Accueil | Par Roger Martelli | 7 juillet 2014

La liberté est inaliénable

La rédaction de Regards vient de publier une mise au point à propos de l’article consacré au Parti de gauche. Pour moi, "l’affaire" est finie. Mais je ne peux pas me taire sur un point.

Vos réactions (71)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Comme le dit la mise au point de la rédaction, la liberté est de règle dans notre journal. Nous ne sommes ni un parti, ni le journal officiel de quelque parti ou courant que ce soit. Les journalistes qui écrivent sont divers, à l’image de cette gauche bien à gauche que nous rêvons tout aussi unie que pluraliste, depuis très longtemps. L’unanimisme n’est pas notre tasse de thé. La rédaction a mentionné que tout le monde n’était pas d’accord avec l’article incriminé. Il se trouve que j’étais de ceux-là. Je n’aurais pas du tout écrit ce texte de la même manière. Et alors ? Je n’étais pas d’accord, mais je ne m’autorise pas le droit de dire, à qui que ce soit, à quelque place qu’il soit, d’être autre chose que ce qu’il est. La liberté compte plus que mon confort intellectuel et que mon pouvoir.

Mais j’ai été épouvanté par les réactions suscitées par cet article, spontanées ou non, sincères ou non. Je suis communiste. Je m’inscris dans l’histoire d’un courant qui a cru, au XXe siècle, qu’on pouvait réunir des assemblées de travailleurs « en colère », pour exiger le juste châtiment des traîtres, des opportunistes de droite, des rats trotskystes, des sociaux-démocrates pourris. Et tout cela, bien sûr, au nom de la justice, de la morale et de la vérité. Si j’ai décidé de garder le nom de communiste, c’est aussi pour ne jamais oublier ce que l’on a pu, dans un siècle tumultueux, faire au nom même du communisme, le meilleur mais aussi le pire. De ne pas l’oublier, et de ne plus l’accepter.

Je comprends que des membres du Parti de gauche aient pu être choqués par l’article paru sur notre site. Mais qu’ils comprennent aussi que j’ai été horrifié par certains propos tenus à notre encontre. Quand on refuse le désordre des sociétés comme la nôtre, la passion est une vertu. La haine et le ressentiment sont des égarements et des fautes. La combativité n’est pas la violence aveugle. Si nous en sommes là, nous n’avons pas d’avenir. Nous ne resterons pas ensemble et, séparés, nous serons battus.

S’il ne s’agissait que de nous, nous pourrions dire : tant pis pour nous ! Mais ce qui se joue va bien au-delà de nos orgueils. Ce qui est en jeu, en ce moment, c’est tout à la fois l’expression politique du vieux courant démocratique, plébéien et révolutionnaire ayant marqué si fort l’histoire française et l’existence d’une gauche de transformation sociale.

De notre côté, il y a de la différence, de la contradiction, du heurt : ce sont les signes qu’il y a de la vie. Si l’ampleur de la difficulté tourne à la violence, nous mettons un pied du côté de la mort.

Vos réactions (71)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Roger Martelli a beau prendre ses distances avec "la manière" dont est écrit le texte en question, ce qu’il écrit pourrait être comme le point final de ce texte volontairement tendancieux et provocateur.

    Permettez-moi aussi de dire que même si Martelli a beau dire qu’il a appris des choses des errants du PCF, sa conception de la liberté me paraît plus que douteuse quand on voit comment il traite les réactions au texte, ainsi que sa manière de sélectivement ignorer ceux des intervenants (dont moi) qui ne sont pas des militants du PG, certains étant même des militants d’Ensemble qui sont choqués par ce texte, d’autres des militants communistes qui savourent ce texte malsain. Il ne semble pas non plus capable de voir la pluralité parmi les réactions des militants PG, ni vouloir les comprendre.

    Pour résumer : Regards n’est pas ce qu’on aurait pu espérer.

