maintenantlagauche.fr
Accueil > Politique | Par Nathanaël Uhl | 6 octobre 2014

Dialogues à distance entre les gauches du PS

Trois courants de la gauche du PS ont tenu leurs universités de rentrée. Les proches de Maurel, Hamon et Montebourg ont posé les mêmes questions et esquissé des pistes similaires… qui convergent avec celles des dirigeants du PCF et d’EELV présents.

Vos réactions (133)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Aux environs de 15 heures, ce samedi 4 octobre, la 6e République est au cœur des débats au domaine de Bierville (Essonne), au Vieux-Boucau (Landes) et à Laudun-l’Ardoise (Gard). Ces trois lieux abritent respectivement les universités de rentrée de Maintenant la Gauche, Un monde d’avance et celle des amis d’Arnaud Montebourg. Les trois courants de gauche du Parti socialiste se sont réunis chacun de leur côté mais ont évoqué les mêmes questions, ou presque. Le rassemblement des gauches, la construction d’une politique alternative à celle de "l’offre", la feuille de route du gouvernement, l’exigence d’un « congrès de clarification » ont été au centre des préoccupations.

Tribunes communes, mais éloignées

Pour Maintenant la gauche (MLG) et Un monde d’avance (UMA), ces discussions ont été également marquées par un va-et-vient d’intervenants. La députée frondeuse Fanélie Carrey-Conte, membre d’UMA, intervient le samedi matin dans un débat organisé en Essonne, puis prend l’avion en compagnie de la sénatrice Marie-Noëlle Lienneman, membre de MLG, pour une table ronde dans les Landes l’après-midi. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, est le grand témoin de la matinée du samedi chez Maintenant la gauche et fait tribune commune avec Cécile Duflot, Benoît Hamon et Henri Emmanuelli dans le cadre du meeting de clôture des universités de rentrée d’UMA.

Ce ballet d’intervenants et ce chassé-croisé de questionnements laissent à certains un goût amer. En Essonne, Gérard Filoche tonne : « Rappelons-nous bien que si Tony Blair l’a emporté au sein du Labour Party, c’est aussi parce que ses opposants se réunissaient chacun de leur côté, à mille kilomètres de distance. » Fanélie Carrey-Conte préfère relativiser « les problèmes de réservation de salle ». « Le plus important reste ce que nous disons, ensemble, dans nos universités de rentrée, à l’Assemblée mais aussi au sein du Parti socialiste », explique l’animatrice du collectif Vive la gauche. Et, tant du côté de MLG que d’UMA, c’est la tenue d’un « congrès de clarification » qui devient la perspective d’action immédiate.

Ne pas livrer le PS aux sociaux-libéraux

Les contradictions entre le programme du candidat Hollande et la pratique gouvernementale ont semé le trouble parmi les militants qui se reconnaissent dans la gauche du PS. Anne-Marie, membre du secrétariat fédéral dans le Val-de-Marne, se demande « jusqu’à quand [elle] pourra rester au PS ». Valérie, secrétaire de section et élue municipale d’opposition en Seine-Saint-Denis, déplore « l’impossibilité d’en débattre dans nos instances ». Sébastien, secrétaire de section à Persan dans le Val-d’Oise, relève : « Notre présence empêche la clarification sur une ligne libérale, telle que la souhaitent un certain nombre de hiérarques du PS. » Le refus de « livrer notre parti aux sociaux-libéraux », selon les propos de Valérie, est transversal à tous ces courants.

Dans leurs universités de rentrée, leurs membres écoutent les intervenants issus d’autres formations politiques comme le PCF, Europe Ecologie-les Verts mais aussi, en Essonne, Raquel Garrido du Parti de gauche et Christian Picquet, de la Gauche unitaire, sur la 6e République. Ou encore des animateurs du mouvement social et des économistes critiques. Comme au Vieux-Boucau ou dans le Gard, les propos les plus virulents à l’encontre de la politique gouvernementale sont souvent les plus applaudis. À distance, Arnaud Montebourg résume l’état d’esprit des gauches du PS : « Le choix fondamental de notre gouvernement a été d’abord de rétablir les équilibres financiers des budgets publics. Cela est devenu une obsession, une obstination, une croyance, un culte obsessionnel qui subordonne l’ensemble des autres objectifs. Ce seul objectif, devenu le plus important du quinquennat, est en train de devenir l’erreur fondamentale de ce quinquennat. »

« Construire les convergences politiques »

« Ça fait du bien de voir que nous ne sommes pas les seuls à penser qu’une autre politique est nécessaire », soupire ce jeune militant de Maintenant la gauche, entre deux portes. Les convergences se font jour tant sur le contenu que sur la méthode. Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’EELV, grande témoin de l’après-midi au domaine de Bierville, « refuse les constructions d’appareil » au profit d’un « dialogue renforcé sur nos propositions ». Un écho aux propos tenus quelques heures plus tôt par Pierre Laurent : « Saisissons toutes les opportunités pour construire ensemble les convergences politiques, c’est cela l’urgence du moment. »

Pour Benoît Hamon, chef de file d’Un monde d’avance, les questions « se posent de la même manière que l’on soit écologiste, communiste, ou socialiste. Le rassemblement de la gauche est le seul qui permette à l’électeur de gauche d’espérer, demain, à nouveau ». Emmanuel Maurel, son homologue de Maintenant la gauche, entend, lui, trouver les moments qui permettront la mobilisation autour d’un ou deux points très concrets de l’ensemble des gauches qui refusent l’austérité. Il en va, selon lui, « de la réussite de la gauche dans ce quinquennat ».

De Bierville à Laudun-l’Ardoise, nul ne se résout à un scénario qui serait écrit d’avance : un duel UMP-FN au second tour de l’élection présidentielle, une éventualité pourtant dans toutes les têtes. Encore une fois, avec son sens de la formule, c’est Arnaud Montebourg, depuis le Gard, qui résume la volonté générale : « Il y a d’un côté une certaine gauche qui disparaît, pendant qu’une autre est déjà en train de vivre de survivre et de préparer l’avenir. Il reste à la mettre au pouvoir. »

Vos réactions (133)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Saisissons toutes les opportunités pour construire ensemble les convergences politiques, c’est cela l’urgence du moment. »...Avec des gens au gouvernement qui faisaient depuis le début une politique de droite et qui seront les rabatteurs d’Aubry sous peu...à tous ceux pour qui la soupe est bonne...bon appétit !

    Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 15:07
       
    • Jean-Luc Mélenchon sur son blog :

      "Trois réunions pour « rassembler la gauche » menées par des gens finalement incapables de se rassembler eux-mêmes quoique membres du même parti ! Encore ai-je oublié le quatrième qui tenait sa « réunion » la semaine passée sur un mode très significatif : les invités étaient priés de se taire pour écouter « la société civile ». Invitée par le grand seigneur du jour, celle-ci était invitée à faire connaître ses préoccupations aux silencieux. Vous m’imaginez dans la comédie où je ferai semblant de découvrir les « Fralibs » chez qui j’ai commencé ma campagne présidentielle le lendemain même de mon investiture comme candidat commun du Front de gauche ? Et cela sous la houlette d’un député dont le chef de file ministre n’a pas tenu parole sur le droit de préemption des travailleurs sur leur entreprise et qui a voté le renvoi en commission de la loi sur l’amnistie sociale !"

      "Naturellement, je comprends « le coup de com » et je n’en veux pas à ce député dissident de l’avoir tenté pour améliorer son image sans frais. Je ne lui reproche pas son passé pour lui interdire un futur avec nous. Mais la méthode elle-même montre que l’arrogance et la morgue sont tellement ancrées dans les comportements du PS que même ses dissidents n’arrivent pas à s’en départir. Au demeurant, on me dira que je n’ai pas à me plaindre d’avoir dû me taire en réunion puisque je n’étais pas invité. En effet. Car l’autre caractéristique commune de ces « rassembleurs » de la gauche est le cordon sanitaire qu’ils ont établis autour de moi. Je n’en suis pas dupe. Il s’agit pour eux de donner à leurs chefs suprêmes la garantie des limites de ce qu’ils entreprennent."

      Jean-Luc Mélenchon, mercredi 8 octobre 2014.
      (http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/10/08/pas-de-foin-pour-les-martiens/)

      Rafik (signataire M6R) Le 8 octobre 2014 à 16:17
    •  
    • La première impression est celle d’un feuilleton de téléréalité, mais très vite on s’aperçoit qu’il s’agit en réalité du compte rendu des péparatifs du congrès de l’UNEF-ID de 1989. La vérité est ailleurs !

      goldwaser Le 8 octobre 2014 à 21:01
  •  
  • J’ai voté Jean Luc Mélenchon qui pendant 35 ans,en a plus fait avec les Maastrichtiens qu’aucun des hiérarques du PS cités dans l’article.
    Cela ne me gène pas de faire alliance avec de nouvelles défections de la politique Maastrichtienne ..Bienvenues

    antiMaastricht Le 6 octobre 2014 à 15:26
       
    • Ils ne font défection sur rien ! Ils jouent la comédie et permettent de continuer à donner le change lors des congrès socialistes et à tromper ceux qui veulent continuer à l’être. Pas moi.

      Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 19:29
    •  
    • Voici mon sentiment, mon appréciation personnelle de la situation actuelle et du futur proche.
      .
      Nous avons tous fait par le passé des erreurs politiques, beaucoup d’erreurs ! Il était aussi normal de suivre ceux qui avaient un discours positif. Nous n’avons pas à le regretter. Pour faire l’unité, il faut toujours croire ce que vos vis à vis vous disent. Il s’avère que nous nous sommes trompés, cela arrive ! Nous avons aussi certainement été imprudent. Si nous avions comparé les objectifs des uns et des autres, nous aurions sans doute mieux analysé la situation et vu qu’une action commune, qu’une unité d’action, était difficile à envisager ! La conséquence, c’est que la gauche a volé en éclat. Il sera maintenant très difficile de faire revenir voter ceux que nous avons trompés !
      .
      Aujourd’hui, les choses sont beaucoup plus claires, la confiance que l’ont peu accorder à tous ces gens, Montebourg, Hamon, Lienneman, Cosse, Laurent ... est très limitée, mais pas totalement nulle. D’ici la fin de l’année nous les jugerons sur leurs actes, sur leurs décisions, et nous prendrons sans regret nos décisions, même si celles-ci seront vraisemblablement très lourdes de conséquences !
      .
      Sur un autre plan, le mouvement pour la 6ème République continue à se construire, pour toucher ceux qui vont encore voter, et surtout ceux qui ne votent plus ... Les partis, les organisations, les courants, qui visiblement se refusent actuellement à favoriser et à suivre ce mouvement devront prendre position un jour, pour ou contre ! Mais qu’ils sachent qu’ils seront les bienvenus parmi nous !
      .
      Les prochaines élections sont, je crois, en mars 2015, les choix définitifs devront donc être fait à mon avis, avant décembre 2014 ! Il n’est plus possible de revivre l’épisode lamentable des municipales, ou l’ambiance des Européennes. Tout vaudra mieux que des situations fausses et des accords boiteux qui ne satisfont personne ! Le divorce vaut toujours mieux qu’un partenariat qui se déchire ...

      Pierre Magne Le 7 octobre 2014 à 19:39
  •  
  • A ce que je constate, Pierre Laurent sait aussi prendre l’avion, pour des va-et-viens fructueux !... Je ne doute pas de ses capacités dialectiques. Pourquoi n’est-il pas venu, alors, cet été, affronter "à la base" les contradictions au rassemblement aux multiples forums de Notre-Dame-des-Landes ?..

    Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 16:41
  •  
  • Il y était.Je l’ai vu discuter avec.... Justin Bridou...

    malabarMou Le 6 octobre 2014 à 17:20
       
    • Me voilà rassuré.

      Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 17:24
  •  
  • Comme dirait "Rodolphe Santerre" : Au PS, c’est le temps des tempêtes !

    Sain et juste retour de bâton à tous ces rabatteurs de voix pour Hollande au 1er tour.

    (j’ai voté JLM au 1er tour)

    Rafik (signataire M6R) Le 6 octobre 2014 à 18:15
  •  
  • Le gros problème, c’est que le dialogue entre mon parti, le PCF, et les citoyens a lieu de plus en plus à distance !

    Je suis d’accord avec toi, Aubert. Pourquoi Pierre Laurent n’est pas venu, cet été, affronter "à la base" les contradictions au rassemblement aux multiples forums de Notre-Dame-des-Landes ?..

    CD Le 6 octobre 2014 à 18:46
       
    • Parce que Pierre Laurent a pour stratégie...la tactique de la gamelle...Il n’y a plus de stratégie au PCF depuis longtemps...sauf celle de durer...Roger Martelli y a consacré ses deux derniers livres...Le PS aide à durer...intérêt qu’il a dans la déroute actuelle à trouver des...commensaux...

      Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 19:24
    •  
    • Sauf que, Dominique, tu sais que je ne suis pas d’accord pour simplifier les choses d’aucune manière, car à force de tout simplifier, il arrive que l’on ait les mêmes défauts que l’on trouve à d’autres : la pensée courte qui fait que les fils du cerveau finissent par se toucher sur l’effet d’un simple réchauffement d’enthousiasme, ou autre !... Cela fait plusieurs fois, par exemple, que tu parles des deux derniers ouvrages de Roger Martelli, lesquels ? Quelle citation peux-tu produire ? Par exemple, s’il a signé l’appel M6R, s’il a fait un texte sur le sujet, s’il donne des provisions, dans le sens d’un dépassement de culture politique, je ne sache pas qu’il ait écrit quelque part quelque chose qui ressemble à ta thèse : que le PCF doive disparaitre au profit de ce mouvement !...

      Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 20:27
  •  
  • Ah, les beaux sourires sur la photo. Maintenant la gauche ? A vos ordres toujours hégémoniques camarades sociaux-démocrates. Mais pour qui vous prenez-vous ! La gauche c’est nous, citoyens de gauche, Front de Gauche ! Si vous souhaitez VRAIMENT AGIR A GAUCHE TOUTE vous pouvez nous rejoindre dans l’action collective, sur le terrain, dans la rue, pour agir contre les expulsions, agir à Notre-Dame-des-Landes, agir encore à Testet, agir toujours et encore contre les coupures d’électricité, de gaz... Agir avec les sans-papiers, les SDF, les salariés lourdés, humiliés, piétinés par la machine prise d’otages permanente que représente le Medef. Êtes-vous pour une loi d’amnistie sociale pour tous les syndicalistes condamnés ? Êtes-vous pour une augmentation du Smic de l’ordre de 30 à 40% ? Êtes-vous pour prioriser la reprise des entreprises "en difficultés" par les salariés ?

    CD Le 6 octobre 2014 à 19:21
       
    • @Sikirdji
      Roger Martelli a écrit la contribution la plus intéressante à ce jour sur le site "m6r" dont il a signé l’appel en tant que personnalité du comité de soutien. Son texte figure également sur le site d’Ensemble.

