Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 25 août 2014

Jean-Luc Mélenchon prend du champ

Il suffisait de l’écouter dimanche conclure l’université d’été de son parti, le PG : Jean-Luc Mélenchon ne se retire pas de la vie politique. Il n’entend pas passer sa vie à « bayer aux corneilles ». Mais il a décidé de prendre du champ dans ses responsabilités quotidiennes à l’intérieur du Parti de gauche.

Vos réactions (16)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Jean-Luc Mélenchon a le sentiment qu’une phase s’achève, après la longue période qui, de la fin 2008 avec son départ du PS, jusqu’au printemps 2014, a vu l’éclosion du Front de gauche, son installation dans le paysage politique et électoral, sa percée à la présidentielle de 2012 et sa grosse déception aux municipales et aux européennes de 2014. Mélenchon a été au centre de la fournaise, à la fois comme numéro un de son parti, le PG, et comme figure de proue de la nouvelle alliance, le Front de gauche. Il est des moments où il faut marquer une césure ; il a l’impression que le moment est venu.

Comment aller de l’avant ?

Il le fait alors que le Front se trouve dans une situation délicate. Pour des raisons stratégiques, en premier lieu. La droitisation accélérée du socialisme de gouvernement n’a pas ouvert l’espace de la gauche de gauche mais celle de la droite radicalisée. Pourquoi ? Que faire ? Comment exprimer, tout à la fois, de la radicalité et l’exigence d’une gauche rassemblée sur des bases clairement à gauche ? Sur ces questions, tout le monde n’est pas sur la même longueur d’ondes au Front de gauche.

À quoi s’ajoute – seconde série de raisons – la caractéristique même du Front de gauche. Il est une organisation plurielle, qui a mis en mouvement des dizaines de milliers d’individus, affiliés ou non à une organisation partisane. Mais sa structure est celle d’un cartel partisan, qui plus est dominé par deux forces, le PCF et le PG. L’accord se fait sur la nécessité d’aller de l’avant. Mais dans quelle direction et comment ? Entre ceux qui penchent vers une structure plus unifiée et ceux qui souhaitent surtout préserver les identités partisanes particulières, les réponses divergent. Il restera à définir des modes de fonctionnement et à les pérenniser. Au cœur des problèmes, on trouve la question lancinante des adhésions directes et celle du poids des individus par rapport aux organisations composantes du Front.

« Fédérer le peuple » ?

La double image, partisane et globale, de Jean-Luc Mélenchon pouvait être un facteur de contradiction et de tension. En se détachant de la fonction partisane, il peut écarter un ferment de discorde. Il renforce en même temps sa liberté de parole et de pensée. L’homme n’aime pas être corseté et éprouve le besoin de contacts directs avec le « peuple ». Lui qui défend becs et ongles la dignité de l’action partisane, il ne peut que constater les effets de la crise de la politique et l’éloignement citoyen des partis et du personnel politique. Sa nouvelle référence aux succès de Podemos l’exprime nettement.

Veut-il user du champ pris pour élargir son audience ? Peut-être. « Le problème, ce n’est pas de rassembler la gauche mais de fédérer le peuple », affirme-t-il. Fédérer le peuple, sans la médiation recherchée du rassemblement d’une gauche transformée ? Pas évident. Et comment concilier la tentation d’un dialogue direct et le maintien de la validité réaffirmée du Front de gauche ? C’est à voir. Comment porter le drapeau d’une VIe république et ne pas pour autant succomber aux sirènes de la présidentialisation ? Comment prendre du champ avec le microcosme, comment ne pas s’engluer dans les marécages, sans déserter pour autant le champ de la politique institutionnelle ? En bref, comment valoriser la politique en la subvertissant ? Vaste question, qui est la clé pour éviter le désastre, pour la gauche comme pour la République elle-même.

Mélenchon veut se consacrer tout entier à y répondre. C’est une bonne nouvelle. Il ne doit pas être le seul à le faire.

Lire aussi : "Éric Coquerel prend les rênes"

Vos réactions (16)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Il faut un positionnement clair sur la question cruciale des adhésions directes qui portent en elles la démarche fédérative.La réunion du 6/09 doit à tout prix régler cette question. Il est vital de ne plus attendre.

    Dominique FILIPPI Le 25 août 2014 à 21:58
       
    • D’accord avec toi Dominique. Il y a urgence !
      Un nouveau départ du FDG par l’ouverture des adhésions direct à celui-ci.
      Et ne trahissons pas l’espoir que la jeunesse a porté sur le Front de Gauche !

      CD Le 26 août 2014 à 13:34
  •  
  • il serait temps à regards d’ajouter des boutons de partage pour twitter vos articles non
     ?

    entropia Le 26 août 2014 à 02:16
       
    • Bonjour. Les boutons de partage sont situés en haut de l’article, sous la photo.

      Jérôme Latta Le 26 août 2014 à 10:39
    •  
    • J’aimerais voir Jean-Luc MELENCHON aussi critqiue à l’égard de SARKOZY qu’à l’égard de HOLLANDE et du PS

      Paul REGUER Le 6 décembre 2014 à 10:44
  •  
  • Voilà un article bien factuel, pour un auteur bien au fait de la duplicité et du potentiel de nuisance des dirigeants communistes (exception faite de M-G Buffet), puisque comme moi il appartient au plus grand parti français, les ex du PCF. On aurait attendu un peu plus d’enthousiasme, après le discours "historique" de JLM en clôture du remue méninges de Grenoble comparé à la bouillie défaitiste de Dartigolles et à la logorrhée soporifique de Pierre Laurent, en partance pour La Rochelle. Quant à envisager un avenir au FDG avec les mêmes c’est une question obsolète si ce n’est saugrenue !