    Michel E. Le 7 juillet 2014 à 11:00
       
    • On vous entends, mais on ne vous comprends pas.
      En quoi un article qui traduit une vision de la réalité, partagée ou pas, est il malsain ?
      Montrez les arguments tendancieux, demontrez que la vision de l’auteur est faussée, et on en reparlera !
      Pour l’instant, c’est le seul article que j’ai trouvé qui brise la loi du silence. Parce que moi aussi, je partage le point de vue de l’auteur, par mon expérience du FDG.

      lucide Le 7 juillet 2014 à 11:57
    •  
    • @lucide Lisez les commentaires, il y a par exemple la lettre ouverte de Régis Dauxois, militant de Ensemble, que Regards n’a pas souhaité publier jusqu’ici.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 12:11
    •  
    • Pour que les choses soient claires, je précise que c’est "l’article" signé de régis Dauxois qui a tout particulièrement motivé ma propre réaction. Je dis et redis que, quelles que soient les intentions de son auteur, ce texte m’a évoqué un passé que je souhaite pour ma part irrémédiablement dépassé. Michel E. peut toujours m’expliquer que le peuple gronde et que je ne veux pas l’entendre. Je me permets de lui rétorquer que c’est lui qui ne veut pas lire.
      J’ai écrit que le comprenais que tel ou tel ait pu "être choqué par l’article paru sur notre site". C’est clair ou pas ? Mais j’ai ajouté que des ("des", pas "tous les") propos que j’ai lus m’ont horrifié.
      J’ai suffisamment montré ma sympathie pour le PG et dit mon affection pour Jean-Luc Mélenchon. Je pense donc avoir le droit de demander que l’on juge sur ce que j’écris. Et d’affirmer qu’aucune menace de sanction collective ne m’a jamais beaucoup touché. D’où qu’elle vienne.

      Roger Martelli Le 7 juillet 2014 à 12:41
    •  
    • @ Martelli

      Donc vous écrivez :

      "Je comprends que des membres du Parti de gauche aient pu être choqués par l’article paru sur notre site. Mais qu’ils comprennent aussi que j’ai été horrifié par certains propos tenus à notre encontre."

      Et ce qui le déclenche est une lettre ouverte d’un militant d’Ensemble (on l’apprend maintenant) ?

      Hm...

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 12:48
    •  
    • @Martelli
      "aucune menace de sanction collective ne m’a jamais beaucoup touché. D’où qu’elle vienne."

      On a le droit d’aller ailleurs quand Regards ne correspond pas à nos attentes, ça n’a rien à voir avec une sanction collective organisée d’en haut, ceux d’entre-nous qui n’aiment pas ce genre d’article et l’expriment sont de divers horizons (Ensemble, EELV, PG, PCF, citoyens lambdas, etc.).

      Décidément vous vivez dans votre monde dans la rédaction de Regards...

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 13:51
    •  
    • M. Martelli, avec tout le respect que je vous dois, vous êtes un grand intellectuel de gauche, communiste de surcroît (c’est tout à votre honneur), vous vous êtes opposé à la publication de l’article incriminé au comité de rédaction (ce qui rajoute à votre honneur), admettez que le choix de la photo pour illustrer l’article incriminé n’est pas neutre ?

      Il s’est trouvé une majorité au comité de rédaction de Regards pour laisser passer ce texte véritable "missile" contre JLM, c’est ça qui est malheureux ! On a le droit de le critiquer, on a le droit de critiquer le PG, le FdG, Ensemble, le PCF, etc... mais on n’a pas le droit d’attaquer, de nuire (le but recherché de cet article).

      Une majorité de commentateurs sont choqué-e-s du procédé et les commentateurs de Regards.fr sont de potentiel-le-s lectrices et lecteurs de Regards.

      Cordialement,

      Rafik T. Le 8 juillet 2014 à 16:00
    •  
    • J’ajoute : ce texte véritable "missile" contre Jean-Luc Mélenchon et les militant-e-s du PG (dont je ne suis pas membre) offusqué-e-s et navré-e-s à juste titre.

      Cordialement,

      Rafik T. Le 8 juillet 2014 à 16:26
    •  
    • Comme on dit : "il n’y a pas de fumée sans feu".