      Fulgence Le 7 octobre 2014 à 15:08
    •  
    • @ Fulgence...Ben oui, j’avais moi-même aussitôt signalé sur ce blog le texte de Martelli, après l’avoir lu sur site Ensemble !, avec les remerciements de Dominique...

      ASK (Aubert Sikirdji) Le 7 octobre 2014 à 15:30
  •  
  • Ce qui me réjouit quelque part c’est qu’il y a de moins en moins de dupés par les tenants de "gauche" du système ...Pas étonnant qu’ils tirent sur Mélenchon ! Avec la 6e version JLM la stratégie de la gamelle ne sera plus possible...Qui peut se laisser encore prendre à cette comédie des philistins et des jésuites ?

    Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 19:40
       
    • ...Et de plus en plus d’acquis à ta thèse de disparition du PCF au profit du M6R ?

      Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 20:30
    •  
    • Je te cite : "Je vois d’abord et avant tout ,pour l’immédiat c’est à dire le tangible, dans le mouvement pour la 6e République un outil à la fois de dépérissement indispensable du PCF, et "... (le 4 octobre à 16h45, sous le billet "Echanger pour changer")... Que tu y ajoute une visée d’allure rassembleuse "d’intégration du maximum de communistes encartés dans la pluralité des sensibilités politiques.", c’est une illusion de berger, qui considère, LUI, les gens comme des moutons !...

      Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 20:48
  •  
  • Je n’ai jamais dit que Martelli prédisait la disparition du PCF mais p.71 de "l’occasion manquée" : "Envisager sa persistance relève donc, pour l’instant, de l’opinion et du pari"....p.69 " la persistance électorale d’une gauche critique, minorée par l’hégémonie socialiste, mais politiquement active et capable, à l’occasion, de bousculer la donne institutionnelle (référendum de 2005), témoigne de l’incrustation du vieux courant, alors même que le PCF est exsangue"...p.65 "difficile de trancher sur ce que seront les choix à venir , place du colonel Fabien. Les contradictions du FDG, ses difficultés à sortir du simple binôme qui met face à face le pcf et le parti de gauche de Mélenchon, rendent la conjoncture incertaine.DANS L’IMMÉDIAT ? ELLES N’EXCLUENT PAS L’HYPOTHÈSE D’UN GROUPE DIRIGEANT TENTE ,A NOUVEAU,DE COMBINER L’AFFIRMATION IDENTITAIRE DU PARTI ET LA RECHERCHE D’ALLIANCES A LA CARTE ? Y COMPRIS AVEC LE PARTI SOCIALISTE". Ce texte a été écrit il ya seulement trois mois...et à quoi assistons-nous depuis trois mois ?

    Je suis convaincu que s’il ne sort pas de la réunion de novembre du neuf, et j’avoue ne plus trop y croire pour ce qui est du PCF, c’est la disparition de toute la gauche qui est au programme...et pour longtemps...

    De plus en plus d’acquis à la thèse de la disparition du PCF...il suffit de discuter avec les gens...et sortir de l’entre-soi des chapelles..

    Au profit de la 6e ? Certainement pas tant qu’il n’y aura de clarification politique, tant que le PCF jouera sur les deux tableaux : le mouvementisme Mélenchonien et la recherche du dialogue avec les socialistes pour refaire -en vain -la gauche plurielle de sinistre mémoire..
    ..

    Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 21:03
       
    • Ce n’est pas une illusion de berger mais une espérance dans le sursaut d’esprit critique du plus possible de communistes qui refusent le panurgisme. J’ajoute que je ne crois pas qu’ils soient très nombreux.,..la plupart d’entre eux constituent le premier parti de France...celui des ex comme toi et moi...

      Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 21:10
    •  
    • En tout cas, la façon dont vous présentez les choses ne sont pas, à mon sens, à même de convaincre les communistes qui se questionnent.
      Bien au contraire...

      Flutiot Le 7 octobre 2014 à 13:57
  •  
  • Ici, le thème du billet de Nathanaël Uhl n’est pas "les alliances à la carte avec le PS", et donc d’attraction de la gamelle, mais la question "des gauches du PS". Et voici ton propos, et la réponse spéciale que t’a fait Roger, après son article "PS : où va passer la ligne de fracture ?", le 11 juillet 2014, sur l’attitude de principe à adopter :

    Tu le citais : "Tout dépendra de la capacité de la gauche d’alternative à se déployer et à se refonder, pour pouvoir irriguer cette gauche nouvelle". ...A quoi tu répondais : "C’est bien avec cette vision là que j’ai les plus grands doutes..." (...)

    A quoi il t’avait répondu : "Il y a quelques années, autour de 2002-2003, la question se posait d’une alliance possible avec JL Mélenchon, qui avait fait le choix du socialisme pendant bien longtemps et qui restait dans un PS déjà pas mal recentré. Ma réponse d’alors était franchement positive : il faut faire le pari d’une dynamique qui tire une part (la plus large possible) de l’espace socialiste vers une démarche de rupture et d’alternative.
    Je ne crois pas que la suite des événements m’ait donné tort et JL Mélenchon a montré tout ce qu’il pouvait apporter à un combat franchement et radicalement transformateur.
    Je ne vois pas pourquoi il ne faut pas aller dans le même sens à l’égard de ceux qui, y compris aujourd’hui dans le PS, sont plus que déstabilisés par les choix sociaux-libéraux de l’Élysée, de Matignon et de Solférino.
    Mais encore faut-il que l’alternative fonctionne sous une forme cohérente, propulsive et attractive. Dans son état actuel le Front de gauche risque d’être fragilisé, et donc pas en état de marquer positivement le paysage politique. D’une façon ou d’une autre, c’est là qu’est la clé des dynamiques futures, et pas dans le PS ou sur ses marges. Roger Martelli Le 11 juillet à 18:05"

    Je crois qu’il y a ici plus d’éléments, encore une fois, qu’une histoire d’attraction de la gamelle...

    Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 22:19
  •  
  • Je crois que la plupart de ceux qui étaient encore à gauche au PS l’ont quitté avec Mélenchon et que ceux qui restent rejoindront le recours Aubry ou/et Montebourg. Il n’y a pas grand chose à espérer de ce côté là.

    Pas plus qu’il n’y a à espérer un revival quelconque du coté de la place du colonel Fabien...Martelli lui-même n’y croit pas ; ceux qui restent encartés aujourd’hui au PCF ne sont pas éloignés des positions à la Maurice ou à la Souvenir...Que veux-tu construire de crédible avec des personnes aussi sclérosées ?

    Quant à ce que dit Martelli à propos des socialistes mériterait d’être éclairci...car d’un côté il dit "Je ne vois pas pourquoi il ne faut pas aller dans le même sens à l’égard de ceux qui, y compris aujourd’hui dans le PS, sont plus que déstabilisés par les choix sociaux-libéraux de l’Élysée, de Matignon et de Solférino" et de l’autre quelques lignes plus loin"d’une façon ou d’une autre, c’est là qu’est la clé des dynamiques futures, et pas dans le PS ou sur ses marges"...faudrait savoir...

    Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 23:09
       
    • Cela se nomme : la complexité, Dominique...

      Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 23:33
  •  
  • pour dépasser cette complexité effective...proposer des actions comme une manif anti austérité en novembre comme JLM l’a fait à la fête de l’huma ou dans son dernier post sur son blog...me parait judicieux et concret.

    Dominique FILIPPI Le 6 octobre 2014 à 23:45
       
    • C’est effectivement judicieux et concret, du point de vue d’un centralisme arithmétique...

      Aubert Sikirdji Le 7 octobre 2014 à 06:12
  •  
  • Enfin quelqu’un qui précise ses idées.
    Tout le monde évoque Montebourg ,Hamon ,Emmanuelli,Linmann ,Fillipetti ?
    Pourquoi pas mais de grâce n’oubliez pas Mélenchon.Lui aussi a été :
     Ministre,solférinien,Mitterandien,Maastrichtien.
    Mais,dès que le vent a tourné,pour rester élu européen,Il a adopté une attitude communiste.
    Il a permis au PCF de se refaire une santé et travaille vaillamment pour que le centenaire du PCF se passe bien.
    Est ce pour cela que l’on ne parle plus de Mélenchon ?
    Allons,messieurs et mesdames les journalistes ne nous faites pas croire que vous avez cru Jean Luc quand il a annoncé sa retraite.

    ipipipourah Le 6 octobre 2014 à 23:53
       
    • ...« Enfin quelqu’un qui précise ses idées »... et qui propose des trucs, n’est-ce pas !... Des perspectives.... Une ou des grandes manifs, par exemple, pour ponctuer le mi-mandat de Hollande, occasion d’appliquer la stratégie M6R, en popularisant, par exemple, la première idée simple comme un balai qui s’impose : le référendum révocatoire...
      Sinon, il existe une raison pour laquelle « on » ne parle plus tant de Mélenchon : c’est qu’il s’est lui-même, sans partir en retraite, sorti d’un certain jeu. Raison simple, compréhensible par des esprits simples... Et qui feraient parfois bien de se demander s’il ne lui en demandent pas un peu trop, en matière de vaillance, pour ainsi dire maniaco-dépressive !...
      Par ailleurs, l’intérêt de quelqu’un qui précise ses idées, c’est qu’il aide effectivement et affectivement les autres à préciser les leurs... Y compris si elles ne collent pas à 100% avec les siennes...
      Voici donc ce que je peux rajouter à propos du « simplisme » : je suis d’accord par exemple pour dire que l’optimisme et le pessimisme sont les deux côtés d’un même problème, qui est de se remettre au sort...
      C’est sur la suite que, si je peux me permettre, j’émettrai une nuance : lorsque l’on ajoute qu’ .... « alors que l’Avenir n’est rien d’autre que ce que nous en ferons ! »... : Ca fleure l’illusion de toute-puissance... A propos de sens de la complexité, un certain communiste sorti du PCF autour de 1956, Edgar Morin, indique que Georges Lefèvre (orthographe non garantie) lui a enseigné, en matière de complexité historique, que l’avenir en quelque sorte n’était ...jamais ce qu’on prétendait en faire !...
      Vous me direz : ce n’est sûrement pas une raison pour ne rien faire. Evidemment, évidemment. Mais avec l’idée anti-totalitaire que Martelli affirme quelque part : que les contradictions, il faut savoir vivre avec, s’il l’on veut éviter d’être tragiquement réducteur !...
      Autre penseur de la complexité : Miguel Benassayag, qui souligne que l’idée de « LA » situation est réductrice. Nous avons toujours affaire à un pluriel : et donc à un COMPLEXE de situations...

      Aubert Sikirdji Le 7 octobre 2014 à 07:02
  •  
  • @Aubert Sikirdji

    Faut bien qu’il y ait quelqu’un qui appelle et que l’arithmétique ne soit pas moutonnière appelée qu’elle est à se constituer en peuple...car c’est bien de cela qu’il s’agit avec la 6e ? On veut du concret ? Ceux qui se retrouveront pour braver la pensée unique dans la rue marqueront ainsi qu’ils proposent un contenu porteur de droits constitutionnels nouveaux et ne sont pas seulement contre (pour çà la mère facho fait le boulot...)

    Dominique FILIPPI Le 7 octobre 2014 à 07:12
       
    • Qui d’autre que le peuple - non fantasmé à la Michelet comme être mythique - peut faire murir les contradictions ?

      Dominique FILIPPI Le 7 octobre 2014 à 07:40
    •  
    • Une dimension de la réponse au fascisme, c’est la diversité (la démultiplication) des initiatives. "Ensemble !" propose des assises de la transformation sociale, pour donner sens à la mutation du dit Front de Gauche, conformément à sa vocation : de devenir bien plus et bien mieux qu’un cartel, orientation avec laquelle beaucoup de monde est d’accord... "Assises" ne signifie pas un remake de rencontres intéressantes, où les gens échangent un résumé de leurs connaissances établies, assises et acquises !... Mais un effort de mise en mouvement, décentralisé, imaginatif et en profondeur, tourné vers les gens, là où ils sont...

      Aubert Sikirdji Le 7 octobre 2014 à 07:44
  •  
  • @Aubert Sikirdji

    C’est ce que j’appelle de mes vœux depuis deux ans...si on veut des adhésions directes au FDG , la décentralisation des initiatives est indispensable...comment faire se constituer en peuple le plus grand nombre...les assises ne doivent pas être que nationales , le plus possible locales...

    Dominique FILIPPI Le 7 octobre 2014 à 08:15
  •  
  • @Flutiot
    Il faut mettre les militants et adhérents communistes qui ont encore une capacité d’écoute de ceux qui à l’intérieur de la gauche ne pensent pas comme eux face à leurs responsabilités même si dans un premier temps le parler-vrai les choque...quant aux autres, l’affectivité brouille beaucoup trop leur lucidité pour qu’un réel débat soit possible (voir Maurice et Souvenir par ex.).

    Dominique FILIPPI Le 7 octobre 2014 à 14:17
       
    • Cesse, s’il-te-plait, Dominique, de jouer les néo-directeurs de conscience...

      Aubert Sikirdji Le 7 octobre 2014 à 14:28
    •  
    • ...Comme s’il était en ton pouvoir, surtout sur internet, de faire le départ entre des ouverts et des incurables...

      Aubert Sikirdji Le 7 octobre 2014 à 14:32
  •  
  • @Sikirdji et Filippi
    Pacsez-vous une bonne fois pour toutes et évitez nous vos "je t’aime moi non plus " à n’en plus finir !

    Fulgence Le 7 octobre 2014 à 15:20
       
    • Merci de votre conseil Fulgence, mais il n’y a pas d’urgence.

      Aubert Le 7 octobre 2014 à 16:09
  •  
  • @Aubert Sikirdji

    Je n’ai vraiment pas cette intention (jouer les directeurs de conscience) et je me fous du départ à faire entre les uns et les autres.Je dis ce que pense point barre.S’il y en a qui sont choqués ou scandalisés...tant pis pour eux...s’ils sont à la retraite comme moi...ils n’ont qu’à aller faire une pétanque...çà leur apportera plus de joie que de me lire !

    Dominique FILIPPI Le 7 octobre 2014 à 15:27
       
    • @ Dominique Filippi, et aussi Fulgence

      Disons que nous avons sans doute en commun une perspective rassembleuse, au-delà de positionnements affectifs différents, en même temps que de la similitude et de la différence dans nos histoires politiques respectives... Mais qu’une différence entre nous est déjà dans le fait que je pense qu’un blog n’est pas vraiment un lieu pour « militer » entre commentateurs, un lieu pour opérer des mises en demeure de positionnements, qui aboutissent à y faire du ménage..., mais essentiellement et d’abord un lieu d’échange de connaissances utiles qui se confrontent entre elles, et même s’affrontent, mais sans que cela puisse avoir de but conclusif... Car y "militer" n’a pas de sens (comment peut-on « dire »complètement « ce qu’on pense, que ça lui plaise ou non », et l’envoyer promener au cas où ça lui déplairait, à quelqu’un que l’on ne voit pas ? Faudrait m’expliquer !... ) : ça ne peut qu’aboutir à des jeux de rôles, qui ne pourront qu’être injustes, car ils ne restitueront jamais la richesse des gens, puisque nous resterons, quoi que nous y ferons, des êtres virtuels les uns pour les autres, des ombres de la caverne... Du coup, que je dise cela peut me faire prendre pour un opportuniste, qui tantôt tend une oreille favorable à l’un, tantôt à l’autre, ...car je ne vois pas comment je pourrais y juger qui que ce soit, encore une fois que je ne connais pas vraiment, sinon refuser systématiquement les classements intempestifs et l’exclusivisme qui mutilent les échanges !...

