Accueil > Société | Par Roger Martelli | 24 janvier 2013

Roger Martelli : « École : rev’la le mammouth ! »

Neuf enseignants du primaire sur dix se mettent en grève. « Lamentable », écrit le Monde« Conservateurs », s’exclament les socialistes au pouvoir. Allègre est « out » mais le mammouth est de retour.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’enveloppe budgétaire publique est en panne. L’école publique est depuis des décennies tiraillée entre citoyenneté et compétitivité, entre culture et utilité. Elle est percutée de plein fouet par la crise sociale, déchirée par les inégalités des revenus et des territoires. Les enseignants en paient les frais, jour après jour, rentrée après rentrée. Ils se dépensent sans compter, s’interrogent dans l’angoisse, essaient tant bien que mal de bricoler pour faire face. Ils se sentent déconsidérés, ils croulent sous l’accumulation brouillonne des réformes, des circulaires et des consignes contradictoires. Ils sont soumis à une avalanche de contrôles hiérarchiques, de réunions de cadrage, de procédures d’évaluation sans jamais de retour. On fait semblant de les consulter, sans jamais les écouter.

Et malgré tout, si les choses vont mal, à qui incombe la faute ? Aux formolisés du tableau noir, aux minéralisés de la République d’antan, aux corporatistes du mammouth. Or qui peut croire que toute une profession se dresse pour la seule passion d’un samedi matin ? Pourquoi ne s’interroge-t-on jamais, en haut lieu, sur ce qu’une part croissante de jeunes enseignants n’envisage plus de rester durablement dans ce qui était autrefois une vocation tout autant qu’un métier ?

Il faut cesser de se cacher derrière le petit doigt. Ce que veulent les enseignants, dans les murmures de chaque jour ou dans le vacarme de la rue, c’est tout à la fois de la considération et du sens. Du sens, parce que leur « trip » ne peut pas être de formater de jeunes esprits à la flexibilité d’une mondialisation régie par le couple infernal de la finance et de la gouvernance. De la considération, ce qui suppose en même temps du symbolique et du matériel, des gestes de confiance et surtout pas de la condescendance et a fortiori du mépris.

Que les « importants » arrêtent de cracher et d’éructer. Que l’on dégraisse enfin les mammouths de la finance et la technocratie. C’est la condition pour que les maîtres retrouvent la seule chose qui leur permet d’enseigner : l’envie.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?