Philharmonie de Paris DR
Accueil > Culture | Par Jean Nouvel | 24 novembre 2014

Droit de réponse de Jean Nouvel à Paul Chemetov

À la suite de la parution de l’article intitulé "Philharmonie de Paris : le prix de l’architecte" sous la signature de Paul Chemetov sur le site de Regards, le 7 octobre 2014, Jean Nouvel tient à apporter les précisions suivantes

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le texte ci-dessous est produit au titre du droit de réponse demandé par Jean Nouvel au texte de Paul Chemetov "Le Prix de l’architecte".

AC COBRA

Paul Chemetov, quelle bonne idée de comparer le prix de la Philharmonie de Paris à des prix de voitures ! Puisque ce n’est pas du tout une idée démagogique, je vais essayer de prolonger cette comparaison… Le texte publié par D’A de mars 2014 est une véritable attaque ad hominem, "style confrère aigri" qui comme par hasard, revient dans Regards environ huit mois après. Calomnier, calomnier, il en restera toujours quelque chose…

Mais peut-être ai-je mal compris. Paul Chemetov est sûrement de bonne foi. Il a simplement confondu la surface du parking – 20.000 m2 – avec la surface de la Philharmonie elle-même qui compte, en plus, 87.000 m2 de planchers construits et accessibles. Peut-être ne sait-il pas aussi qu’une salle philharmonique, ce n’est qu’un peu plus de 3.000 m2, mais c’est 33.000 m3 en volume direct et 50.000 m3 si on y ajoute les volumes servants accolés (les dessous et dessus techniques). Ce qui serait effectivement l’équivalent du volume d’un immeuble "normal" d’environ 20.000 m2. Peut-être ne sait-il pas les obligations techniques et onéreuses liées à la masse, au silence absolu créé, aux équipements scénographiques qui font que le prix d’une grande salle philharmonique ramené au siège est internationalement d’environ 100.000 euros ce qui je le concède – puisque Paul Chemetov est un exceptionnel spécialiste des comparaisons entre les mètres carrés artisanaux et archaïques d’une architecture de béton avec le mètre carré des readymade automobiles – atteint le prix d’une voiture d’affaires.

Mais Paul Chemetov confond tout et nous fait croire que la construction de ce futur « centre Pompidou de la musique » coûterait 386 millions d’euros, chiffre évoqué dans la presse qui correspond au prix total de l’investissement (assurances, premiers équipements, installations et frais compris). En réalité, le coût total des marchés de construction est de 248 millions d’euros, soit précisément environ 100.000 euros par siège de la salle de concert qui en contient 2.400, équipement particulièrement sophistiqué qui intègre de très nombreux programmes annexes : six salles de répétitions, de nombreuses loges et studios de répétition individuels, des espaces d’expositions, des foyers et des espaces de réception, une école de musique de onze classes, des restaurants, un café, des bureaux, etc.

Remarquons pour le spécialiste des chiffres qu’en vingt ans, même à 20 euros la place de concert (!), l’investissement architectural et scénographique est amorti.

Mais pourquoi diable ne pas pouvoir comprendre le caractère populaire de ce véritable « Centre Pompidou de la musique » caractérisé par la mutation du programme traditionnel d’une salle symphonique ? Elle devient ici pour la première fois flexible, pouvant aller de 2.400 à 3.400 personnes, et élargit complétement le répertoire conventionnel, allant de la musique contemporaine au jazz, des musiques du monde à, évidemment. le répertoire classique – en 50 ans, 15 millions de voyages dans la musique dans un vaisseau haute-fidélité qui transportera les mélomanes vers des sensations inouïes… Ainsi combien de centaines de milliers de vocations vont-elles naître ? Combien de jeunes d’aujourd’hui à l’échelle du Grand Paris, de Paris, et de la Seine-Saint-Denis, de cette génération amoureuse des musiques, vont venir dans cette Philharmonie du Parc de la Villette qui sera encore plus que jamais lieu populaire, et ou dans la nouvelle halle de la musique, véritable préau et salle couverte d’environ 5.000 m2, tout le monde écoutera et regardera des douzaines de retransmissions des concerts précédents, ceci en liaison avec les expositions et les espaces pédagogiques ?

À supposer, comme Paul Chemetov l’imagine, que des ouvriers passent leur vie entière de travail à construire ce programme, ce lieu d’épanouissement populaire, je ne crois pas qu’ils auraient le sentiment d’être inutiles sur cette terre. Non, Paul Chemetov, je ne construis pas une salle de concert de plus à un prix extravagant et non, je ne suis pas mis sous tutelle pour incompétence, comme tu le suggères si aimablement. On met sous tutelle les irresponsables ou les incompétents. J’ai construit les salles de concert de Lucerne et de Copenhague, l’Opéra de Lyon, les grands théâtres du Guthrie à Minneapolis. Tous ces lieux ont une aura internationale établie. J’en suis remercié par les musiciens, les directeurs, les mélomanes très régulièrement. Et ils continuent à me demander de travailler avec eux.