      Aubert Le 7 octobre 2014 à 21:57
  •  
  • Je suis loin, très loin d’avoir votre culture politique
    alors ce que je vois décrit là, ce sont des socialos qui blablatent et blablatent encore, et un communiste et une verte qui tentent de se pousser du coude pour se faire une place, des fois que cela tourne mieux pour eux.
    Plutôt avec eux dedans le "naufrageur PS", plutôt que en dehors, et qui "m’aime me rejoins"
    Bref quand ces éminents cacique solfériniens se seront enfin décidé à être da gauche et a agir comme tels, peut-être serat-il temps de réviser ce jugement

    tchoo Le 7 octobre 2014 à 19:42
  •  
  • @Aubert

    Si j’interviens sur ce blog, c’est d’abord et avant tout pour essayer de convaincre de la nécessite absolue pour nous tous à la fois de cesser de faire du neuf avec du vieux (gauche plurielle relookée version Colonel Fabien), du crypto-mouvementisme ( les différentes "chapelles" de l’extrême-gauche)et de nous rassembler dans un nouveau FDG où les adhésions n’auraient pas besoin de passer par la case PCF, PG, etc...Un nouveau FDG issu du nécessaire dépérissement des anciens partis de la gauche de transformation sociale qui ont fait leur temps ; un FDG qui intéresse les citoyens déboussolés comme rarement ils l’ont été dans notre histoire ;un FDG qui les aide à se reconstituer en peuple en refondant la République.
    Intervenir sur tous ces points est un acte militant surtout quand on sait combien le poids du passé pèse encore dans les consciences, combien la dépolitisation sévit dans l’ensemble du Corps social et donc également dans nos rangs.Affirmer avec force la nécessite absolue d’Assises du FDG ouvertes et souveraines pour redonner de la crédibilité à la gauche, c’est un acte militant. Ce n’est pas un jeu de rôles.

    Dominique FILIPPI Le 7 octobre 2014 à 22:42
       
    • Si. De prêcheur pour "la bonne cause"...

      Aubert Le 8 octobre 2014 à 07:03
    •  
    • ...Sinon, évidemment que ce n’est pas du jeu de rôle, au sens que c’est du sérieux. Mais j’ai dit ça pour mettre l’accent, disons, sur le fait que c’est un jeu d’ombres... Nous nous n’y voyons pas. C’est le visage humain (voir ce qu’en dit Emmanuel Lévinas, cher au coeur d’Alain Finkielkraut) qui retient l’autre humain... Du coup, ça te permet d’affirmer, en frisant le cynisme, que ceux que ce que tu écris défrise, tu ne les retiens pas... Comme tu interviens de manière régulière et "valeureuse", pour recadrer les choses à ta manière, en vertu de TON idée fixe, ...je maintiens que le risque en est de constamment "sanctionner" le débat, et, pour le moins, de le réduire...

      Aubert Le 8 octobre 2014 à 07:34
  •  
  • @Aubert

    Essayer de convaincre n’est jamais totalement vain et ta prolixité me donne à penser que tu penses de même...Ceci dit, si tu veux me convaincre que le virtuel ne remplacera jamais le réel...rassure-toi je suis entièrement d’accord !

    Dominique FILIPPI Le 8 octobre 2014 à 07:23
  •  
  • @Aubert Le 8 octobre à 07:34

    Je dirais non pas une idée fixe -même si cela y ressemble fort- mais une pédagogie du dépérissement des formes anciennes de la politique ;pédagogie dont le principe de base est la répétition...(j’étais prof d’histoire jusqu’en février dernier...). Ceci dit, je te l’accorde, les adultes qui nous lisent ne sont pas des élèves et encore moins les miens !

    Dominique FILIPPI Le 8 octobre 2014 à 08:41
       
    • Spéciale dédicace : il arrive qu’à se refuser de refaire l’Histoire avec des si, l’on se contente de la découper avec des scies... Cela s’appelle le "périodicisme" : le découpage en périodes, qui porteront le nom de tel ou tel "dirigeant" !... Je suis resté, comme dirait l"autre, et quoi qu’on en dise, ...quelque part : un "bon communiste" !... Et les braves gens bons de ma trempe ne se découpent pas en tranches de vie militante !...

      Aubert Le 8 octobre 2014 à 11:50
  •  
  • @Aubert Le 8 octobre à 11:50

    Moi aussi je suis resté un bon communiste et c’est parce que je le suis resté que je veux sauver le message libérateur qu’il contient que je clame haut et fort qu’il faut passer à autre chose !Je ne vois vraiment pas où est le pb...

    Dominique FILIPPI Le 8 octobre 2014 à 12:06
  •  
  • @Rafik (signataire M6R) Le 8 octobre à 16:17

    A propos des frondeurs..."Il s’agit pour eux de donner à leurs chefs suprêmes la garantie des limites de ce qu’ils entreprennent."

    Jean-Luc Mélenchon, mercredi 8 octobre 2014.

    Dominique FILIPPI Le 8 octobre 2014 à 17:51
       
    • ...Le nouveau numéro de Regards, c’est sur : "à quoi servent les frondeurs ?" !...

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 12:04
  •  
  • Je reprends mon billet qui ne suivait pas le fil, et donc qui semble ne pas avoir été vu ! J’ai fait quelques ajouts.
    .
    Voici mon sentiment personnelle sur la situation actuelle et sur le futur proche.
    .
    Nous avons tous fait par le passé des erreurs politiques, beaucoup d’erreurs ! Il était aussi normal de suivre ceux qui avaient un discours positif. Nous n’avons pas à le regretter. Pour faire l’unité, il faut toujours croire ce que vos vis à vis vous disent. Il s’avère que nous nous sommes trompés, cela arrive ! Nous avons aussi certainement été imprudent. Si nous avions comparé les objectifs des uns et des autres, nous aurions sans doute mieux analysé la situation et vu qu’une action commune, qu’une unité d’action, était difficile à envisager ! La conséquence, c’est que la gauche a volé en éclat. Il sera maintenant très difficile de faire revenir voter ceux que nous avons trompés !
    .
    Aujourd’hui, les choses sont beaucoup plus claires, la confiance que l’ont peu accorder à tous ces gens, Montebourg, Hamon, Lienneman, Cosse, Laurent ... est très limitée, mais pas totalement nulle. D’ici la fin de l’année nous les jugerons sur leurs actes, sur leurs décisions, et nous prendrons sans regret nos décisions, même si celles-ci seront vraisemblablement très lourdes de conséquences !
    .
    Sur un autre plan, le mouvement pour la 6ème République continue à se construire, pour toucher ceux qui vont encore voter, et surtout ceux qui ne votent plus ... Les partis, les organisations, les courants, qui n’ont pas pris position actuellement sur ce mouvement, devront sans doute le faire un jour, et s’afficher pour ou contre ! Mais qu’ils sachent qu’ils seront les bienvenus parmi nous ! En attendant, cela ne les empêchent nullement de continuer à développer leurs organisations, leurs revendications, à réfléchir, à prendre position et à militer.
    .
    Les prochaines élections sont, je crois, en mars 2015, les choix définitifs devront donc être fait à mon avis, avant décembre 2014 ! Il n’est plus possible de revivre l’épisode lamentable des municipales, ou l’ambiance des Européennes. Tout vaudra mieux que des situations fausses et des accords boiteux qui ne satisfont personne ! Le divorce vaut toujours mieux qu’un partenariat qui se déchire ...

    Pierre Magne Le 8 octobre 2014 à 18:48
       
    • Je souscris totalement à cette analyse.

      Dominique FILIPPI Le 8 octobre 2014 à 22:47
    •  
    • Non !
      Vous êtes à côté de la plaque.
      C’est le FN qui mettra en place la 6ième république pour laquelle ils militent depuis toujours.
      La preuve,ce dernier sondage :
      Si le PS est éliminé au 1er tour, ce qui est probable en l’absence de retournement significatif de la conjoncture, et que le choix de 2e tour est FN contre UMP (ou sa nouvelle appellation PMU), de deux choses l’une :

       Soit le candidat de droite est Juppé ou Fillon, et le vote républicain permettra à ce candidat de capitaliser sur son nom un grand nombre de voix de gauche qui n’iront pas vers l’abstention ;

       Soit le candidat de droite est Sarkozy et un très grand nombre d’électeurs de gauche voteront Le Pen pour ne pas revivre le cauchemar du quinquennat précédent.
      Cela ne fait que mettre en évidence que Mélenchon avec sa sixième.
      Il va perdre et son temps et son énergie et faire perdre, par la même occasion, ceux de ses partisans.
      Vu que ce changement de constitution, pourrait advenir, par déduction, en jouant malin.Pour ça, il faut pas être empêtré dans une idéologie à la noix(anti-communisme) qui paralyse toute action d’avenir pour celui ou celle, (qu’importe sa couleur politique) qui permettra au peuple de retrouver sa souveraineté .
      L’avantage de cette solution serait en outre d’ouvrir une crise de régime - la présidente Le Pen n’ayant pas de majorité législative - qui déboucherait sur la nécessité urgente de se débarrasser enfin d’une Ve République subclaquante pour aller vers une plus conforme aux attentes du peuple,la 6ième du FN,qui contrairement à la 5ième quine sera pas sociale vue que c’est le FN qui la pondra .
      En attendant,comment répondre aux angoisses délirantes exprimées sur ce blog.
      Evidemment,il faut renforcer le PCF et la nébuleuse communisante ( le fdg,sans adhésion directe).
      Il ne faut pas négliger le fait que beaucoup de gens à gauche sont à la recherche d’une « religion », d’un lien qui leur permet de communier.
      Le PCF sait fonctionné depuis des années sur ce modèle « religieux »,malgré les freins autophobiques en son propre sein.
      Mélenchon n’a fait qu’essayer de reconstituer ce mécanisme .
      Or,il est dépassé comme ,il l’explique sans vergogne dans le Nouvel Obs de cette semaine du 8/10:2014..
      Le probème, c’est que ce genre de lien(admiration fanatique du sauveur,Mélenchon) exclut toute posture critique : celui qui n’est pas d’accord est au mieux un imbécile, au pire un traître.Le fanatisé,ne se rend pas compte de son aveuglement.
      Nous l’observons sur ce blog comme une confirmation de la toxicité pour tous,des positions anti-PCF.

      SouvenirAvenir Le 9 octobre 2014 à 08:57
    •  
    • Désaccord avec toi, SouvenirAvenir !

      En cas de 2nd tour LePen/Sarkozy, certes au 1er tour Le Pen serait largement en tête (du fait de la multiplication des candidatures à droite que provoquerait Sarkozy, il ne fait pas l’unanimité à droite y compris dans son propre parti), mais Sarkozy remporterait aisément le duel de 2nd tour face à Le Pen rien que du fait des appels à voter pour lui des autres candidats de droite, des soi-disants "centristes" (de droite en fait), DU PS (surtout si son candidat s’appelle Valls) ...et des "frondeurs" PS qui voudront faire barrage à Le Pen ("battre Le Pen dans les urnes").

      Tout ceci me fait fortement penser à la fin du gouvernement Jospin (bérézina des municipales 2001, pertes de nombreuses mairies et le candidat du PCF dépassé par DEUX candidat-e-s trotskystes ET le candidat écologiste le 21 avril 2002) amplifiée !!!

      Rafik Le 9 octobre 2014 à 11:45
    •  
    • En cas de second tour Ps ou Ump contre le FN, j’ose espérer que tout le monde ici mettre un bulletin de vote contre le FN. Pas besoin de tergiviser beaucoup pour cette grande evidence.

      Bon, mais notre responsabilité dans tout cà ? Facile de commenter les situations de loin en faisant des pronostics comme au tiercé ou en chouinant comme des jeunes filles de pont aven sur la qualité des macarons et l’impossibilité d’aller prendre le thé ensemble.

      Quels moyens avons nous désormais d’influer sur la politique du gouvernement ? Aucuns ! Et certains dirons que ce n’est pas nos affaires. Certes, mais si on se retape l’UMP ou pire le FN, quel que soit le fait de savoir à qui la faute, le résultat sera là. Et puis cà voudrait dire que le FDG ne sert à rien, surtout. Si c’est pour "ouvrir les yeux aux gens sur les méfaits du PS", cà ne sert qu’à la droite et l’extreme droite sur le simple fait que la gauche de la gauche ne se ramasse pas plus d’adhésions ....

      Heureusement qu’il reste encore quelques élus pcf dans les mairies et quelques députés, sinon la gauche de la gauche serait morte au niveau representation du pouvoir/

      L’heure est bien evidement à l’union des gauches et on est plus aux temps des chouinages de jeunes filles en manques de pureté politique, mais bien d’actions concretes pour empecher la droite et l’extreme droite de reprendre le pouvoir.Le mouvement machin sur la 6 eme république, c’est du gadget, tout le monde s’en fiche un peu, on attends surtout des propositions concretes et réalistes en matieres d’economie, d’emploi et de social. Quand à la dérive du PS en mode libérale, à nous de la contrer, c’est notre responsabilité, et pas d’excuses d’incompatibilité d’humeur entre toutes, chacunes doit y mettre du sien dans ce combat de regulation. Fraternellement.

      bdpif Le 9 octobre 2014 à 13:24
  •  
  • SouvenirAvenir Le 9 octobre à 08:57

    Il est toujours conseillé de réfléchir en se relisant avant d’envoyer un post.

    Dominique FILIPPI Le 9 octobre 2014 à 12:07
       
    • C’est dommage que tu ne cherches pas à saisir, Dominique, la modulation de ton chez ton interlocuteur. Sur le point de la religion, je considère personnellement que le dernier propos de "Souvenir..." est intéressant, ...et qu’il est tout sauf irréfléchi !... Justement parce qu’il y fait le départ entre religion et ...fanatisme, fondamentalisme, intégrisme, etc., etc., ...ce qui est très important !

      Je peux dire et écrire, à l’occasion, qu’il faut "laïciser la politique"... Mais pas, par exemple, au point de parler comme un prof. de philo, bien connu dans mon département : Michel Onfray, qui lui se pose carrément en anti-religieux, "y compris dans la dimension politique"... Pourquoi d’ailleurs les gens auraient-ils besoin de religion ? D’après lui, la pulsion de mort est une invention de Freud !... Passons...

