Accueil > Culture | Par Roger Martelli | 30 juin 2014

Jean Jaurès, l’historien de la Révolution

Philosophe érudit, orateur brillant, journaliste flamboyant, Jaurès a su aussi montrer de remarquables qualités d’historien. Indissociablement socialiste et républicain, il ne pouvait se désintéresser de ce moment fondateur que fut la Révolution française.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

À la fin du XIXe siècle, le socialisme émergent avait besoin d’affirmer son ancrage dans le sol du progressisme et de l’esprit révolutionnaire. En 1898, l’éditeur Jules Rouff propose à Jean Jaurès le projet de ce qui va devenir L’Histoire socialiste 1789-1900. Parue en 13 volumes, de 1900 à 1908, elle est rédigée entièrement par des socialistes. Tous pourtant ne sont pas là. Quand l’ouvrage paraît, le socialisme français n’est pas encore réunifié et Jaurès, c’est le moins qu’on puisse dire, n’a pas que des amis. Son rival, Jules Guesde, a ainsi refusé vivement de prendre la plume. Mais le député de Carmaux réussit malgré tout à réunir une palette brillante et diverse, des "guesdistes" (Louis Dubreuilh) aux "possibilistes" (Paul Brousse).

« Matérialiste avec Marx et mystique avec Michelet »

Lui-même décide de rédiger les volumes consacrés à la Révolution française, publiés entre 1901 et 1904, juste avant la fondation de l’Humanité et la création de la SFIO. Pour ce faire, il puise pendant trois ans dans une documentation impressionnante. Il en tire une somme qui va constituer une rupture dans l’historiographie de la Révolution. Ses bases intellectuelles ? La pensée de Marx, bien sûr, que Jaurès, parfaitement germanophone, est un des rares en France à avoir fréquenté dans le texte original. Mais on sait que Jaurès entend conjuguer rigueur et éclectisme. Il ne veut pas d’une, mais d’« une triple inspiration de Marx, Michelet et Plutarque ». Ailleurs, il dit qu’il veut être « matérialiste avec Marx et mystique avec Michelet ».

Jaurès croit au poids des déterminations "lourdes", celle des structures économiques et sociales et de leurs contradictions, qui structurent l’arrière-plan de l’action des hommes. Pas de compréhension, donc, de la Révolution sans regard sur le capitalisme en gestation. Mais le poids des superstructures n’annule pas l’impact de la volonté des individus et des groupes. Le grand apport de Jaurès, en rupture avec l’historiographie de l’époque, tournée vers les "sommets", les gouvernements et les assemblées (c’est l’histoire telle que la décrit brillamment le radical Alphonse Aulard), est de porter le regard sur "le bas", les luttes urbaines et rurales qui ponctuent la chronologie révolutionnaire.

Socialiste et républicain, jacobin et populaire

Il sort de tout cela une œuvre inclassable, superbement écrite, parfois approximative, toujours intelligente et enthousiaste. En un sens, elle exprime la totalité de Jaurès, sa lucidité (la Révolution est franchement bourgeoise et ne pouvait être autrement) et son optimisme, fondé sur le primat de la volonté, individuelle et collective. « Gardons-nous, dit Jaurès, de croire que le développement antagonique des classes est un mécanisme rigide que rien ne peut modifier. Gardons-nous de croire qu’il est indifférent au prolétariat que le capitalisme se développe sous un régime de démocratie ou sous un régime d’oligarchie ou de despotisme. » Socialiste et républicain, disions-nous ; dans la veine jacobine et populaire, peut-on ajouter…

En matière d’histoire de la Révolution, il y a un avant Jaurès et un après Jaurès. Après lui et à partir de lui, se développera une historiographie féconde, celle d’Albert Mathiez, de Georges Lefebvre et d’Albert Soboul. Madeleine Rebérioux, Claude Mazauric, Michel Vovelle et bien d’autres puiseront eux aussi dans cette veine intellectuelle.

En ce centième anniversaire, les Éditions sociales ont l’heureuse idée de republier L’Histoire socialiste de la Révolution française, avec des préfaces nouvelles de Jean-Numa Ducange et Michel Biard. Jusqu’au 30 juillet, on peut les acquérir en souscription sur le site editionssociales.fr (voir document ci-dessous). Ce n’est pas de l’argent perdu…

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?