a de sérieux atouts pour raccorder la droite avec l’électorat parisien. Depuis sa très rapide ascension, elle est parvenue à s’identifier à des thèmes modernes et porteurs. Elle a défendu une écologie de droite assurant, bravache, que « l’écologie est à son origine de droite »… laissant perplexe une partie des militants de son camp. Elle a gagné sa place au gouvernement comme secrétaire d’État à l’Écologie auprès de Jean-Louis Borloo ; mieux, elle y gagnait ses galons de « vraie » écolo. Une bonne image qui ne la quittera plus.

Elle élargit sa palette en devenant secrétaire d’État à la Prospective : à elle les NTC, les nouvelles technologies de la communication. Elle soutient très mezzo voce la loi Hadopi. La voilà créditée de bonnes opinions auprès des geek et autres amateurs de films en streaming. Ça fait du monde. Elle se lance sur tweeter la première et rapidement devient la plus suivie des femmes politiques. Plus que l’Elysée, dit-on. 
Et pour parachever le portrait elle s’embarque dans la rédaction d’un livre classiquement de droite mais qui pourrait la faire passer pour une dangereuse gauchiste : elle y affirme l’incompatibilité entre le FN et la République. 
Tout cela ferait un beau portrait… Si on exclut qu’elle fut aussi la porte-parole jusqu’au bout d’un candidat très en dérive droitière. NKM n’est plus la femme de 2007 qui, spontanée, dénonçait « une armée de lâches » à l’occasion du vote de l’amendement Chassaigne sur les OGM. En 2012, elle avale tout, digère tout. Elle est devenue une vraie femme politique.

Et alors là… danger. 
Danger en premier lieu pour Copé. Ambitieuse, elle ne s’en cache pas : elle vise très haut. Sa candidature à Paris c’est quitte ou double. Si elle unifie la droite, surmonte les baronnies et fait un bon résultat, voire gagne la mairie : à elle la route de l’Elysée. Copé ne préfère pas tenter le diable. Sa copine Dati serait une candidature plus prudente. 
Le clivage Copé/ NKM ne recoupe pas que celui des ambitions personnelles : il est aussi celui de deux stratégies pour regagner le pouvoir. Très très bourgeoise, NKM veut quand même dépoussiérer son camp, le brancher sur les sujets d’aujourd’hui. Fine mouche, elle s‘abstient lors du vote sur le mariage homo quand Copé s’affiche en chef de guerre des réacs de la dernière heure. NKM a quelque chose du très british Cameron. La droite française comme toute la droite occidentale hésite entre deux voies : celle du Tea Party/ Copé ou celle de Cameron/NKM. Gagner l’investiture à Paris passera aussi par un combat sur ce terrain : la droite dure y est bien représentée, à la fois par Dati mais surtout par Pierre Lelouche et Claude Goasguen. Va y avoir du sport.

Le danger de la candidature NKM est suffisamment pris au sérieux pour que Anne Hidalgo assure « même pas peur » mais plaide pour un grand rassemblement dès le premier tour de toute la gauche ( PS/ Écolos/ Front de gauche) et s’ouvre au Modem. On peut anticiper déjà la polarisation du débat : Hidalgo ou NKM. Si le Front de gauche ou les Verts veulent faire entendre leur voix, il va leur falloir affûter leurs arguments et peaufiner leur stratégie.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Portrait presque sympathique de Mme Kosciusko Morizet, certes au regard d’un Copé...
    Mais quand on se souvient qu’elle déclare admirer Mme Thatcher dans une interview accordée au Daily Telegraph, on se dit Mme Kosciusko Morizet n’est certainement pas le visage le plus humain de la droite.

    vgillet Le 9 mars 2013 à 13:21
  •  
  • "Pour nous l’écologie en fait c’est juste un parti de gauche."
    (...)
    Didier Super dans la chanson Gauche Droite.

    Le 18 mars 2013 à 10:36
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?