      Quoi que l’on puisse penser de cet article et je suis de cœur avec ce qu’écrit Roger Martelli, il y a beaucoup de vrai dans cet article. Je suis membre du PG et ai contribué à le mettre en place dans mon département. J’ai été aussi membre du conseil national pendant 2 ans et j’ai pu constater beaucoup de dérives et d’entorses à la démocratie. Le départ de Claude Debons et maintenant de Corinne Morel Darleux en sont une illustration. Le PG dérive vers une forme de sectarisme qui rappelle L.O ou la LCR. Des clans se sont formés, par exemple, lors du premier congrès du PG ce sont ceux du 91 qui ont intégré la direction nationale. Le 91, c’était qui le patron ? je vous laisse deviner. Aussi ceux qui poussent des hurlements devraient plutôt réfléchir avant d’écrire car ils apportent de l’eau au moulin de ceux ou celui qui est derrière cet article.

      Ernesto Le 18 juillet 2014 à 12:41
    •  
    • Claude Debons a bien quitté le PG il y a fort longtemps (pour la Gauche Unitaire, je crois) mais Corinne Morel-Darleux n’a pas quitté le PG, elle a démissionné du Secrétariat national et du Bureau national. Elle reste membre du PG.

      Rafik Le 18 juillet 2014 à 15:36
  •  
  • Ce texte n’a strictement rien de provocateur ni de choquant. IL traduit ce que j’avais remarqué au Front de Gauche et notament au PG, d’un sectarisation violente des militants qui donnent une très mauvaise image du parti. D’une part, cies militants font peur aux gens en donnant l’image d’une gauche qui s’en prends aux journalistes, aux médias, et qui sous des commentaires violents donnent l’impréssion d’une future société de l’information muselée par le pouvoir.

    Cet article ne leur plait pas ? Ils demanderont donc , sous la menace parfois, de le retirer imediatement.

    La liberté de la Presse, la liberté d’expréssion sont pourtant à la base des valeurs de gauche. Mais pas de la gauche du PG. Cencure sur les différents médias du PG, acharnement contre les alliés communistes, je ne revoterai plus non plus FDG à cause de ces gens là. Cordialement

    lucide Le 7 juillet 2014 à 11:42
       
    • Comme Martelli vous ne semblez pas capable de voir la pluralité parmi les réactions des militants PG (dont je ne fais pas partie), ni vouloir les comprendre. Vous préférez les essentialiser...

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 11:51
    •  
    • Les éléments dont vous parlez sont absents du texte qui fait l’objet de la discussion.
      Il n’y est pas parlé : "d’une gauche qui s’en prends aux journalistes, aux médias, et qui sous des commentaires violents donnent l’impréssion d’une future société de l’information muselée par le pouvoir. "
      Cette question du rapport à la presse ne manque pas d’intérêt et mérite d’être discutée.
      Le Front de Gauche a fait l’objet d’un traitement injuste et inégalitaire tout au long des deux campagnes électorales qui viennent de se dérouler.
      Dans le même temps plusieurs radios et télés publiques faisaient de manière éhontée la propagande du FN, notamment en popularisant les expressions "décomplexé" et "dédiabolisé" et en martelant l’idée fausse que le FN serait une "mauvaise" réponse à de "vrais" sentiments, opinions et problèmes. Ainsi le lien racisme=chômage ou délinquance=immigration a été massivement présenté comme un reflet juste de la réalité, en dépit des faits.
      C’est bien aujourd’hui que l’information est muselée par le pouvoir oligarchique.
      La question du traité transatlantique, par exemple, a systématiquement été traitée en valorisant le discours univoque des technocrates partisans de ce traité, la voix opposée a systématiquement été censurée.
      Affirmer la "sectarisation violente" des militants du PG est sans fondement. Quand on dit ce genre de chose, le mieux serait d’apporter des éléments concrets pour els étayer. Cela apporterait un peu de "lucidité".