À la Philharmonie, si je suis écarté, c’est justement parce que je veux faire mon métier. Parce que je veux contrôler les ordres de service et les sommes données aux entreprises. Pour contrôler les coûts. Pour l’inverse de ce que tu sous-entends. Mais, rassure-toi, je m’expliquerai en temps et en heure. Pour le moment, je défends l’architecture de la Philharmonie de Paris. Bec et ongles. Et toi tu veux faire croire que je fais l’inverse ! Toutes les saloperies répandues par la presse et par ceux qui ont intérêt à m’affaiblir, cette rançon de la gloire qui veut que la moindre défaillance d’une entreprise ou d’un bureau d’études ou d’un commanditaire deviennent automatiquement ma faute, tous ces ragots, tu les amplifies. Tu te délectes de mes malheurs et de ceux de la Philharmonie. Mais tu aimes déstabiliser en critiquant les principales propositions des grands projets non jugés. Tu aimes juger d’abord. Sur les Halles de Paris par exemple, tu as défendu le projet le plus démago, le plus bas (à la fois dans les ambitions et dans l’épannelage). Sur le projet du Grand Paris, j’ai remarqué ton mépris pour les idées émergentes. Pourtant, pour moi, l’AUA de Renaudie, Perrotet, Desroches, Huidebro entre autres, a toujours soutenu chaleureusement des propositions généreuses et inventives.

Mais, bref, récapitulons Paul Chemetov : 20.000 m2 ce n’est pas la surface de la Philharmonie mais celle de son parking de 600 voitures. La Philharmonie c’est 107.000 m2 de planchers construits, c’est près de 8.000 personnes qui peuvent profiter simultanément de cet équipement culturel populaire. Le prix de la philharmonie ramené à la place de parking, c’est environ 500.000 euros, soit peut-être le prix d’une AC Cobra de collection. Oui ? Ce sera le mot de la fin : assez cobra !

À bon entendeur salut.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • LOL
    (de la part des sociologues de la culture)

    PB Le 24 novembre 2014 à 12:38
  •  
  • Je vois quotidiennement la construction de ce truc, et c’est moche, c’est du béton, ça ne donne pas envie. La Villette n’est pas parfaite, mais au moins il y avait là une sensation d’espace ouvert qu’on trouve difficilement ailleurs à Paris, maintenant ce bâtiment tue un peu ce charme. On aurait dû laisser les citoyens se prononcer et proposer, et perso j’aurais proposé un espace vert écologique avec des arbres fruitiers et de la prairie.

    Max E. Le 25 novembre 2014 à 03:25
  •  
  • Evidement quand tu sors l’icône de la Cobra tu fais dans le vieux rocker cultivé sauf que faut pas tout donner à Shelby. Comme tous ces armerloques fiers de leurs gros cubes ils étaient incapables de dominer et la technique et la beauté. Il leur a fallu aller chercher en Angleterre, paradis du chic automobile avec l’Italie et l’Allemagne, un modèle de base qui avait fait ses preuves. L’ AC Bristol fut ainsi détournée. Cela aurait pu être la Triumph TR3, l’Aston Martin 3,0 l , Jaguar, Aston Martin, Bentley etc, il fallait démontrer aux ritals que le nouveau monde pouvait faire face, allez les prots !
    Elle fut pendant longtemps l’indomptable, le monstre de puissance, la voiture du diable, en cela on te retrouve, mais pour la carrosserie c’est du bidonnage.
    Mais à citer l’AC Cobra du moins fait référence à la Super Snake, deux exemplaires , plus à ta hauteur à 5,5 millions de dollars et pas une à retaper !
    60 Places de parking.
    Pas très reconnaissant envers un ancien client, la référence à une Ferrari 250 GTO à 50 millions d’euros , 39 exemplaires, aurait été encore plus pertinent.
    6 places de parking
    et là tu commences à serrer pour les Bentley Sport de Pinault et autres véhicules pour rois sportifs.
    Bref ces analyses économiques sur les chapeaux de roues relèvent de petite frime nostalgique ou du collectionneur averti défiscalisation.
    A comparaison avec le Philarmonique je préfère le kilo de Rosetta envoyé à 500 millions de km faire la bise à Tchouri.
    Maintenant, silence !
    Maestro

    Michel Dayot Architecte

    artfurtif Le 25 novembre 2014 à 05:17
       
    • Grand gâchis d’argent public pour un bâtiment prétentieux conçu par un architecte prétentieux qui se moque des coûts et de ce que cela représente dans le contexte actuel. Décidément NOUVEL est un homme du passé.

      Titus Le 25 novembre 2014 à 14:11
  •  
  • On pardonne à Monsieur Nouvel toutes ses errances, ses brutalités, ses laideurs...
    Car nous, nous sommes généreux.
    Après avoir vilipendé le gros Corbu, gris et gros, il a voulu l’égaler.
    Il y est presque, mensonges à l’appui.
    Peu importe qu’il nous prenne notre argent, pour satisfaire son ego.
    Peu importe que ses bâtiments soient laids, déjà en cours de construction.
    Il n’est bien sûr pas question ici de beauté, ni d’architecture même...
    Ne parlons pas non plus de conscience intérieure ; il n’y en a aucune. Les sujets abordés sont les plus régressifs.
    Ce n’est qu’un problème narcissique, qu’il fait porter à la société !
    Nous avons bon dos.

    L Le 30 novembre 2014 à 12:41
  •  
  • Donc, selon Jean Nouvel, la philharmonie coûterait 2317€/m2 ( 248 M € /107.000 m2 ).
    Je dis : chapeau, quand on sait que, sans compter le surcoût des volumes importants des salles de concert, non pris en compte dans ce calcul, ce ratio annoncé est inférieur au prix/m2 construit d’un bâtiment de la RIVP (logement social à Paris) ou d’une crèche parisienne (environ 3000€/m2), Jean Nouvel devient effectivement le plus sobre des architectes français ! Pour s’en persuader, il suffit d’ailleurs d’admirer la prolifération de solutions constructives non standards dans ces façades....

    b Le 28 janvier 2015 à 12:16
  •  
  • Jean Nouvel est génial et puis c’est tout. Un génie est incontrôlable et c’est tant mieux.

    Barth Oldi Le 13 juillet 2015 à 08:24
  •