      Que fais-tu d’autre que faire acte, quelque part, "religieux", lorsque tu ne cesses de nous bassiner avec la nécessaire reconstitution du peuple, que de parler de reconstitution du lien politique, c’est-à-dire social ?

      Tu m’auras compris : "relier" les gens = "religion" !!!...

      Là où, personnellement, je m’insurge, oui, comme toi, c’est par rapport aux comportements inquisitoriaux..., dont personne n’est prémuni, et qui aboutissent à porter un regard déformant sur le réel alentour ! Au point qu’il y aura forcément erreur sur la personne, à laquelle on s’adresse !... On la mettra sur le grill, pour rien !... C’est comme le loup de la fable, disant à l’agneau "si ce n’est toi, c’est donc ton frère" !... Pour employer une formule soft, nous dirons qu’ils sont... "contre-productifs"... Mais ce n’est pas parce qu’on va légitimement dénoncer chez un autre ce genre de comportement, qu’il n’en "restera" pas de trace chez soi-même !...

      Aubert Sikirdji Le 9 octobre 2014 à 17:07
  •  
  • @bdpif
    ".Le mouvement machin sur la 6 eme république, c’est du gadget, tout le monde s’en fiche un peu, ..."
    .
    Le mépris est bien peu constructif ! Même vous, vous serez obligé de vous positionner, pour ou contre !
    .
    Pour le moment, je comprends que vous êtes contre ! Mais le moment pour prendre position, il est au plus tard en décembre 2014.
    .
    Dois-je comprendre aussi que pour les Cantonales de mars 2015, vous êtes partisan de repartir avec le Ps ?
    .
    Et après que proposez-vous ?

    Pierre Magne Le 9 octobre 2014 à 17:42
       
    • Ce que je propose : Toute les gauches se serrent la main, on reprends le combat politique en parlant économie, sociale, industrie, emploi, international, et non pas des histoires de dentelles entre jeune filles politique qui se crepent le chignon, on essaie de convaincre les gens de par la justesse du programme. On essaie de tous se réunir et de reprendre le dialogue , coupé, avec le PS pour influer sur lui.

      On mets en maison de retraite tout les militants de Melenchon et on ecoute surtout pas leurs conseils, sinon, on va en revenir à 3% aux prochaines elections (touche d’humour)

      POur le mouvement pour la Machin république, j’ai moi aussi signé, mais franchement, si vous saviez le peu de passion que cà m’entraine face aux véritables urgences sociales et economiques dont attendent de nous des réponses de la part des camarades. C’est un peu du gadget, désolé ... Bonne soirée. Fraternellement, camarades !

      bdpif Le 9 octobre 2014 à 19:45
    •  
    • Mais...

      Il faudrait que les militants de Mélenchon en question, pour commencer le moniteur de service principal, cessent de croire qu’ils vont résoudre la marche du monde, en remplaçant un vieil avant-gardisme par un tout beau tout neuf, qui n’est pas moins trivial, ...en décrétant qu’ont « fait leur temps » d’anciennes formes, en fait toutes les formes existantes, au profit de la seule et unique qu’ils proposent, et en posant des ultimatums permanents, en fonction d’un agenda déterminé qui, quelque part, et quoi qu’ils en aient, réduit tout aux élections !..

      On ne peut pas se contenter de remplacer d’anciens ‘pré-dateurs’ d’avenir usés, ou si vous voulez ‘commissaires du peuple’ désormais complètement passés au Passé, par des nouveaux les relayant, ne sachant qu’opérer des mises en demeure comminatoires de toutes les ombres sans visage qui passent par ici !...

      Surtout, je le redis, ...nous ne pouvons pas être ici dans autre chose qu’un commerce des idées, non dans leur négociation. Nous ne sommes pas dans des conditions de « militantisme » : qui suppose le face à face et le « corps à corps » !... Et d’abord : des VISAGES, qui permettent que les TENDANCES diverses et variées, soient éventuellement considérées avec toute la TENDRESSE et la finesse désirée !... Raison première, pour laquelle ces mises en demeure sont non seulement déplacées, mais n’ont absolument aucun sens !... Nous pouvons nous QUESTIONNER, sans concession, les uns les autres, mais sans injonctions... D’autant que nous ne sommes canalisés par aucun modérateur.

      La politique est un art, mais « lorsque l’art est de rigueur, l’art est nié. » ( Jacques Prévert)... D’autant plus sur la toile !...

      Aubert Sikirdji Le 9 octobre 2014 à 20:51
  •  
  • @bdpif
    " on mets en maison de retraite tout les militants de Mélenchon et on écoute surtout pas leurs conseils, sinon, on va en revenir à 3% aux prochaines élections (touche d’humour)"
    .
    Pas 3%, c’était 1,92% !
    .
    Votre ennemi principal, c’est donc Mélnchon et le PG !
    Et pas la droite. Et donc pas le Ps qui fait une politique de droite : avec la retraite qui passe de 60 à 66 ans, les licenciement facile ...
    .
    Mais vous n’avez pas répondu sur mars 2015 : et donc vous repartez avec le Ps ? Ai-je bien compris ? Seriez vous gêné de me répondre ?
    .

    Pierre Magne Le 9 octobre 2014 à 20:58
       
    • Non, non, Monsieur Magne, j’ai du mal m’exprimer.

      Mon ennemi c’est evidement la droite, et ce pourquoi j’en appelle à une union de la gauche contre elle.

      Bon, je vais essayer de m’exprimer sans froisser, et en moderant mes formules pour bien me faire comprendre.
      Je vous cite :

      "Et donc pas le Ps qui fait une politique de droite : avec la retraite qui passe de 60 à 66 ans, les licenciement facile"

      Bon, cà, pour moi, c’est une formule populiste destinée à convaincre les masses, mais certainement pas les gens avec un minimum de culture politique. VOus nous citez l’exemple des retraites. Vous omettez de dire que tout l’argent qui devait etre destiné aux retraites dans notre période à été claqué par Eric Woertz, ce qui explique que le PS n’a plus aucunes manoeuvre là dessus et à été obligé de prolonger les durées. C’était les fameux fond de retraites de Jospin, avec plusieurs milliards destiné pour aujourd’hui, fruit des privatisations. Si ces milliards n’avaient pas été gaspillés par Weurtz, il n’y aurait pas eu d’augmentation de la durée. Donc de dire "vous voyez bien, ump et ps, c’est pareil", c’est un peu malhonette, du moins très maladroit.

      On va pas epiloguer sur le ps longtemps, nous serons entierement d’accord pour dire qu’il tiens une ligne beaucoup trop libéral, nous ne serons pas d’accords sur les effets de surprise la dessus. Il fallait bouger des les primaires du PS, c’était completement prévisible.

      Cadeaux fiscaux au patronat dans le vain espoir de faire tenir cette economie vacilliante. Oui, mais c’est du socialisme. Social et libéral. Ils sont dans leur rôle. Ils sont pas assez à gauche, nous serons d’accords. C’était les pires libéraux qu’ils ne fallait pas élire, personne n’a bronché dans les primaires du PS. On l’a laissé passer pour mieux lui taper dessus et espérer se récupérer les decus du PS. Echec complet evidement. Seul le FN a gonflé dans cette decridibilisation du pouvoir.

      Voilà pour le libéral. Pour le social, ils ont fait de bonnes choses, le RSA pour les moins de 25 ans, embauche de fonctionnaires à gogo dans l’education, 20 000 faineants inutiles à l’ANPE, ils ont mis beaucoup de sous dans la formation, je suis d’ailleurs passé de peintre en Batiment à Informaticien grace aux fonds mis par le PS à l’AFPA, etc
      Evidement les bonnes choses ne sont jamais mis en avant dans le but evidement tacticien melenchonesque d’assimiler le PS à l’UMP.

      Donc si certains ne voyent pas la différence entre le PS et l’UMP, les ouvriers eux la voyent tout de même.

      Je ne milite pas pour la politique libéral du PS, mais pour essayer de faire connaitre un autre programme, une autre politique economique pour ce pays. Et il est passé où ce programme ? QUi en parle ? Tout les discours ne portent que sur des questions idéologiques entre courants. Et futiles. L’argument de dire qu’en se detachant du ps, les francais nous choisiront, ne marche pas. Vous en avez les résultats sous les yeux. Perte de la moitié des députés, echecs succéssifs et continus aux elections. POurtant la demarque y est pour les francais. Melenchon étant devenu le princicpal opposant au PS.

      Il faut arréter avec ces discours. IL faut parler vrai et intelligent aux francais. Non, le PS n’est pas cette gauche que nous defendons, et oui, il vaut mieux du PS que de l’UMP, sans aucunes hésitations non plus. Notre taff, c’est essayer de convaincre les francais de la justesse de notre programme, pas de continuellement taper sur le cousin PS au risque de faire passer la droite ou le FN au pouvoir. Car celà, les gens de gauche ne nous le pardonneront pas, il sera inutile de leur dire "c’est la faute au PS", ils verront juste les résultats, une gauche divisé, belliqueuse, incapable de s’entendre entre elle et donc .... incapable de gouverner.

      Ce qui explique que nous coulons en même temps que le PS.

      Donc pour vous répondre : Oui, en 2015 on se serre tous les coudes à gauches contre la droite et le FN. DOnc oui, avec le PS, et tartampion et tartampine. Qu’importe ...
      Tant qu’on ne remets pas la droite ou l’extreme droite aux ouvriers.

      bdpif Le 9 octobre 2014 à 21:57
  •  
  • @bdpif
    "Oui, en 2015 on se serre tous les coudes à gauches contre la droite et le FN. Donc oui, avec le PS, et tartampion et tartampine. "
    .
    J’en conclu que votre seule stratégie, c’est de s’allier au Ps.
    .
    Merci de votre franchise. Amitiés
    .

    Pierre Magne Le 9 octobre 2014 à 22:28
       
    • Non. La seule stratégie que je pense etre bonne, c’est la fin des polémiques entre gauches et le retour des discours economiques et sociaux pour essayer de convaincre les francais de la justesse de notre programme.C’est tout. AMitiés egalement.

      bdpif Le 9 octobre 2014 à 22:44
  •  
  • @Aubert Sikirdji

    Tu sais moi quand quelqu’un pense que les gens voteront Le Pen pour éviter Sarkozy ; mon premier réflexe est de me dire qu’il prend les citoyens pour des imbéciles ou qu’il ferait mieux de faire une pétanque plutôt que de dire de telles inepties donc je ne lis pas plus loin...Excuse mon simplisme mais parfois j’évite de chercher des poils aux œufs...

    Dominique FILIPPI Le 9 octobre 2014 à 22:43
       
    • et tu me sembles être un grand spécialiste de la recherche des poils aux œufs...là je te taquine...n’en prend pas ombrage !

      Qominique FILIPPI Le 9 octobre 2014 à 23:29
    •  
    • Je retiens l’expression.

      Aubert Sikirdji Le 10 octobre 2014 à 07:23
  •  
  • @bpif
    Je ne partage pas votre avis sur le PS.
    Le Ps ajd ne propose plus rien, il bénéficie uniquement de sa position institutionnelle et de la peur de la droite et surtout du FN.
    Ils ont vidé le contenu de la gauche et nous ont tous envoyé au fond du trou.
    Je pense que nous assistons en ce moment à un changement d’ère politique et en ce sens l’expression de Mélenchon "lente agonie" pour évoquer le PS me semble parfaitement adaptée.
    A force de dire qu’il faut voter PS au second tour pour faire barrage au FN sans autre argument, ne retarde-t-on pas simplement l’arrivée au pouvoir sans qu’aucune autre forme d’alternative ne parvienne à émerger ?
    Je ne souhaite absolument pas voir le FN aux manettes dans notre pays, nos régions, etc. mais quand on voit le PS actuel, les affaires de l’UMP et notre propre état, je crains que cela ne devienne très concret très vite. Ce jour là il faudra rebattre les cartes et les masques tomberont : qui résistera ? l’ump et le ps s’allieront-ils ?
    Pour finir, je vais revenir sur le fdg.
    Je ne suis pas certain que son approfondissement en créant l’adhésion directe soit la solution. On dépasserait la crise des partis en créant un nouveau parti ? Je trouve que la forme qu’a le FDG ajd est bien adaptée : cela permet à des citoyens peu politisés de se mettre en mouvement facilement sans avoir à participer à de grandes AG, à payer une cotisation, lire des statuts, etc. Ceux qui veulent s’engager plus profondément peuvent adhérer à une des composantes du FDG la plus proche de leur sensibilité propre.

    Flutiot Le 10 octobre 2014 à 10:59
       
    • Ce n’est pas tant le PS qui ne propose rien. C’est l’équipe au gouvernement. Et comme je l’ecrivais souvent, Hollande n’était pas à la hauteur de la fonction et se contenterait de suivre la ligne libérale sans trop faire de vague, de peur de ne faire des bétises.
      C’est ce qui arrive concretement. Mais bon, cà, c’était visible depuis les primaires. Et il y avait d’autres choix, et personne n’a voulu en faire au FDG.

      Si un peintre en bêtiment comme moi qui n’a pas fait d’études est capable de le voir, j’ai du mal à imaginer que la floppée d’intellectuelles à gauche n’ait pu le voir.

      Où étions nous alors pour prévenir du danger ?

      Quand au FN, tout comme le PS en est responsable de par son incapacité à contenter les francais. Nous en sommes egalement responsable, en effet, la destabilisation du pouvoir en tapant à boulet rouge sur le PS à peine arrivé au pouvoir, les discours du tous pourri et les opération "coup de balai melanchonesque" ont fortement contribué au FN qui reprends un peu les mêmes themes.

      Nous avions, en tapant sur le PS, l’obigation et la responsabilité de convaicre les gens de venir nous rejoindre, car sinon c’est la droite qui en profite. Nous avons echoués. ILs sont partis ailleurs. Et cà, ce n’est pas la faute au PS, mais bien la notre.

      Melenchon est d’ailleurs parti bien vite de son chef du PG, en laissant les clefs sous la porte, avant la faillite et financiére (scission avec le pcf, donc plus de fonds, plus de logistique, etc) et morale (une gauche du PS au FDG , completement sinistrée)

      Il nous reste un mi mandat pour convaincre, il est temps de corriger le tir et de redevenir un parti intelligent, qui propose une alternative et non pas du populisme (les carambars) Amitiés. BDPIF

      bdpif Le 10 octobre 2014 à 14:03
  •  
  • @bpif,@Flutiotvous :
    D’accord avec vous.
    Le schéma le plus adapté est de continuer le fdg sans adhésion directe .
    Chaque citoyen choisissant ou pas son parti,pour moi le PCF.
    Attendez vous à subir les foudres professorales-duretraitéà plein taux à 60 ans .
    Car,Sachez que vous avez osé émettre des idées différentes de l’unique neurone obsessionnel de Domiqiue Fillipi :’psalmodier ad éternam : ’Mélenchon,Mélenchon..’
    C ’est le seul crédo qu’il veut entendre durant sa retraite obtenue en 1981par l’alliance PCF-PS.
    Faites attention,Les mâchoires de la hyène dactylographique(dixit Sartre) vont se manifester bientôt...
    Je vais me cacher,maintenant..j’entends qu’il rédige un post assassin contre le PCF et P.Laurent..