      OLChantraine Le 7 juillet 2014 à 12:33
    •  
    • Je vous donne raisons pour beaucoup de points, notamment pour la mise en valeur du FN dans les médias.

      Aprés, le point de vue du pouvoir Oligarchique qui contrôle et cencure les médias, je n’y crois pas. J’ai trop d’amis journalistes dans les journeaux, qui m’en auraient parlés.

      Je pense pour ma part que nous subissons la dictature du lectoriat, et de ce qui fait vendre et s’achete. Sic.

      Pour vous citer : "Affirmer la "sectarisation violente" des militants du PG est sans fondement. Quand on dit ce genre de chose, le mieux serait d’apporter des éléments concrets pour els étayer. Cela apporterait un peu de "lucidité"."

      J’ai suffisement écris d’articles économiques poussés et construits et qui ont été cencurés sur le blog de Melenchon ou dans les réseaux sociaux pour continuer à perdre du temps de manière trop poussé pour le PG. Pour les commentaires violents des militants, je vous invite à aller voir dans les commentaires du Blog de JLM, sur sur son facebook, et sur le mur de Pierre Laurent. Vous y trouverez votre compte. Cordialement.

      lucide Le 7 juillet 2014 à 12:57
    •  
    • @ lucide Je cite le webmaster du blog de Mélenchon :

      "Ce blog est une "tribune politique" appartenant à Jean-Luc Mélenchon. Ce n’est ni un forum, ni un lieu de débat ou de rencontres. (…) Ici, vous devez donc vous en tenir à des "commentaires" individuels. Si vous voulez rencontrer des gens avec qui discuter, allez sur les réseaux sociaux." ( http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/30/pendant-que-la-poussiere-retombe/comment-page-8/#comment-222565 )

      "Au lieu de faire un psychodrame sur cette modération, vous feriez mieux de reformuler votre commentaire, en vous assurant d’abord qu’il s’agit bien d’un commentaire. Et cela vaut pour tous ceux qui auraient dans l’idée de m’interpeller de la même façon, et auxquels je rappelle, comme à vous même, que je n’ai en aucun cas à justifier ma modération. Cette tâche m’a été confiée par Jean-Luc Mélenchon, et il est le seul a qui je dois rendre des comptes." ( http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/30/pendant-que-la-poussiere-retombe/comment-page-8/#comment-222589 )

      J’ai aussi été frustré par la modération du blog, jusqu’au point de ne plus vouloir y écrire, mais je me rends compte qu’il faut accepter une telle modération. Après tout, le blog n’est pas là pour que les gens lancent des discussions dans les champs de commentaires, mais pour faire apparaître le raisonnement de Mélenchon. Parfois ça peut mener à une modération excessive, mais le webmaster fait de son mieux il me semble, il n’est qu’humain, c’est un blog très lu avec beaucoup de commentaires quand même.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 14:04
    •  
    • Lucide, je pense que tu ne porte pas très bien ton pseudo mais passons... Jusqu’à présent il y a eu extrêmement très peu de réactions de militants du PG parce que gênés que cet article soit paru dans "Regards" que nous considérons, peut être, à tort comme un organe FdG. Moi, je suis militant du PG et journaliste à la retraite. Je connais un peu le fonctionnement de l’appareil. L’article est truffé de sous-entendus et de témoignages à charge, non identifiés comme il se doit. On dirait une compilation d’articles et de rumeurs de provenance extrêmement divers d’où l’impression d’avoir été écrit à plusieurs mains. C’est plein d’invraisemblances, notamment sur les démissions en pagaille. A ma connaissance il y en a eu qu’une et absolument pour les mêmes raisons que l’auteur évoque (il suffit de lire le mail de Corinne).Moi, je suis un ancien du PCF, à une certaine époque j’ai fondé avec d’autres et Roger Martelli Union dans les Luttes mais même à cette époque le PCF n’était pas dans cet état de délabrement idéologique, pourtant je n’ai encore jamais lu un article qui évoque ce fait dans Regards.
      Coïncidence ? Je ne sais. Mais pour l’article il est évident qu’il a été écrit comme une attaque personnelle vis à vis de Jean Luc Mélenchon, la preuve par le pseudo ! Cautionner cela est inadmissible, que Roger défende cette prise en otage de Regards par un "collaborateur" fielleux qui règle ses comptes perso est une injure à la presse citoyenne que nous appelons tous de nos voeux... Enfin je croyais...

