Accueil > Politique | Par Jérôme Beltar | 10 février 2014

Contre les droites radicales et l’austérité, le temps de la riposte

Pour remettre en mouvement une gauche digne de ce nom, des initiatives concrètes et unitaires s’imposent à la fois contre les résurgences des droites réactionnaires et extrêmes, et contre les politiques d’austérité.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La conférence de presse de François Hollande et son alignement sur la politique du Medef a donné le la de cette rentrée 2014. Puis est venu le temps de la réaction : le nauséabond « Jour de colère » qui a vu le rassemblement de toute l’extrême droite d’abord, la Manifestation pour tous ensuite. Pour couronner le tout, dans un nouveau renoncement aussi inattendu qu’incompréhensible du point de vue même du gouvernement, le projet de loi sur la famille a été purement et simplement abandonné. Dans une telle situation, une riposte s’impose.

Unifier la contre-offensive

De fait, trois appels ou déclarations sont sur la table : la première à l’initiative de Pierre Laurent appelle à une marche qui pourrait avoir lieu en avril, la seconde portée par Olivier Besancenot et le NPA souhaite un week-end de révolte de gauche, la dernière enfin est l’œuvre de Clémentine Autain dans une tribune intitulée Réagissons ensemble. Toutes ces propositions doivent maintenant converger et passer aux travaux pratiques. Nulle préséance, volonté de tirer la couverture à soi, ou quelque calcul que ce soit ne doit venir ralentir une contre-offensive.

Ce nécessaire sursaut doit articuler deux aspects du débat politique : une bataille intransigeante contre l’extrême droite et la droite réactionnaire d’une part, la lutte contre les politiques d’austérité, d’autre part. Ces deux dimensions sont indissociables pour remettre en mouvement une gauche digne de ce nom. La tentation est grande en effet, au sein du Parti socialiste, de masquer les effets désastreux de sa politique en brandissant l’étendard de la lutte contre le fascisme. La mécanique est connue qui, au nom d’un danger au besoin grossi, consiste à faire taire toutes les critiques dans un rassemblement hétéroclite – voire un front républicain.

Poursuivre le combat pour l’égalité

Si pour les Machiavel de bac à sable, la manœuvre peut avoir une fonctionnalité, elle n’apporte que confusion sur le terrain politique tout en étant totalement inefficace. Ce sont les politiques d’austérité qui nourrissent aujourd’hui le Front national. L’accroissement ininterrompu des inégalités sociales conduit, à un bout de la chaîne, à une accumulation de richesses incroyable entre des mains toujours moins nombreuses et, à l’autre bout, à une paupérisation croissante des Français. C’est sur le délitement du tissu social que prospèrent les solutions autoritaires et réactionnaires. Dans le même temps, il faut poursuivre le combat avec tous ceux qui le souhaitent sur le terrain de l’égalité : hommes/femmes, homo/hétéros, lutte contre le racisme, préservation de l’IVG.

Au-delà des organisations politiques, une telle initiative ne rencontrera un écho de masse que si elle renoue avec le mouvement social. De nombreuses associations peuvent en être parties prenantes, et s’il est sans doute difficile pour certains syndicats de participer en tant que tels, des appels de syndicalistes par fédération ou confédération peuvent y suppléer. Enfin de nombreuses "personnalités" et intellectuels doivent pouvoir s’y associer. Les périodes électorales ne sont souvent guère propices à des démonstrations d’unité, mais cet effort est aussi impérieux !

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?