    SouvenirAvenir Le 10 octobre 2014 à 11:47
       
    • ...Plaisanterie fort facile : "Sartre arracherait la gueule de nous parler poliment ?"

      Aubert Sikirdji Le 10 octobre 2014 à 11:59
    •  
    • Vos commentaires oiseux ne militent pas pour un FdG ferme. A part confirmer que, en bon militant PCF vous êtes dans la ligne Laurent qui a déjà tant fait de mal, rien de neuf a proposer. Ce long "débat "entre 3 personnes est totalement insipide. Malheureusement significatif de l’état de délabrement du FdG après 2012.

      Vassiviere Le 12 octobre 2014 à 16:09
    •  
    • @ Vassivière

      Je prône personnellement une éthique de la discussion qui n’est nullement une invitation à une logorrhée, sans odeur ni saveur, ni sens.

      Seule la démarche éthique peut être attractive, et faire que nous ne restions pas à deux ou trois à débattre.

      Aubert Sikirdji Le 12 octobre 2014 à 16:45
  •  
  • @Aubert Sikirdji Le 10 octobre à 11:59

    Moi ce que j’aime chez souvenir sans avenir,c’est qu’il me fait penser à Léon Mauvais qui, à bout d’arguments, disait "La Pravda a raison !"....c’est à peu près du même niveau...

    Dominique FILIPPI Le 10 octobre 2014 à 14:27
  •  
  • @bdpif
    Je me suis déjà exprimé sur JLM et ce que j’estime être son virage d’après présidentielle, je n’ai pas envie d’y revenir.

    Après quand on regarde les faits, le PS mieux que la droite ?
    Aucun changement de la politique d’immigration.
    Réforme des retraites.
    Hausse de la TVA.
    Réforme des collectivités.
    Diminution des dotations aux collectivités.
    CICE.
    Pacte de compétitivité.
    Ils parlent même de supprimer la seule bonne mesure de Sarkozy : remettre de la pub après 20h sur les chaines publiques (bon ça c’était pour la blague mais je tenais absolument à citer la seule bonne mesure sarkoziste).
    Et je dois en oublier.

    Reste le mariage pour tous et heureusement quelques mesures que vous avez citées.
    Mais pensez-vous que ceux qui ont voté le "changement maintenant" en y croyant y trouvent leur compte ajd ?

    Tout ça reste en effet du ressort du gouvernement. Après quand on voit comment ils ont changé de premier secrétaire... la lente agonie.

    Personnellement je ne reproche absolument pas qu’ont n’ait pas bougé pendant les primaires socialistes : ça n’était pas notre affaire, depuis le TCE on est sur une autre ligne pour faire monter d’autres exigences. De plus c’était cautionner ce casting présidentiel et renforcer la Vème Rep.
    Vous dites que la démarque ne nous a pas réussi. Je pense que de rester lié finira de nous achever.
    Amitiés

    Flutiot Le 10 octobre 2014 à 15:01
  •  
  • bravo Aubert pour ’..Plaisanterie fort facile : "Sartre arracherait la gueule de nous parler poliment ?" et aussi un grand merci à Dominique fillipi qui nous révèle si facilement ses aigreurs pro-mélenchoniennes.
    Un petit stage pour Dominique,à propos d’intelligence,injure et insulte :
    J’entends par "intelligence" :être capable de dépasser son dogmatisme y compris anti-PCF !
    "Quand j’emploie un mot, dit Humpty Dumpty avec un certain mépris, il signifie ce que je veux qu’il signifie, ni plus ni moins.
    La question est de savoir, dit Alice, si vous pouvez faire que les mêmes mots signifient tant de choses différentes
    La question est de savoir, dit Humpty Dumpty, qui est le maître, c’est tout."
    (Lewis Carroll, « Alice à travers le miroir »).
    Ensuite,une révision grâce ’aux écrits ’du marchand de sucre’ :Aubert Sikirdji:je cite le 8:10 à 22h17 sur le blog de ’pour ne pas en finir avec Jaurès’.
    ’-Il existe une nuance de taille entre injure et insulte...
    Dans l’injure, on ne se contente pas de violenter l’autre, à cause de ce qu’il est : dans le même temps on le fait passer pour ce qu’il n’est pas...
    C’est pourquoi je m’insurge contre toutes les généralisations abusives, les analogies intempestives, les assimilations réductrices, les classements sans suite... Mal nommées par l’idéologie dominante "amalgames" !!!...

    Car l’amalgame, c’est diamétralement opposé, comme opération : cela consiste dans l’alliage des qualités respectives, le métissage réussi, ce qui se passe lorsque nous nous tournons vers l’altérité, vers "ces étrangers, et nos frères pourtant"...

    Lorsque se cristallise la convergence...

    C’est alors que nous intégrons, comme le soulignait Lucien Bonnafé, le "je est un autre", de Rimbaud...’
    Excellent !
    En conclusion une fable:le cas d’un ex-Maastrictien,Mélenchonnien par exemple.Ce type (ex-socialistePRS) avec qui je discutais de temps en temps par mail et puis du jour où j’ai commencé à émettre quelques doutes sur la tactique de Mélenchon etc, ça a été terminé ! il préférait m’éviter plutôt que d’avoir à se remettre en question ou devoir remettre en question l’image qu’il avait de ’l’Homme’,son Idole ! Il fallait être du bon côté, selon sa définition, sinon point de salut !
    Cette personne qui fréquentait les comités anti-libéraux et rejetait le vote nominatif des membres du pcf (bonjour,le respect du vote démocratique) au prétexte que les communistes étaient plus nombreux a fait sienne comme D.Fillippi ,la devise de Staline.
    ’Ce n’est pas le vote qui est important,c’est la façon dont les résultats sont proclamés’....Cela permit à Besancenot et Bové de se présenter contre celle qui avait été élue:MGB.Elle ne fit que 1,9%des voix comme candidate des comités anti-libéraux alors qu’elle aurait fait bien plus comme candidate du PCF.
    Or DominiqueFillipi,vous vous proclamez partisan de ces méthodes staliniennes quand vous voulez marginaliser le vote nominatif des membres du PCF !
    Elles nous mènent à l’impasse.
    Pour se préserver des hyènes à la Staline ou à la Fillipi:pas d’adhésion directe au fdg certes mais aussi pas d’anti-PCFisme.

    SouvenirAvenir Le 10 octobre 2014 à 15:49
       
    • et celle-ci n’est pas de moi :

      « Il y a deux façons de parler de soi-même quand on parle des autres : La première - objective, mais altérophage - dévore l’autre en se donnant l’ambition de dire la vérité à son sujet. La seconde - partiale, mais respectueuse - se contente d’énumérer, au gré des conversations et des choses vues, les impressions laissées en soi par celui ou ceux dont on a croisé la route... »

      Aubert Sikirdji Le 10 octobre 2014 à 16:02
    •  
    • "M-G Buffet a fait 1,9% en tant que candidate des collectifs anti-libéraux, elle aurait fait beaucoup plus sous l’étiquette PCF" Alors là, je suis scié ! J’en ai entendu des spécialistes de la mauvaise foi et de la manipulation en 20 ans au sein du PC, mais un tel culot, ça pulvérise le Guiness book des records ! Bravo ! Standing ovation !

      Fulgence Le 12 octobre 2014 à 19:14
    •  
    • En tout cas, l’arithmétique, c’est la fin des valeurs. Même si l’autre a les mêmes, il faut le faire perdre pour gagner ; la scène politique étant réduite, selon l’expression consacrée, à un "échiquier". C’est indécent. D’ailleurs, quand comprendra-t-on que l’union populaire, c’est une affaire de démultiplication des énergies, et non de simple "addition" mécanique de forces, réalisé par la "soustraction" d’autres ?...

      Aubert Sikirdji Le 12 octobre 2014 à 21:08
    •  
    • ...Sinon, oui, Fulgence, "il y a des camarades", qu’à force de raccourcis de pensée, et d’inversion de la réalité des choses, ils ont les fils du cerveau qui se touchent et se mettent à grésiller du carafon !...

      Une longue expérience au PCF nous a néanmoins confrontés à l’impératif « fatal » et catégorique suivant : d’être toujours à côté de la plaque, avec un train de retard !... Moi par exemple, en 2002, je n’étais pas pour réitérer une candidature Robert Hue, j’aurais été pour que ce soit Marie-George Buffet qui se présente.

      Mais certainement pas en 2007 !... Ce fut une incroyable connerie, qui a cassé la dynamique des comités antilibéraux !... Il n’était d’ailleurs pas impossible que ce soit un communiste, qui fasse l’unité. Mais faire le forcing arithmétique pour la secrétaire nationale, c’était indéniablement insulter l’Avenir, cher camarade Souvenir !...

      D’ailleurs, lorsque, par la suite, il a pris le relais de la direction, ton cher Pierre Laurent a "dialectiquement" reconnu qu’il y avait eu un DOUBLE JEU désastreux, de la part du Parti !... Veux-tu que je te retrouve la citation ?...

      Ben oui, "à la limite", il ne fallait pas faire comme si « on » était pour l’unité, si on le l’était pas !!!!!... Si c’est ça que tu voulais dire, de manière trop courte pour être compréhensible, avec ta formule "MGB, candidate des comités antilibéraux", tu n’as pas tort : il fallait annoncer la couleur, et vous « autonomiser » dès le départ... Pas faire semblant... avec des résultats sanglants, en matière d’unité !...

      (Comme s’il avait fallu nécessairement passer par cet "échec" : en réalité ce grand n’importe quoi, pour se décider par la suite à "lancer le Front de Gauche" !!!...)

      Aubert Sikirdji Le 13 octobre 2014 à 04:55
  •  
  • Je ne sous estime pas les mécontentements et les déceptions des socialistes de bases qu’expriment les états d’âmes des "frondeurs". Mais attention de ne rien faire qui puisse aider la naissance d’un nouveau PS de pour nous resservir la soupe social démocrate ou un peu moins libérale. Le concept d’union de la gauche est terriblement ambiguë. Je préfère que l’on travaille l’idée d’un front du peuple pour institutionnaliser une république - la VI°- dans laquelle on redonnera du sens à notre devise : liberté, égalité, fraternité. Pour en finir avec la monarchie au service du MEDEF. Au delà de ce que l’on appelle encore la gauche, il y a là une perspective pour un réel changement de société.

    Marcel Tassy Le 11 octobre 2014 à 00:52
  •  
  • @Aubert Sikirdji Le 10 octobre à 16:02

    Inutile de te dire que je ne me sens pas dévoré par les élucubrations de Sans Avenir...Oui je l’appellerai désormais ainsi...car l’injure qui tient lieu d’argument est sans avenir...
    Une chose me semble devoir retenir toute notre attention car elle risque de dissiper toutes nos dernières illusions sur la capacité de remise en question d’ un nombre significatif d’encartés au PCF....à savoir que PERSONNE d’encarté au PCF ne s’est démarqué sue ce blog vraiment des propos à la Sans Avenir ou à la Maurice...Je ne demande bien entendu qu’ à être démenti par de prochains posts d’encartés au PCF...

    Dominique FILIPPI Le 11 octobre 2014 à 06:46
  •  
  • @Marcel Tassy Le 11 octobre à 00:52

    C’est bien pour cela que le M6R doit se développer et que des Assises du FDG avec vote avec ou sans PCF sont inéluctables sinon c’est la disparition de tout autre horizon que le capitalisme .

    Dominique FILIPPI Le 11 octobre 2014 à 07:47
       
    • C’est pas M6.FR qui và sauver l’economie de ce pays entre nous ;)

      bdpif Le 13 octobre 2014 à 17:44
    •  
    • @ bdpif

      Pas glop ! Pas glop, l’économisme !... Qui fait accord entre Gauche officielle et Droite...

      Ca veut dire quoi sauver l’économie ? Habituellement, c’est un euphémisme pour dire sauver les profits !

      Je vous rappelle cette formule de ...Lénine : le politique ne peut manquer d’avoir le primat sur l’économie. L’immense mérite de Jean-Luc Mélenchon, on dira "avec tous ses défauts", dont l’essentiel est ...le défaut de parti (qu’il a fallu créer), ...c’est d’avoir grandement permis au POLITIQUE de reprendre ses droits....

      Bien sûr, la formule en question en URSS, etc., a été le prétexte de monumentales dérives, mais ce n’est pas une raison pour qu’elle soit devenue complètement obsolète...

      Aubert Sikirdji Le 13 octobre 2014 à 19:42
  •  
  • Le Ps fait une politique de droite, c’est donc un parti de droite !
    .
    Si le PCF s’allie au Ps pour les prochaines élection de mars 2015, on doit en conclure donc, que le PCF est un parti de droite !
    .
    La réalité est souvent difficile à avaler !
    .
    Le reste, le discours, c’est du blablabla pour amuser la galerie !
    .
    Amitiés à mes camarades communistes

    Le 11 octobre 2014 à 10:18
       
    • ...Sans compter que tous les chats sont mortels !

      Et vu que Socrate est mortel, Socrate est un chat !

      Aubert Sikirdji Le 11 octobre 2014 à 10:37
    •  
    • Les généralités, dans un sens, ou dans un autre, j’adore ça !

      Aubert Sikirdji Le 11 octobre 2014 à 10:39
    •  
    • Aubert n’a pas tort...Surtout ne pas assimiler les solfériniens rentés ou moutons aux milliers de membres du PS qui sont des personnes ni plus ni moins à gauche que nous ! Ne pas confondre le parler-vrai avec l’amalgame...