      Condorcet Le 9 juillet 2014 à 15:24
  •  
  • Bonjour,
    Je suis étonné de voir toutes ces réactions sur l’article de regards. Notamment l’utilisation de certains termes pour qualifier l’article de "malsain" pour ne citer que le commentaire de Michel E qui n’est pas loin d’insinuer que ce sont les militants communistes qui sont malsains.

    Faut être capable d’accepter les points de vue divergents et vu le nombre de démissions au PG on est en droit de s’interroger sur les motivations de ces démissionnaires.
    Mais il faut croire qu’il est difficile de poser certaines questions qui fâchent pour certains.

    Flutiot Le 7 juillet 2014 à 11:56
       
    • Il ne s’agit pas du droit de s’interroger sur ce qui se passe dans tous les partis, mais d’un article volontairement provocateur et tendancieux. Quasiment personne n’a contesté le droit de Regards de publier quoi que ce soit, par contre des gens de divers horizons (Ensemble, PG, PCF, citoyens lambdas, etc.) n’aiment pas ce genre d’article et l’expriment, après c’est à Regards de décider si Regards veut continuer avec ce genre de publications. En tout cas, Regards ne peut pas dire ne pas avoir de retours.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 12:07
  •  
  • LCe qui est grave, c’est de considerer l’article en question comme un article de debat ou de " point de vue " politique. Ce qui est grave, c’est de se satisfaire du debat ainsi provoque (c est la reponse que j ai eu a ma demande de parution !). Satisfaite, la redaction de regards est satisfaite !.... Mais pauvres de vous, vous etes completement deconnectes du terrain et de la base. Et vous venez de perdre des dizaines de lecteurs, fiers de votre sens de la liberte editoriale (sauf pour celles et ceux dont vous refusez les demandes...), fiers, et ridicules....

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 12:41
  •  
  • C’est super, on va donc pouvoir écrire tout un ensemble d’articles dans les colonnes de Regards, avec des anonymes qui vont nous révéler plein de choses sur le pG, Ensemble, le PCF...
    Un anonyme du PCF (terrorisé comme il se doit par les pratiques de son parti ) va nous révéler que le choix de ses "patrons" était bien de se servir du FDG comme d’un marche pied, pour se remettre en selle et que le PCF n’avait jamais eu l’intention d’aller au-delà du cartel de circonstances,
    un anonyme de ensemble va se dire effrayé (tétanisé même par les pratiques de son parti) par le fait de se retrouver au sein d’un nids de pouilleux gauchistes, ne jurant que par le ché (il se cache dans une cave depuis plusieurs mois après l’opa du npa...).
    Un anonyme nouveau va faire encore des révélations sur les pratiques du PG : il aura découvert que des dizaines de militants, pendant une université d’été auront été attachés et fouettés (hmmm).
    Un nouvel anonyme, au sein de la rédaction de regard, va nous parler de la crise profonde de la rédaction (puisque les membres du comité de rédaction ne voient plus clémentine depuis plusieurs mois, car elle passe bien plus de temps à préparer ses émissions télé...).
    C’est super, on va raconter tout et n’importe quoi (quoi que ? ) et Roger sera très satisfait de ce déferlement de pensée critique, d’analyses pertinentes, d’enquêtes de terrain, de ce goût pour la liberté absolue....
    Certains ou certaines écriront à la rédaction pour leur expliquer en quoi ils "déconnent", mais rien n’y fera. On arrête pas comme cela les champions de la fabrique de la politique !
    Allez, c’était un dernier pour la route.
    Bon vent.

