Accueil > Résistances | Bloc-note par Emmanuel Riondé | 6 décembre 2012

Fralib, huit-centième jour de lutte

Les salariés de l’usine Fralib à Gémenos dans les Bouches du Rhône continuent leur combat pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle. Ce week-end, un séminaire ouvrier de l’économie sociale et solidaire se tiendra sur place.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

A l’université du combat syndical, les salariés de Fralib pourraient tenir la chaire de la ténacité... Ce matin, jeudi 6 décembre, le conseil des prud’hommes de Marseille qui devait rendre sa décision à propos des retenues de salaire infligées par la direction à 12 représentants du personnel de Fralib depuis début mai, a renvoyé l’affaire devant un juge départiteur le 20 février 2013. Des retenues que la direction d’Unilever, la maison-mère, justifie en « avançant le motif fallacieux selon lequel [les salariés concernés] étaient en grève », précise un communiqué de presse diffusé par l’intersyndicale CGT CFE/CGC Fralib Gémenos à la mi-journée. « Incroyable quand on sait que la Direction a décidé d’arrêter la production fin juillet 2011 pour ne pas la redémarrer », rappelle le communiqué qui dénonce une « attitude scandaleuse et inacceptable du groupe Unilever [qui] vise en réalité à tenter une nouvelle fois d’affaiblir la mobilisation et la détermination des salariés et de leurs représentants ».

Ce qui semble loin d’être atteint : cette après-midi, les salariés doivent présenter en Préfecture leur projet alternatif visant à maintenir « l’outil de travail pour la continuité, le développement de l’activité industrielle et la sauvegarde des emplois ». Des projets de statuts d’une Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusions (SCOP T.I) allant dans ce sens ont été remis le 16 novembre dernier au Ministre de l’Economie Sociale et Solidaire, Benoît Hamon.

Ce 6 décembre est aussi la date d’un nouveau cap symbolique : cela fait aujourd’hui 800 jours que les Fralib sont en lutte et occupent le site de Gémenos.

Lundi 3 décembre les représentants des salariés des 7 sites français d’Unilever se sont retrouvés sur place, dans l’usine de Fralib, pour préparer le comité de groupe qui se tiendra les 12 et 13 décembre à Paris. Une journée à l’issue de laquelle ces membres du Comité de Groupe Unilever France ont fait savoir dans une déclaration qu’ils avaient « pu constater sur place la forte motivation des salariés de FRALIB à faire aboutir leur projet de reprise de l’activité [et] apprécié le parfait état de l’ensemble de l’équipement industriel que les salariés continuent à entretenir quotidiennement pour qu’il soit prêt à redémarrer à tout moment ». « Ce constat est à l’opposé des discours de la direction d’UNILEVER tentant de jeter systématiquement le discrédit sur les syndicats CGT et CFE.CGC de Fralib et des salariés de FRALIB en lutte », souligne le communiqué.

Une solidarité syndicale autour d’un « combat ouvrier [qui] met en exergue l’existence d’un véritable modèle alternatif de société qui va à l’encontre d’une économie ultra-productiviste et de plus en plus délocalisée ». C’est pour revenir sur tous les aspects de ce combat pour un modèle alternatif que se tiendra samedi 8 décembre dans l’après-midi, sur le site de l’usine à Gémenos, un "Séminaire Ouvrier de l’Economie Sociale et Solidaire" co-organisé par le Parti de gauche et les Fralib. Deux ateliers-débats sont au programme. Le premier sera consacré à "L’économie sociale et solidaire hier, aujourd’hui et demain" ; le second (auquel participera Benoît Borrits, membre du comité de rédaction de Regards) s’intéressera aux "Enjeux, atouts et écueils de la reprise par les salarié-es et de la création de SCOP". Entrée libre...

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?