    Fulgence Le 27 août 2014 à 11:07
       
    • Entièrement d’accord... Regards n’est certes pas un organe du futur Mouvement pour une VIe République...mais il ne peut se contenter d’être factuel...

      Le silence de Clémentine Autain devient quelque peu assourdissant...On n’en est plus à souhaiter un consensus minimaliste entre Laurent et Mélenchon. Nous sommes à un moment de vérité dont Regards ne peut s’abstraire...

      Je sais bien qu’il y a la réunion du 6 qui arrive bientôt...raison de plus....

      Dominique FILIPPI Le 27 août 2014 à 15:59
  •  
  • Adhérer au Front de Gauche, c’est à mes yeux le moyen de "fédérer le peuple", en organisant des comités locaux avec des statuts, avec pour base le programme "l’humain d’abord" et la mise en place de discussions pour une Constituante aboutissant à la 6e République.
    Je ne comprends pas les réticences, notamment des communistes. Aucun parti n’y perdra, le peuple et le force de l’action y gagnera.
    Je crois que c’est la question prioritaire à laquelle il faut répondre.

    marco polo Le 2 septembre 2014 à 18:58
       
    • Sans réticence aucune (je suis adhérent PCF et militant communiste) je suis d’accord avec toi Marco.
      Vive le Peuple ! Vive le Front de Gauche !
      Halte aux magouilleurs, gameleurs, enfumeurs, frondeurs...
      Il faut s’adresser droit dans les yeux au peuple et non aux socialistes pas très à l’aise, en ce moment, dans leurs fauteuils de sénateurs et de députés. D’autant qu’Ils peuvent si ils le veulent, avec nous, au sein du Front de Gauche, construire une alternative politique face à la politique de droite gouvernementale, à l’UMP/FN/MEDEF et s’attaquer enfin au capitalisme !

      CD Le 2 septembre 2014 à 19:34
  •  
  • @marco polo et CD

    Entièrement d’accord avec vous !Oui !"des comités locaux avec des statuts, avec pour base le programme "l’humain d’abord" et la mise en place de discussions pour une Constituante aboutissant à la 6e République" ! Ces comités locaux devront être -s’ils ne veulent pas connaître le même sort que les comités anti-libéraux de 2006 - les embryons du futur Mouvement pour la VIe République dans lequel se fondront, à terme, toutes les "chapelles" actuelles ( PCF si c’est encore possible avec ce Parti tel qu’il est devenu,PG,Verts réellement de gauche, Ensemble, si possible LCR, LO...on peut rêver...) de la gauche de transformation sociale.Ce sera OU çà OU la mort ! Oui ! çà ou la mort de la gauche historiquement constituée depuis 1789 !

    Dominique FILIPPI Le 3 septembre 2014 à 08:16
       
    • Oui, Dominique, tout cela est possible !
      Avec les citoyens d’abord. Le Peuple !
      Mais aussi avec bon nombre de communistes, mais également avec des socialistes qui souhaitent combattre le capitalisme avec nous au sein du FDG.
      Le Front de Gauche doit être largement ouvert et permettre à la jeunesse d’envahir toute la gauche et la politique.
      Révolutionnons-nous pour révolutionner la République !

      CD Le 3 septembre 2014 à 12:24
  •  
  • @CD

    Bien sûr que c’est possible ! et avec plein d’électeurs socialistes, d’abstentionnistes, d’électeurs Le Pen !et même des militants du PS - il en reste des non-faisandés - !

    CECI DIT à la réunion du 6, il est vital que quelque chose se passe !

    Dominique FILIPPI Le 3 septembre 2014 à 18:37
  •  
  • Le Front de Gauche ne peut continuer avec un pc qui a un pied dehors , au ps notamment , et un pied dedans . En plus se désister pour le ps c’est courir au désastre .

    lineand Le 25 septembre 2014 à 13:57
  •  
  • ’à la réunion du 6, il est vital que quelque chose se passe !’
    dixit :Dominique FILIPPI
    Or,rien se s’est passé et...nous sommes toujours en vie.
    était ce si vital ??

    ipipipourah Le 6 octobre 2014 à 17:43
       
    • Maintenant, c’est sur la réunion de novembre du FdG que l’inquiétude de notre Dominique s’est reportée... Voir par ex. son dernier post à 15h16 sous le billet "Echanger pour changer"...

      Aubert Sikirdji Le 6 octobre 2014 à 18:40
  •  
  • Bilan ’14 :
    50 (70 ?) 000 signatures pour la 6ème R (on est tout de même 65 millions d’abruti/es—
    de Français/es ?—appelez les comme vous voudrez)
    +
    et des déclarations anti-boches

    Bravo, Mélenchon : continue t’es sur la bonne voie
    celle qui mène nulle part —ou à Marine

    clara zavadfil

    clara zavadil Le 22 décembre 2014 à 09:33
  •