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 13:22
       
    • Régis de Lyon (13h22) a tout-à-fait raison ! Ce qui est choquant dans l’article incriminé, outre le pseudonyme, c’est le manque total d’argument politique concernant le PG (dont je ne suis pas membre, je précise). La description plus que malveillante de ce fonctionnement intérieur pourrait s’appliquer, par les temps qui courent, à n’importe quelle organisation ; la question est de savoir si c’est la ligne politique de l’organisation qui est en question, ou seulement les difficultés de son fonctionnement. Le silence hypocrite sur ce point laisse entendre que le PG s’est discrédité lui-même par la défaite des européennes, ce qui est complètement faux et partial (les municipales sont là pour le prouver). Regards ou son témoin agréé (beaucoup plus fielleux que "libre" !), ou ses directeurs de publication auraient mieux fait de...regarder du côté du P"S", auquel une description dans ce style conviendrait beaucoup mieux. Pour tout dire, la publication d’un tel article est indigne d’un journal qui se veut le défenseur de la vraie gauche. Informer n’est pas une "liberté" pour la presse, c’est un devoir, et l’article de Santerre n’informait pas sur le PG : il ne faisait que régurgiter l’écume des choses.

      Autrement Le 7 juillet 2014 à 15:27
    •  
    • Tout est dit, et bien.

      Merci.

      anonyme Le 13 juillet 2014 à 01:22
  •  
  • merci "autrement" !

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 15:57
  •  
  • Depuis quelques jours, je suis les réactions effarantes de quelques habitués des posts vengeurs au fameux article.
    Je ne mets un mot ici que pour encourager Regards dans la poursuite de son travail de décryptage tous azimuts de notre monde, sans compromis, sans tabou, avec des choses plus ou moins réussies, certes.
    Courage ! La route est longue, difficile, mais il n’y a pas d’autre choix.

    Cognard James Le 7 juillet 2014 à 18:42
       
    • Nous sommes à plus que 200 commentaires de divers horizons (Ensemble, EELV, PG, PCF, citoyens lambdas, etc.), et vous parlez des "réactions effarantes de quelques habitués des posts vengeurs". Peut-être le problème pour ceux qui ne comprennent pas les réactions contre l’"article" est simplement qu’ils ont des problèmes avec les yeux ? Je ne sais pas moi... Décidément ils vivent dans leur monde dans la rédaction de Regards...

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 18:57
  •  
  • Merci à Roger Martelli qui écrit avec plus de talent que moi et exprime ainsi ma réaction face aux messages agressifs vis à vis de Regards. Pour avoir fréquenté une assemblée citoyenne je sais qu’hélas les réflexes de parti fonctionnent toujours au sein du FdG !
    En lisant certains défenseurs du PG j’ai eu l’impression de revivre les prises de positions des dirigeants du PC dans les années 50-60. Serait-ce l’inévitable "âge infantile" que doivent vivre les partis politiques de la gauche de transformation ?
    Merci à Regards d’être là, que ses détracteurs lisent le dernier numéro sur l’avenir de la gauche.

    Michel B. Le 7 juillet 2014 à 20:24
       
    • Les mêmes qui ont ramenés le PCF à 2%, là on leur offre une nouvelle gauche, ils vont s’en donner à coeur joie pour recommencer.

      lucide Le 7 juillet 2014 à 20:49
    •  
    • @Michel B. : Désolé, mais même si le PCF semble avoir tendance à vivre dans le passé et donc ne rien pouvoir interpréter correctement, ce que vous dites sur le PG sans le moindre exemple concret n’a aucune crédibilité.

      Michel E. Le 8 juillet 2014 à 08:31
  •  
  • La, on tombe dans l inversion, donc la perversite. On gueule contre un article de stal, et on se fait traiter de stal et autres. Si vous avez pris le temps de lire ma lettre, ce que des camarades ont fait et je les en remercie chaleureusement, vous auriez compris que le but est de construire, justement pas de detruire avec des artickes de poubelles comme celui de "santerre", mais il n est pas de pire sourd etc....