      Dominique FILIPPI Le 11 octobre 2014 à 10:51
    •  
    • Une bien fine analyse, effectivement ...

      bdpif Le 11 octobre 2014 à 11:08
  •  
  • La direction autophobique a effectivement tout fait pour que MGB soit candidate des comités anti-libéraux.
    Les votes de ces comités ont logiquement désigné MGB.
    Rappelons que 99% des forces militantes étaient PCF.
    Démocratiquement,c’est normal que MGB ait été élue.
    MGB a démissionné du secrétariat du PCF,n’a jamais mis de logo PCFsur ces affiches.Jjusqu’au bout,elle a mis ’les formes’.C’est une trés grande naïve doublée d’autophobisme .
    Elle a cru qu’en étant investi par les comités antilibéraux les anti-communistes de ces comités respecteraient le vote militants.
    Mais les Hyènes anti PCF à la Dominique Fillipi,ont aussitôt détruit les comités anti libéraux pro PCF.
    Car Besancenot,comme Bové,comme Fillipi ne sont pas préoccupés par la démocratie.
    Ils sont intéressé par le dépeçage du PCF non par son renforcement.
    Depuis longtemps ils oeuvrent à la disparition du PCF.
    Ils ont sabotés MGB candidate élue des comités anti libéraux en se présentant contre elle.
    De même aujourd’hui pour le fdg que Dominique Fillipi trouve trop avantageux pour le PCF.
    Dominique Fillipi,dont chacun mesure la morgue et le mépris pour les militants et la direction du PCF,ne trouve même pas que cet irrespect est anormal..
    C’est un grand inquisiteur ,naturel voire inconscient, anti PCF.
    Un Torquemada,grand inquisiteur de la secte Mélenchonienne,inoffensif heureusement sur ce blog,suffisant,repus.
    Seule l’influence qu’il a sur certains lecteurs antiphobiques du PCF est néfaste.
    Son narcissisme l’ aveugle tellement, qu’il ne voit pas ce qui apparaît dans ses textes ?L’intolérance au PCF.
    Torquemada était un inquisiteur qui a envoyé des milliers de personnes au bûcher pour cause d’hérèsie.
    Car il ne supportait pas une autre autorité que celle de son groupe .Sur ce blog où sévit Dominique Filippi,c’est la mise en accusation perpétuelle des pro-PCF.
    Ce blog est animé par des anticommunistes viscéraux et dissimulateurs comme Dominique Fillipi .
    Ils sont intolérants à l’égard des militants actuels du PCF.
    Ils cherchent à les briser comme Torquemeda le fit réellement au 17-18ième siècle...
    C’est d’ailleurs pour cela qu’ils projettent cette image odieuse du PCF.
    Dominique Filippi,vous nous ’vendez’ la 6ième comme une solution miracle à tous nos problèmes.C’est du foutage de gueule.
    Vous proposez la 6ième république,comme depuis plus de 20 ans,Montebourg,Filipetti, Marine le Pen, Hamon, Royal, Mélenchon, objectif grande tarte à la crème ?
    Berner l’électorat,c’est sa votre ’fabrique de la politique’ ?
    Par ailleurs, au delà de votre acharnement dissimulé contre le PCF , quel avenir proposez vous aux lecteurs de ce blog ?
    Vous lire à longueur de blogs déblatérer sur ce PCF qui vous survivra ?
    Cela fait des années que vous misez tout sur sa disparition or vous assistez à l’enterrement de son enterrement.
    Vous en êtes aigris,sourds au débat et vindicatif.
    Trop,c’est trop.
    Bientôt je vais lancer un appel à boycotter ce blog.
    Mais d’abord je veux voir cet ignoble anti communiste de Dominique Fillipi changer d’avis devant l’inanité de ces commentaires.
    Déjà il a modifié ces propos sur le PCF,le fdg depuis qu’il sait que je copie ses commentaires insultants pour les envoyer à Pierre Laurent.
    Cela vous obligera à respecter les personnes communistes.
    Vous ne pouvez pas cracher sur la direction du PCF et après être écouté.
    Il faut assumer.
    C’est élémentaire que de respecter les autres,y compris membres du PCF.
    Naturellement,vous ne savez pas le faire.
    D’où vos erreurs.
    Je savoure à l’avance le spectacle de Dominique Fillipi quand il avalera la couleuvre de la non adhésion directe.Alors,j’appellerai au boycott de ce blog.Bonne journée !

    SouvenirAvenir Le 13 octobre 2014 à 07:30
       
    • Tes pilules sont à gauche sur ta table de nuit.

      Vassiviere Le 13 octobre 2014 à 09:18
    •  
    • @Souvenirs à vomir
      Finis la boite, j’en rachèterai demain.

      Fulgence Le 13 octobre 2014 à 10:07
    •  
    • Ben dis donc !... Entre Dominique qui scie, et celui-là qui va tout répéter à Pierre Laurent, nous v’là bien !... Ben qu’est-ce qui t’arrive, ma gueule ? On t’as jamais dit que ce n’était pas joli-joli, de rapporter, en plus d’être chimérique ?... Dans le fond, je ne m’étais pas trompé quand je t’ai dit que tu étais transparent comme un rapport...

      Aubert Sikirdji Le 13 octobre 2014 à 10:31
    •  
    • Rooo, c’est fini toutes ces histoires, à quoi bon les relancer. Voilà, ceux qui ont pronés la scission avec le PCF ont leurs résultats devant les yeux. Le FDG est pratiquement mort. A quoi bon leur rabacher leur faute et leurs erreurs ?

      Ce qu’il faut, c’est ne plus les écouter, et surtout aux prochaines élections où ils n’auront aucunes gènes à recommencer leurs discours destructeurs de gauche.
      Et s’ils font cà on leur remettra sous leur nez leurs précedents discours et leurs erreurs. Ils ne font pas cà par méchanceté, mais parce que trop decallés d’avec les réalités, perdus dans leurs livres et leurs discours à long termes lointains. Il ne faut pas tirer sur l’ambulance.

      Le danger est ailleurs, le front national vient d’arriver au pouvoir en Belgique.

      http://www.letemps.ch/Page/Uuid/636b5c6a-4f26-11e4-a701-a0e5a8a72efd/La_Belgique_prend_un_nouveau_virage_politique

      Nous devons tous nous reconcillier à gauche pour combattre le front national. L’urgence est là, ilest proche de passer en France !!!!

      bdpif Le 13 octobre 2014 à 13:51
    •  
    • @ bdpif

      ...En attendant de "nous réconcilier à gauche", ce qui est un objectif bien vague, voici un morceau choisi de l’interview que JLM a donnée à l’Humanité d’hier, lundi 13 octobre 2014 :

      "J’approuve la tournée qu’à faite Pierre Laurent où il a porté partout le même message : on ne peut pas construire sans rompre avec cette majorité. C’est un discours dans lequel je me reconnais entièrement. Nous travaillons de bonne manière en occupant chacun un créneau différent de la bataille commune."

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 13:02
    •  
    • @ bdpif

      "Nous devons tous nous réconcilier à gauche pour combattre le front national. L’urgence est là, il est proche de passer en France !!!!"

      Ben je vais dire ça de manière simpliste et schématique :

      ...Non, ce n’est pas le fascisme qui est à l’ordre du jour en France, c’est plus compliqué que cela. Si c’était le cas, "nous devrions tous nous lier à gauche", et au delà, pour le combattre.

      Nous pouvons dans l’état actuel des choses nous payer le luxe d’une stratégie plus riche et compliquée que cela.

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 13:08
  •  
  • @ Souvenir/Avenir

    Arrête ton char, s.t.p. !...

    « A chaque effondrement des preuves, le poète répond par une salve d’avenir »
    René Char

    Novembre 36 : « Que l’homme délivré de son passé absurde
    Dresse devant son frère un visage semblable
    Et donne à la raison des ailes vagabondes. »
    Paul Eluard

    (Aubert (Dulac-) "Sekerci"
    Le 6 août à 14:12, sous l’article de Roger Martelli, "Après la mort de Jaurès, l’échec tragique du socialisme"...)

    Tu as le droit d’être parano, mais pas de produire des raisonnements déraisonnables et paranormaux. Salvador Dali ne prônait-il pas une méthode : qu’il appelait "paranoïaque-critique" ?
    Cela signifiait que l’on pouvait prétendre à loisir que c’était un fou, mais... en l’occurrence, un fou de PRECISION !...

    Essayons donc d’avoir des débats éthiques, argumentés, c’est-à-dire, de préférence précis !... Prétendre qu’en toutes circonstances tout se ramènerait à un big problème de gens mal intentionnés à l’égard de Le-Parti, c’est pas très scientifique, t’avoueras !...

    Aubert Sikirdji Le 13 octobre 2014 à 11:45
       
    • et c’est surtout d’une stupidité sans nom...je pense que le mieux serait de faire comme si sans avenir n’était pas là...et dire qu’il ne se rend même pas compte qu’il se ridiculise...

      Dominique FILIPPI Le 13 octobre 2014 à 17:53
    •  
    • @ Dominique,

      Il parait que dans la vie il faut faire son maximum, ...mais aussi savoir laisser les morts enterrer les morts...

      J’ai pas d’avis tranché.

      Aubert Sikirdji Le 13 octobre 2014 à 18:39
  •  
  • @ bdpif

    Pas glop ! Pas glop !...

    ...Sachez que je suis apte à donner un coup de patte à droite, à gauche, et aussi au centre, si je suis avec des interlocuteurs qui tous restent au niveau des généralisations confortables de la Politique Politique, sous des angles différents et autres points de vues imprenables, de « surplomb »...

    Au-delà de telle formulation sommaire, sur laquelle j’ai moi-même tiqué, ...qui vous rendait en miroir une image symétrique-inverse de la vôtre, Pierre Magne a eu en réalité raison de vous reprocher votre mépris, car sous vos airs de fraternalisme de Gauche Officielle, vous n’êtes visiblement capable que condescendance avec la gauche, comme on dit, de transformation sociale et autres « populistes », qui « ne fait pas ce qu’elle fait par méchanceté », mais qui n’aurait rien compris à la sphère partidaire, et qu’il s’agirait « de ne plus écouter » !... A qui ferez-vous croire que nous serions tous « également » responsables et coupables à la base, mais « pas le PS » ? ...Comme le serait par ailleurs ce que vous appelez ...« l’équipe au gouvernement » !?!?... Ben voyons !...

    Que le camarade « Souvenir/Avenir » nous fasse un caca nerveux, peu importe !... Vous voilà à sa rescousse, ...au moment-même il s’agirait plutôt de le prier de ne point forcer son talent, car il ne « ferait » rien avec grâce !... Ah elle est belle, en l’occurrence, « l’équipe » que vous formeriez à vous deux !... Mais que cela ne tienne, ...il faut groupir, groupire : ...nous « réconcilier », dites-vous !... Vous allez bientôt, à vous lire, nous refaire l’Union de la Gauche à l’ancienne, qui s’adresse aux masses spectatrices, en lançant à la cantonade : « - Demandez le programme social, qui est bon pour vous !... » Je ne sais pas quel âge vous avez, mais sachez qu’on a déjà donné !... Et que :

    Il y a bel et bien une ancienne vision de la stratégie qui a ECHOUE !!!...

    ...C’est de plus François Mitterrand qui, historiquement parlant, a mis en selle Jean-Marie Le Pen, ce qui lui permis de substituer la lutte « anti-fa. » à la lutte de classe !... D’autre part, cela fait maintenant près de trente ans (en vue des législatives de 1986) que le PS nous a fait le coup d’une union autour de lui, sur le mode « -Au secours, la Droite revient !... » Maintenant c’est sur le mode « - Au secours, l’Extrême-Droite arrive !... » Balayez devant votre porte, SVP !... Avec un TRES-TRES-TRES-GROS-BALAI !... Achetez-donc zan un dans une populisterie !... Et encore une fois un très-très-gros balai à l’échelle de votre Parti, pas à l’échelle de la faute individuelle !...

    Maintenant, pour ce qui est des livres, et « discours à longs termes », dans lesquels « nous » serions perdus, noyés..., tellement « décalés » que bons pour l’ambulance, « - Pin pon pin, pin pon pin !... », sur laquelle il serait peu charitable de tirer, ...n’est-ce pas singulièrement moi que vous visiez ?

    Eh bien apprenez que l’honneur de la culture populaire d’alternative, digne de ce nom, c’est de ne pas se contenter d’UN NIVEAU de culture : que ceux qui s’y exerce se sont de longue date familiarisé avec un « esprit de l’escalier », qui ne les « cale » pas définitivement à un étage ou un autre... : regardez précisément toutes les références qu’est capable de vous sortir « Souvenir/Avenir »... Même au point de se mettre à l’occasion à son tour à nous offrir un poème de ses préférés !... Le seul NIVEAU des nigauds et autres fats de « la POLITIQUE POLITIQUE » que je refuse, encore une fois c’est celui des GENERALITES ABUSIVES, qui consistent à refuser d’admettre, au fond, que celle-ci est en crise définitive !...

    ...Car ils s’imaginent qu’avec leur usage, ils sont définitivement, eux, immunisés du « populisme », et calés sur le bon plan. D’ailleurs, ...ILS ONT « LA CARTE » !... Ce qui correspond au fait qu’ils ne font jamais que de la « géopolitique » électoraliste, en vue du POUVOIR !... Et savez-vous, entre nous soit dit, ce que les ... « cartographes » appellent, dans leur jargon professionnel l’opération de simplification arbitraire, nécessaire à la confection d’une carte, qui veut QUE L’ON TRICHE sur la taille des routes, des fleuves, sur le nombre de méandres ou de virages, ou sur le nombre de maisons d’un village, ...afin de la rendre lisible ?

    Ils appellent cela une opération de « GENERALISATION »...

    En vertu de quoi c’est à vous qu’il s’agirait de demander de redescende sur terre.

    ...Car au demeurant, et concrètement, vous n’avez jamais évoqué, par exemple, la question des « déçus » de la Politique Politique !... Et du comment on fait, à part se regrouper pour distribuer un beau Programme Commun réactualisé ?

    Aubert Sikirdji Le 13 octobre 2014 à 17:49
       
    • Aubert , je pense vraiment que tu perds ton temps avec souvenir sans avenir ...je viens de lire "L’ère du peuple"...même si je suis 100% en phase avec JLM...je ne peux m’empêcher de penser que lorsqu’on a refermé son livre, la tâche parait tellement prométhéenne qu’on a envie soit de regarder un bon film ou aller sous la couette avec un bon roman...çà me passera sans doute demain...

      Dominique FILIPPI Le 13 octobre 2014 à 18:00
  •  
  • Oui, Francois Mitterand, c’était il y a 35 ans.
    Nous sommes en 2014, l’extrême droite viens de prendre le pouvoir en Belgique. Il ne faut pas être devin pour deviner que le danger est là pour la France dans peu de temps.

    Qui c’est qui và aller le déloger le FN quand il sera en place ? Vous ? Non, cà và être encore nous les ouvriers qui allons nous taper les manifestations, les émeutes, la repression. Alors bon, permettez nous d"avoir cette vision d’essayer d’empecher qu’il prenne le pouvoir avant de le deloger. Et les discours de " C’est la faute au Ps, nous on a rien à se reprocher, s’il passe tant pis ! On y peut rien", cà và pas le faire longtemps ....

    Pour le reste, c’est du bla bla bla ....
    Vous avez eu deux ans pour que le FDG expose son programme au Francais et propose une alternative à la politique du PS sans faire revenir la droite et pire encore l’extreme droite au pouvoir.
    Vous n’avez fait que parler, polémiquer, sur des debats dont les francais se fichent eperdument : Les social traitres solfériniens, puis les traitres PCF, le venezuela, etc ...
    Vous en avez les résultats devant les yeux ; des elections legislatives perdus (50 % en moins de deputés), des cantonales ratées, etc ...

    Bon, vous me permettrez d’être effectivement condescendant devant aussi peu de clairvoyance politique et de stratégie infantile.

    Seuls les résultats comptent ...
    Mais j’ai l’impréssion qu’il n’y pire autiste que celui qui ne veut voir.

