Photo Damien Boilley CC-BY-2.0
Accueil > Société | Par Margot Dupré | 1er mars 2013

Conflit à la mairie de Montreuil, Voynet reçoit les syndicats

Mercredi, la maire Verte de Montreuil, Dominique Voynet, recevait les syndicats du personnel de la mairie à l’issue d’une grève de deux semaines d’une partie des salariés de la ville. Dialogue frileux.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Je ne suis pas satisfaite, concrètement il n’y a eu aucune avancée franche », déclare Claire Huot, secrétaire générale CGT des territoriaux de Montreuil. Après deux semaines de grève, les salariés de la mairie de Montreuil sont sortis mitigés de leur entrevue avec la maire, Dominique Voynet. « Elle n’a pas repris nos cahiers de revendications », raconte la syndicaliste. Or dans ce cahier, les revendications du personnel étaient consignées noir sur blanc : augmentation des salaires, suppression de la journée de carence en cas d’arrêt maladie et embauche d’un médecin du travail à plein temps, les deux derniers ayant démissionné pour cause de relations délétères avec l’équipe municipale. Et c’est bien là une bonne partie du problème. Car sur la liste de leurs doléances, les salariés ont inscrit en bonne place le manque de respect de l’équipe dirigeante à leur égard. Claire Huot va jusqu’à évoquer un « personnel en souffrance » victime d’un « encadrement pathogène ». Des maux forts qui ont poussé trois services municipaux à poser les crayons pendant 10 jours. Des mots forts qui ont contraint Dominique Voynet à recevoir les syndicats. Pourtant, au cours de l’entretien le mouvement de grève n’a pas été évoqué, pas plus que le mal-être des salariés. « Elle a fait comme si tout ça n’avait pas existé », déplore Claire Huot. Quant aux restes des revendications ? Il va falloir se montrer patient. Et sur la question des salaires ? « La maire a déclaré qu’il n’y avait pas assez d’argent, et qu’il faudrait choisir entre recruter et augmenter les salaires. À la CGT, nous pensons qu’il faut à la fois plus d’agents mais aussi des agents mieux payés. » Dominique Voynet a tout de même proposer un calendrier de travail pour penser la refonte du régime indemnitaire, indiquant que cela impliquait de « revoir tout le service ». Un gros boulot qu’elle préfère confier à un prestataire extérieur au motif que « la confiance entre elle et les syndicats est très entamée ». « Cela faisait une heure qu’elle nous expliquait que la ville n’avait pas d’argent, cette décision de nous a laissé dubitatifs », raconte, amère, Claire Huot. Bref, des relations tendues, des avancées timides, mais un début de négociation. « Je suis déçue mais pas abattue, confie la syndicaliste. Je reste déterminée. » Prochaine rencontre le 7 mars, en présence de la maire-adjointe au personnel, mais sans Dominique Voynet…

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?