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 20:49
  •  
  • Et si les reactions ont ete vives c est parce que nous sommes un certain nombre a attendre de regard autre chose que du libe ou du figaro (qui ont le droit aussi de publier ce qu ils veulent)

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 20:51
  •  
  • Et pour finir, les plaintes de martelli n y changeront rien, le mal est fait. Ils auraient pu se rattraper, mais non, ils persistent et signent. Chacun sa route.

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 20:53
  •  
  • Parlons maintenant de politique (ce qui nous changera de santerre).

    Le but du "jeu", c’est quoi ?

    Actuellement, dans le Front de gauche (ou ce qu’il en reste factuellement), l’urgence est de renouer des liens, via des pratiques sur le terrain, entre des militantes et militants qui veulent faire avancer les choses.
    Et pas chercher la poutre dans l’oeil du voisin. Nous avons besoin de Ensemble, nous avons besoin du parti de gauche. Nous avons besoin de camarades de Garrido et jean-luc mélenchon (certains disent avoir des liens forts avec lui et pourrissent ce que le bonhomme tente de construire, comprendra qui pourra).

    Quant au PCF, les choses sont bien plus compliquées. TRES compliquées.
    Sa stratégie à géométrie variables lors des dernières séquences électorales nous a tous mis dans la m... !
    Si nous pouvons espérer construire un nouveau mouvement et une vraie force de rupture, ce sera évidemment en rupture franche et claire avec le PS.
    Et cela quelque qu’en soit le coût électoral dans une première phase. Que l’on perde des maires, des députés, des sénateurs. (et en fait, on peut plutôt en gagner, repensez à celles et ceux qui nous disaient : allez, rompre avec le PS c’est de la folie, en leur collant au derrière, on va enfin sortir le FDG de l’ornière" ! On a vu ce que cela a donné !!

    Dans cet enjeu de clarification par rapport au PS, on ne peut pas dire que le PCF nous aide beaucoup. On ne peut pas dire que les brillantes (humour) déclarations de Chassaigne sur la SNCF permette au Front de gauche de gagner en crédibilité à la base.

    D’ailleurs, au passage, on se demande ce qu’est ce bidule de groupe de députés (alliés au outre mer pour faire un groupe) et qui parfois s’exprime en FDG, parfois en GDR (ce qu’il est). Et, encore pire que pire, où certains membres (PC, Patrice Carvalho ) refuse de voter la loi en faveur du mariage pour tous.

    La question ensuite, c’est celle de l’hétérogénéité du PCF. Et des forces militantes réelles.

    Heureusement pour nous tous, tous les membres du PCF ne sont pas des stals, loin s’en faut. Je suis personnellement en lien avec de nombreux militants du PCF, sincères. Des praticiens de la lutte sociale et pas des leaders auto proclamés verbeux. Des militantes et des militants qui actuellement en ont ras la casquettes des conneries de leurs mandatés et de leurs députés. Tiens, qui va faire un bel article sur la crise actuelle dans le PCF dans les colonnes de Regards, la fabrique de la politique ?

    Plus sérieusement,
    Les collectifs Front de gauche sont le seul cadre où l’on peut développer aujourd’hui cette force dont nous avons tant besoin.

    Et pour cela, je le redis, j’insiste, je persiste, je signe, il faut bannir toute tentatives d’opposer des organisations contre des organisations. des centaines, des milliers de militantes et militants, du PCF, du PG, de Ensemble sont prêts à frayer de nouveaux chemins.

    Bien sûr, les choses ne sont jamais simples.

    il faut se mettre d’accord sur ce qui nous rassemble, sur le terrain, sur des revendications politiques et sur la poursuite du travail autour de "l’humain d’abord". Il ne suffit pas de sauter comme des cabris en criant "6eme république, 6eme république", encore faut-il esquisser des pistes. (lire les ateliers des carnets singuliers sur ce point : http://lescarnetssinguliers.blogspot.fr/ )

    Pour continuer un peu en vrac, et sur les problèmes de fonctionnement. Oui, le PG est jeune, et Ensemble aussi. Les problèmes de structuration sont évidents. Inutile, stupides, débiles d’en faire ses choux gras. Au contraire, militant de Ensemble, je me solidarise de tous mes camarades (et je dis mes camarades au sens FDG) du parti de gauche qui veulent surmonter leurs difficultés. Nous le savons tous. J’ai perso 30 ans de pratiques syndicales et politiques : la pratique démocratique est toujours un combat permanent.