    Alors fini les blablas, les divergences de cuisines politiques, c’est trop tard. Là, on se réunit tous, on fait nos autocritiques , et on avance tous, toute la gauche, du PS au PCF, du PG au NPA pour empecher que la droite revienne.

    Jospin avec un bilan économique impeccable, et avec les 35 heures ne vous plaisait déjà pas. Sans le soutien de l’autre gauche (le NPA à l’époque qui s’en prenait au PS) on s’est tapé 10 ans de droite. Dernierement, on vous à prévenu du danger Hollande dès les primaires du PS, vous l’avez laissé passer pour mieux lui taper dessus, et au résultat aucuns décus du PS n’est venus nous rejoindre, et l’extreme droite a gonflée. Donc Stop là, les grands discours. Ce n’est plus le moment.

    Permettez moi d’être en colère effectivement, au vu de ces résultats. De la part de quelqu’un qui a beaucoup ecris pour faire connaitre le programme pendant que certains perdaient leur temps à se chamailler et à se traitriser.

    Fraternellement
    Bdpif, petit fils de commandant des collones Durrutti, petits fils de resistant contre Franco et les Nazis, jusqu’en 1974. Ce qui explique le pourquoi que j’ai pas envie que cà recommence 50 ans plus tard, par la faute d’intellectuels et de bobos décalés qui ne font rien pour empecher que le FN et le faschisme redebarque en force dans notre pays et qui nous parlent poésie politique. Amitiés.

    bdpif Le 13 octobre 2014 à 20:43
       
    • IL và falloir se reveiller un peu les amis !

      bdpif Le 13 octobre 2014 à 20:43
    •  
    • C’est justement parce que je suis réveillé que je scie avec constance...çà ne sert à rien de faire semblant d’être d’accord si, en fait, on n’est d’accord que de façon très superficielle...notamment sur la démocratie et la volonté ou pas de remettre en cause vraiment le système. "Le système n’a pas peur de la gauche (donc du PS et du PCF NDLR) ; il a peur du peuple"...Médite bien cette citation de JLM...

      Dominique FILIPPI Le 13 octobre 2014 à 21:53
    •  
    • "Le système n’a pas peur de la gauche (donc du PS et du PCF NDLR) ; il a peur du peuple"

      J’ai beau méditer, monsieur Filipini, je n’y vois strictement rien en rapport avec le sujet ;)

      Vous pensez vraiment que le systeme à peur du peuple ?
      Vous pensez que le peuple và se soulever contre un système qui l’opresse, et que de par la rue ou de par la force des masses, và en sortir un nouveau gouvernement plus probe, plus honnette, plus efficace ?

      La france n’est pas le Vénézuela ou l’Espagne. On vit bien en France par rapport à ces deux pays. On ne meurt pas de faim (je suis bénévole aux restaux du coeur), on a des RSA pour permettre aux gens de se loger et d’avoir un minimum pour vivre, survivre. C’est la faim qui pousse le peuple dans la rue.

      Melenchon vis dans un rêve où son salaire de deputé le coupe de la réalité des citoyens. Il vise une insurrection en 2017 (Mouarph). Il n"y aura aucune insurection. Des abstentionistes ? La droite radicale en profitera comme en Espagne pour gagner les elections. Un FN au pouvoir ?On pourra plus rien faire. Le renverser par la rue nous transformerait en Faschistes qui ne respectent pas la decision du peuple.

      Melenchon est un très bon écrivain, un peu la madame Bovari de la gauche. Mais rien ne marche dans ses prédictions ! Rien !

      bdpif Le 13 octobre 2014 à 23:27
    •  
    • Moi je vais vous dire, Monsieur Filipini, et ce n’est qu’un exemple, si on expliquait au peuple, comment nous allons augmenter le smic à 1700 euros, de quelle manière, si on apportait un gage de crédibilité à cette mesure par des discours pédagogiques. Si on entretenait les reflexions sur le sujet afin d’améliorer le programme par des echanges constructifs . D’apporter quelque chose de propre, de sécurisant, de concret et de réaliste aux Francais pour une solution alternative politique. Là oui, j’ai l’ultime conviction que tout le monde viendrait vers nous.

      Ha oui, certes, on a eu des victoires en ouvrant les yeux aux francais,sur le fait que finalement ils s’étaient trompés dans leurs votes, mais ils ne nous rejoignent pas !!!!! Et je vais vous dire, à force d’ignorer les véritables contraintes des francais dans nos discours (Emploi, salaire, misère, etc) et en focalisant nos discours sur la denonciation d’une politique et non pas dans les propositions que nous pourrions leur apporter, ils nous ignorent de la même dans les urnes.

      Faisons un test de bonne foi ! Est ce quelqu’un ici parmi les militants de gauche est capable (sans tricher et aller regarder dans le programme) de nous citer comment nous allons financer le smic à 1700 euros POUR TOUS et POUR TOUT DE SUITE (Ceci dis au Passage, augmenter les fonctionnaires, c’est facile, un decret une loi, et c’est plié, mais pour le privé, c’est une autre paire de manche, et puis une catégorie de Francais augmenté et pas l’autre, cà và pas le faire du tout, on và se ramasser du goudron et des plumes). Voilà un exemple de polémique qui serait utile à la gauche toute entière. Pas les bisbilles avec le PCF. Tout le monde s’en fout !!!!! (et je ne vous parle même pas du M6.FR, sic ...) ;)

      bdpif Le 13 octobre 2014 à 23:55
  •  
  • Et je concluerais sur un petit mot gentil pour vous dire bravo pour votre magazine ;)

    bdpif Le 14 octobre 2014 à 00:09
       
    • Vous avez une manière curieuse de mettre les pieds dans le plat, qui demande de toute façon une vraie discussion.

      ...Et cela passe par ne pas prendre votre interlocuteur pour ce qu’il n’est pas, surtout en vous plaçant dans une concurrence des mémoires et des activités militantes, ...tout en prônant l’unité abstraite de "la vraie gauche" : c’est un point sur lequel nous sommes bien un peu obligés d’entrer dans l’examen de la réalité des positionnements, si l’on ne veut pas qu’il relève de l’exautisme et ...d’on-ne-sait-quel regret de l’époque de Jospin !...

      C’est le 21 avril 2002 qui a décidé JLM à faire son pas de côté... Avec sans doute l’idée que l’explication de ce traumatisme par la seule "dispersion de la gauche" était un peu courte !...

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 00:53
  •  
  • Je vous cite : "Et je vais vous dire, à force d’ignorer les véritables contraintes des français dans nos discours (Emploi, salaire, misère, etc) et en focalisant nos discours sur la dénonciation d’une politique et non pas dans les propositions que nous pourrions leur apporter, ils nous ignorent de la même dans les urnes."

    Pour info, voici ce que j’ai écrit ailleurs :

    "...Sauf qu’il est beau le peuple souverain au ventre vide, il est beau le peuple souverain aux prises avec les catastrophes climatiques..."
    Aubert Sikirdji
    Le 11 octobre à 10:44

    ...En réponse à ceci :

    "Encore un article de Regards qui ne prononce pas les mot "Mouvement pour la 6ème République" !
    .
    Surprenant !
    .
    Et pourtant les objectifs de ce mouvement, c’est de mettre en place une 6ème République, démocratique, sociale et écologique ! "
    .
    Pierre Magne
    Le 11 octobre à 10:32

    C’était sous l’article « L’écologie politique, point de convergence de la gauche ? »

    Je vous informe par ailleurs que je n’ai rien d’un bobo décalé qui ne ferait rien au présent pour empêcher que le FN et le fascisme redébarque en force dans notre pays, histoire de nous parler poésie politique !... C’est indigne d’écrire cela. J’étais prêt à vous envoyer en réponse un texte bien plus virulent, en développant "les choses", ...ce dont je me suis abstenu. Car il faut commencer par se respecter, si l’on veut pouvoir "se présenter" normalement...

    Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 01:47
       
    • Idem pour moi.....

      Dominique FILIPPI Le 14 octobre 2014 à 07:15
    •  
    • Je vous cite :

      Pour info, voici ce que j’ai écrit ailleurs :
      "...Sauf qu’il est beau le peuple souverain au ventre vide, il est beau le peuple souverain aux prises avec les catastrophes climatiques..."

      Voilà, tout est dis, vous faites de la prose littéraire, ce que j’appelle de la poésie politique.

      Non, il est pas beau le peuple au ventre vide, en général celui ci à le visage tiré par les soucis, il a du mal à s"habiller ; il des probleme dentaires (moi même) et il en a marre. Et il a pas envie qu’on lui commente sa misère sous des formules littéraires douteuses. Il plus envie de trouver du travail, qu’on s’occupe de lui avec décence et qu’on lui parle intelligement à son niveau.

      Bon et quel rapport avec mes messages ?

      Bon vous répondez tous à coté, vous fuyez les discussions, vous ne supportez pas les critiques. Je ne vais pas perdre mon temps plus ici.
      Bonne journée quand même.

      bdpif Le 14 octobre 2014 à 10:02
    •  
    • ...C’est comme la vie, bdpif, elle n’est sûrement pas belle... Et puis un jour, c’est comme une dent, il faut vous l’arracher... Et puis Victor Hugo, c’était sûrement un bobo !...

      En attendant, vous qui vous réclamez du peuple, sachez qu’il est une manière très populaire, qui appartient à chacun, chacune, de méler poésie et humour...

      Regardez Jacques Prévert..., la manière dont il a porté quelle "caïnerie" la guerre (oui, je l’écris comme ça, parce qu’Abel et Caïn, c’est la question du fratricide...)...

      "Oh Barbara
      Quelle connerie la guerre
      Qu’es-tu devenue maintenant
      Sous cette pluie de fer
      De feu d’acier de sang"

      On n’a qu’à reparler de la guerre d’Espagne, et par exemple à ce propos de la question de l’assomption de la mémoire, et puis remonter jusqu’à l’Inquisition... Et puis parler des guerres actuelles, toujours aussi connes, sans parler des guéguerres idéologiques...

      Il arrive que la poésie fasse office d’aide-mémoire... Qu’elle évite même d’être autistes !...

      N’en avez-vous pas une petite à nous dire ?

      Moi, voyez-vous, je suis pour un nouveau manifeste des droits de l’homme et de la femme à l’humeur vagabonde...

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 11:50
  •  
  • @bdpif Le 14 octobre à 00:09

    Respecter les gens, c’est important...

    Dominique FILIPPI Le 14 octobre 2014 à 07:17
       
    • à fortiori quand on ne les connait pas....si vous voulez qu’on reprenne point par point ce que vous prenez pour des démonstrations (en fait des constatations ou des affirmations autant péremptoires et prétentieuses )...excusez-vous d’abord...si vous en êtes capable....

      Dominique FILIPPI Le 14 octobre 2014 à 07:25
    •  
    • Comme d’habitude un ton agressif pour éviter de répondre à des arguments qui vous dérangent. Tout simplement parce que vous ne pouvez pas. Il me semble avoir respecté tout le monde ici et n’avoir insulté personne , si certains poêtes de gauches à la plume légères se sont sentis visés alors que je parlais de Melenchon, c’est bien la preuve que ce que j’ai écris n’est pas tout à fait éloigné de la réalité.

      Donc, pour les excuses ...

      bdpif Le 14 octobre 2014 à 09:49
    •  
    • @ bdpif

      L’effort littéraire peut fort bien être vu comme idoine au respect dû au peuple.

      Car ce que l’on conçoit bien, l’on l’énonce le plus convenablement que l’on peut, banane !...

      Il n’y a pas de raison de réserver au peuple les propos approximatifs et confus, comme le fait... le FN, qui est le champion de l’adaptation à ses différents publics !...

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 13:16
    •  
    • @ bdpif

      "Prose littéraire"... "Ton agressif"... Même à vous donner un tant soit peu raison sur vos considérations de formes d’expression, il n’en resterait pas moins que votre objection de fond à l’endroit des partisans du Front de Gauche, c’est d’abord visiblement qu’il se payent de mots, d’une façon ou d’une autre, et qu’ils camperaient dans l’irréalisme, dans une Situation où l’Urgence politique et sociale serait de rechercher une nouvelle union de toutes les gauches, car dites-vous, la France n’est ni l’Espagne, ni le Vénézuela...

      En l’occurrence, s’il est vrai que rien n’est transposable, ce qui est irréaliste, c’est de s’imaginer aujourd’hui que l’Histoire sera prise de remords, et qu’elle pourrait nous resservir une nouvelle formule d’alliance, transposée de NOTRE passé...

      C’est malheureusement prendre ses désirs pour la réalité : Nous sommes condamnés à innover.

      Aubert Sikirdji Le 19 octobre 2014 à 00:08
  •  
  • @bdpif

    Voici (source l’Humanité, article de Laurent Flandre) ce que Marie-George Buffet déclara au sortir de la période de la Gauche Plurielle, le lundi 9 septembre 2002, lors d’une prise de parole au village, communiste depuis 1921, du Martinet, un coin de Cévennes, près d’Alès, en invitant à parler « LE LANGAGE DE LA VERITE ET DU COURAGE » :

    ...aux militants qui ont trouvé « le Parti trop timide et pas assez indépendant » de 1997 à 2002, l’ex-ministre de la Jeunesse et des sports répondit sans détour :
    « La période qui s’ouvre n’est pas simple pour nous. » « Je crois qu’il fallait participer au gouvernement et qu’au final tout n’a pas été négatif. Mais je m’en veux énormément, car nous n’avons pas su mettre en débat les obstacles politiques qui se sont dressés devant nous. »

    En tout état de cause, il est fini le temps où les gens peuvent, et très souvent désirent mettre, que ce soit pour « La Gauche » ou pour la Droite, ...un bulletin de vote dans l’urne « POUR VOIR » à quelle sauce le prochain Pouvoir va les traiter. Nous sommes au bout de ce principe d’impuissance, où ils se transforment eux-mêmes en cobayes ! Et il faut « leur expliquer » sans détour que voter Marine Le Pen, ce serait le comble du comble du vote d’impuissance... : un vote d’impuissance au carré. Ce serait comme d’uriner dans l’urne...

    En revanche, en face, IL N’EXISTE PAS D’AUTRE SOLUTION QUE DE PARLER PROFOND DE CE QUE PEUT VOULOIR DIRE QUE LE PEUPLE REPRENNE LA MAIN !... A tous les niveaux. Vous parlez des ouvriers, camarade bdpif, mais justement, l’entreprise est le laboratoire premier, où il s’agit de savoir si nous voulons des rapports sociaux pourris de chez pourris, où c’est la guerre de tous contre tous, ou du collectif de travail élargi, qui sorte définitivement du « travaille et tais-toi »...

    IL FAUT SORTIR DE TOUTES LES AUTOCENSURES MEURTRIERES, imbéciles et « autophobes », comme dirait quelqu’un, que le peuple reprenne la parole « à la base », créer partout des GLOP (Groupes Locaux Originaux et Populaires), divers et variés, souples, reliés entre eux... La culture PCF peut être à ce propos réactivée, dans le sens d’un ADN ancien, celui du « travail de masse », au-delà de tous les conciliabules d’appareils au même... Je fus de ceux qui, dans les quartiers populaires, se tapaient régulièrement la visite de TOUTES les cages d’escalier...

    En tout état de cause, il ne s’agit pas de se cacher derrière son petit doigt. Il faut appeler un chat un chat. Lorsque Manuel Valls, l’espagnol bien intégré à l’idéologie d’assujettissement de notre peuple à la Finance, sous le prétexte de l’être à la France, a eu les propos qu’il a eu en direction des Rroms, est-ce que par exemple ce fut de la part de Jean-Luc Mélenchon user d’une liberté de parole déplacée, que de dire qu’il était contaminé par l’idéologie d’extrême droite ? Est-ce qu’il fut normal qu’il se soit vu reprocher par Pierre Laurent un ton agressif ? Est-ce qu’il a joué en l’occurrence, à la Madame Bovary ?...

    Répondez-donc à ceci, bdpif, vous qui criez au loup !...

    Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 07:21
       
    • Voici ce qu’a écrit Ajax :

      "Tout ceci confirme l’échec à mobiliser les quartiers populaires (abstention massive, extrême-droite), ainsi que l’influence terrifiante des médias sur le corps électoral. Cessons l’entre-soi, les querelles d’appareil, les intérêts boutiquiers, et allons-y, cage d’escalier par cage d’escalier."

      Le 13 octobre à 17:08,

      sous l’article "Ouvriers, employés, jeunes : la sociologie préoccupante du vote Le Pen"

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 07:37
    •  
    • Ancien Combattant...

      Entre 1977 et 1981, période de fermeture du PCF mais où un bras de fer -perdu-était engagé avec Mitterrand - qui se cachait à peine pour dire que son objectif était d’affaiblir le PCF - j’étais à Saint-Ouen responsable d’une cellule de quartier qui rayonnait sur 2000 électeurs inscrits....En faisant pendant ces 4 années du porte à porte systématique pour expliquer l’échec de l’actualisation du programme commun, le bureau de vote correspondant au périmètre d’action de notre cellule, est passé en 1981 du 16e au 2e rang alors que le recul était très important partout...La méthode ? Dans le désordre comme çà me revient à l’esprit...

       Aller avec les chômeurs à l’ANPE...

       Aller avec (ou sans) les personnes âgées au bureau d’aise sociale de la Mairie pour défendre leurs droits...

       Expliquer à chaque porte à porte l’importance d’une gauche qui ne soit pas déséquilibrée...entre PCF et PS...et parler-vrai sur ce qu’on pensait non seulement du PS mais aussi du PCF dont la majorité des militants n’a pas été à la hauteur de l’enjeu...

       Faire adhérer une centaine de personnes au PCF non parce que j’avais scié mais parce qu’on leur parlait de leur vraie vie ...

       Aller à la rencontre des jeunes en participant en tant que Parti aux fêtes organisées en théorie par la JC mais en fait par la mairie...

      Il n’y avait aucune inéluctabilité au déclin si les communistes s’étaient comportés ...en communistes et en républicains...

      Dominique FILIPPI Le 14 octobre 2014 à 07:55
  •  
  • T’inquiète, on y rarrivera, scions s’y met tous.

    ...Et toi, camarade bdpif, pourquoi tu tousses ?

    Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 08:10
  •  
  • Malgré quelques paroles intéressantes, ces gens sont des leurres car jamais ils ne se rebelleront contre le PS.

    Ils ne font que du bruit et souvent pour aliéner ce que porte entre autre le Front de Gauche -ou toute autres réelles alternatives humaniste.

    Jean-Marc Le 14 octobre 2014 à 08:31
       
    • qui sont "ces gens" ?

      Dominique FILIPPI Le 14 octobre 2014 à 08:39
    •  
    • çà y est j’ai compris, je suis mal réveillé....

      Dominique FILIPPI Le 14 octobre 2014 à 08:41
  •  
  • @ bdpif

    Permettez-moi, cher camarade, de la ramener plus complètement sur le problème important du langage, ou plus exactement des niveaux de langage à employer avec le peuple, que vous avez soulevé :

    https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/qmv/qmv9.html

    1923

    Au lendemain de la révolution, Trotsky aborde les problèmes de la vie quotidienne : rapports travail/loisirs, condition des femmes, famille, gestion des équipements collectifs, logement, culture et cadre de vie...

    Léon Trotsky

    Les questions du mode de vie

    Il faut lutter pour un langage châtié

    Lors d’une assemblée générale à la fabrique de chaussures "La Commune de Paris", il a été décidé de, de mettre fin à la grossièreté du langage et de donner des amendes pour les "gros mots", etc.

    Comparé aux "mots" de Lord Curzon, auquel on ne peut pas encore infliger d’amende, c’est un tout petit fait dans le tourbillon de notre époque, mais c’est un fait significatif. il ne prendra toute son importance que par rapport à l’écho que rencontrera cette initiative.

    La grossièreté du langage – la grossièreté russe en particulier – est un héritage de l’esclavage, de l’humiliation, du mépris pour la dignité humaine, celle d’autrui, et la sienne propre. Il faudrait demander aux philologues, aux linguistes aux folkloristes si l’on trouve dans d’autres pays une grossièreté aussi débridée, aussi répugnante et aussi choquante que chez nous. pour autant que je sache, on n’en trouve nulle part ailleurs. Dans les couches populaires, la grossièreté exprimait le désespoir, l’irritation, et avant tout une situation d’esclave sans espoir, sans issue. Mais cette même grossièreté dans les couches supérieures, dans la bouche d’un maître ou d’un intendant de domaine, était l’expression d’une supériorité de classe, d’un bon droit d’esclavagiste, inébranlable. On dit que les proverbes sont l’expression de la sagesse populaire ; c’est aussi celle de l’ignorance, des préjugés et de l’esclavage. "Un gros mot s’oublie vite", dit un ancien proverbe russe, qui ne reflète pas seulement l’esclavage, mais aussi son acceptation passive. Deux types de grossièreté – celle des barines, des fonctionnaires, de la police, une grossièreté rassasiée, à la voix grasse, et une autre, affamée, désespérée – ont coloré la vie russe de leur teinte repoussante. Et la révolution en a hérité, comme de beaucoup d’autres choses.

    Mais la révolution, c’est avant tout l’éveil de la personnalité humaine dans des couches qui autrefois n’en avaient aucune. Malgré toute la cruauté et la férocité sanglante de ses méthodes, la révolution est avant tout et surtout un éveil du sens de l’humain ; elle permet de progresser, de faire plus attention à sa dignité propre et à celle des autres, d’aider les gens faibles et sans défense. La révolution n’est pas, une révolution, si, de toutes ses forces et par tous les moyens, elle ne permet pas à la femme, doublement et triplement aliénée, de se développer personnellement et socialement. La révolution n’est pas une révolution si elle ne porte pas le plus grand intérêt aux enfants ; ils sont l’avenir au nom duquel elle s’effectue. Et peut-on créer – même de façon parcellaire et limitée – une vie nouvelle fondée sur le respect mutuel, sur le respect envers soi-même, sur l’égalité de la femme, sur un véritable souci des enfants, dans une atmosphère où résonne, gronde, éclate le langage grossier des maîtres et des esclaves, un langage qui n’a jamais épargné rien ni personne ? Il est aussi nécessaire pour la culture de l’esprit de lutter contre la grossièreté du langage qu’il est nécessaire pour la culture matérielle de combattre la saleté et les poux.

    Il n’est pas du tout simple ni facile de venir à bout de cette licence linguistique, car elle ne trouve pas ses racines dans le mot lui-même, mais dans le psychisme et dans le mode de vie. Il faut évidemment encourager les tentatives de la fabrique "La Commune de Paris", mais avant tout il faut souhaiter à ses initiateurs patience et obstination, car les habitudes psychiques qui se transmettent de génération en génération et qui imprègnent, aujourd’hui encore, toute l’atmosphère, ne sont pas faciles à déraciner ; il nous arrive souvent de vouloir à tout prix faire des progrès ; nous nous éreintons, puis finalement, nous baissons les bras, et nous laissons tout comme avant.

    Il faut espérer que les ouvriers, et avant tout les communistes, soutiendront l’initiative de "La Commune de Paris". On peut dire qu’en règle générale (il y a bien sûr des exceptions) les grossièretés s’adressent à la femme et aux enfants, non seulement dans les masses retardées, mais souvent aussi parmi l’avant-garde, et quelquefois même parmi les "responsables" … Il ne faut pas nier le fait que cette façon de s’exprimer est encore vivante six ans après octobre, même parmi les gens " haut-placés ". Hors de la ville, hors de la capitale, certaines "personnalités" , jugent qu’il est de leur devoir de s’exprimer grossièrement, car elles voient là un moyen d’entrer en contact avec la paysannerie…

    Notre vie est totalement contradictoire, tant au plan économique que culturel. Au centre du pays, non loin de Moscou, s’étendent d’immenses espaces marécageux, aux chemins impraticables, et tout à côté, des usines s’élèvent, qui frappent par leur niveau de technicité européenne ou américaine… On rencontre des contrastes analogues dans nos meurs ; à côté de Kit Kitytch le jeune [1] qui a traversé la révolution, connu l’expropriation, la spéculation clandestine, la spéculation légale, et qui a conservé pratiquement intacts tous les caractères de sa classe, nous trouvons le meilleur type de l’ouvrier communiste, qui ne vit que pour les intérêts de la classe ouvrière, et qui est prêt à se battre pour la révolution, à tout moment et dans n’importe quel pays. Outre ce contraste social – grossièreté obtuse et idéalisme révolutionnaire nous pouvons souvent relever des contrastes psychiques à l’intérieur d’un même individu, d’une même conscience. Voici par exemple un communiste authentique, dévoué à sa tâche, mais pour lui, les femmes ne sont que des "babas [2] " (quel mot grossier !), dont on ne peut parler sérieusement. Ou encore, à propos de la question nationale, un communard émérite émettra soudain une bordée d’injures dignes d’un Ougrioum-Bourtchéev [3] et propres à faire fuir. Cela est dû au fait que les différents domaines de la conscience ne se transforment pas et n’évoluent pas parallèlement ni en même temps. Ici aussi on trouve une économie particulière. Le psychisme est tout à fait conservateur ; dans la conscience, seuls se transforment les éléments directement soumis aux exigences de la vie. L’évolution sociale et politique des dernières décennies s’est faite à un rythme inouï, avec des sauts et des revirements sans précédent. C’est pourquoi la Confusion et la Désorganisation sont chez nous si puissantes. Mais il serait injuste de penser que ces deux sœurs règnent uniquement dans la production ou dans l’appareil d’Etat. Non, il faut l’avouer, elles agissent aussi sur les mentalités où se combinent des convictions d’avant- garde sincères et réfléchies (dans ce domaine, nous avons quelque chose à apprendre à l’Europe et à l’Amérique) avec des humeurs des habitudes et des opinions directement héritées du Domostroj [4] . Niveler le front idéologique, c’est-à-dire analyser tous les domaines de la conscience au moyen de la méthode marxiste – telle est la formule générale de l’éducation et de l’autoéducation qui doit s’appliquer avant tout à notre parti, en commençant par les dirigeants. Et une fois encore, cette tâche est terriblement complexe ; elle ne sera pas résolue de façon scolaire ni littéraire, car les contradictions et les désordres du psychisme trouvent leurs racines les plus profondes dans la confusion et la désorganisation du mode de vie. La conscience, en fin de compte, se définit par l’être. Mais la dépendance n’est ici ni mécanique, ni automatique ; elle est réciproque. C’est pourquoi il faut aborder le problème de diverses manières, y compris celle des ouvriers de l’usine "La Commune de Paris".

    Souhaitons-leur de réussir !

    La lutte contre la grossièreté fait partie de la lutte pour la pureté, la clarté, la beauté du langage.
    Notes
    [1] Kit Kityteh, nom collectif, apparu au début du XIX° siècle, et qui désigne un type de marchand, despote familial, dont les traits caractéristiques étaient la grossièreté et la roublardise. (Note du traducteur).

    [2] En russe : "bab’jo", terme péjoratif, dénomination collective qui rabaisse la femme au rang de bête de somme. (Note du traducteur).

    [3] Ougrioum-Bourtchéev : un des personnages du roman de Saltykov-Chédrine – "L’histoire d’une ville". Prototype du despote qui ne s’exprime que par onomatopées grossières.

    [4] "Domostroj" : recueil écrit au XVI° siècle, où sont rassemblées les règles fondamentales de la vie quotidienne, fondée principalement sur une soumission totale au chef de famille. (Note du traducteur).

    Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 13:27
       
    • L’effort d’élaboration, de formulation diverse et variée, est inséparable de celui de repensée du monde, pour le transformer... Encore une fois, le meilleur de ce que d’aucunes revendiquent parfois comme "esprit de parti", comme l’esprit d’un parti auxquels ils disent devoir tout, dès lors qu’il en a fait des gens de haute capacité d’intervention démocratique, réside, si l’on peut dire, dans un "esprit de l’escalier" qui fait librement passer d’un niveau de culture et de langage à un autre : oui, librement !... Mais cette liberté demande un gros travail militant "autodidacte", c’est-à-dire toute une vie... Qui manifeste une praxis, et permet à des actions pratiques "de base" de trouver un sens, une orientation !...

      Aubert Sikirdji Le 14 octobre 2014 à 13:59
    •  
    • J’ajoute ceci : qu’évidemment, le bien parler ne suffit pas. Jean-Marie Le Pen parle bien français (une qualité que lui reconnaissait, par exemple... Jean-Edern Hallier), ce qui fait partie de son influence... Dans tous les cas de figure, cela fait partie de l’enjeu de faire de la Politique efficacement !...

      Aubert Sikirdji Le 16 octobre 2014 à 03:54
  •  
  • Sur le débat que nous avons eu ici, voici un extrait de la dernière résolution du Conseil national du PCF, du 15 octobre 2014 :

    "Dans cette crise démocratique, la République est profondément malmenée, la souveraineté populaire gravement mise en cause. Nous voulons une VIe République citoyenne, sociale, solidaire et respectueuse de ses territoires et de ses citoyens. C’est pour nous un enjeu majeur."

    Aubert Sikirdji Le 16 octobre 2014 à 03:48
  •  
  • @Aubert Sikirdji Le 16 octobre à 03:48

    Espérons qu’ après le Conférence nationale de novembre du PCF et la réunion de novembre des différentes composantes du FDG...se soit encore un enjeu majeur qui se traduise par un engagement militant réel du PCF...pour l’instant ici...calme plat...selon le responsable du PCF de ma commune...

    Inutile de te dire que je n’y crois guère ...et que j’espère évidemment me tromper...

    Dominique FILIPPI Le 19 octobre 2014 à 07:58
       
    • "ce soit encore un enjeu"

      Dominique FILIPPI Le 19 octobre 2014 à 08:00
  •