    Alors quoi...?, autour d’objectifs et de principes stratégiques clairs (la rupture avec le PS, c’est le préalable), agissons dans nos villes pour bâtir des initiatives communes.

    Clarifions les points (certains seront polémiques , comme l’euro et la sortie de l’UE - pour ma part je pense que la sortie de l’euro est une boulette politique).

    Mais effectivement, débattons, non pas sur des murs, des sites, des blogs, des trucs virtuels (et surtout pas pour écrire ou publiez des conneries à la santerre).

    Débattons en vrai, en organisant dans nos villes des journées de débats thématiques, des groupes de travail, des éditions de blogs locaux.

    Rassemblons, croisons les expériences. Ne commettons pas l’erreur des grands rassemblements spectacles
    où dans les fait seul(e) les vedettes auto proclamées, les généraux sans troupes mais spécialistes des effets de manches pourraient tenir le haut du pavé...
    Mais ne nous vautrons pas non plus dans le localisme. Quant un rassemblement est constitué localement, il doit lui-même établir ses relations, multiples, avec d’autres collectifs FDG. (communications horizontales).
    Au passage, certains et certaines auront reconnu la vraie notion de fédéralisme. Celui qui organise en partant du terrain, qui unifie sans centraliser ni hiérarchiser.

    Quant au virtuel, il ne peut servir qu’à une chose : faire des contacts qui deviendront ensuite réels.

    Un exemple : aujourd’hui, pas plus le site du PG, du PC que le site d’Ensemble ne sont capables de proposer une liste des collectifs Front de Gauche.

    Agissons, échangeons les informations et pourquoi pas, montons un blog spécialement dédié à la construction, au développement de ces collectifs.

    Il n’y a que cela qui compte, le reste, c’est de la bave de crapaud...(encore une provoc, mais j’aime bien, au moins ca fait le buzz comme on dit aujourd’hui).

    Régis, militant de Ensemble (anti stal, autogestionnaire, fédéraliste, républicain, libertaire, pro féministe, anti raciste, antifasciste, anticapitaliste, socialiste au sens noble et historique du terme, syndicaliste, ... ca c’était pour Martelli).

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 21:42
       
    • Bravo et merci pour ce très bon propos.

      Je souscris totalement.

      J’en profite pour dire qu’il faudrait faire quelque chose pour le FdG du numérique qui semble etre totalement abandonné...
      Autant sur le plan de l’organisation du FdG sur Internet que sur les question lié a Internet c’est un sujet primordial.
      Il faut se mélanger avec les gens de la quadrature du net, de FDN FDDN, des libristes globalement etc

      Ca devrait etre naturel pour certains et pour les autres il faut absolument qu’il y est de la formation !

      anonyme Le 13 juillet 2014 à 01:35
  •  
  • Et la lutte de classes c’est pour quand ?
    N’ y a -t-il pas plus important en ce moment que de se "bouffer" le nez .
    On n’est déjà pas nombreux....
    Avec ce genre de discussion la transformation sociale et "l’humain d’abord" c’est pas pour demain ni après demain !!!
    Encore une fois : Cessez le feu !

    Poupon 06 Le 7 juillet 2014 à 22:51
  •  
  • Je ne suis pas absolument pas d’accord avec vous. *

    Notamment là dessus : "Si nous pouvons espérer construire un nouveau mouvement et une vraie force de rupture, ce sera évidemment en rupture franche et claire avec le PS.
    Et cela quelque qu’en soit le coût électoral dans une première phase. Que l’on perde des maires, des députés, des sénateurs."

    En effet, si l’on fait de la politique c’est pour être au service des Francais. Et ces élus de gauche sont essentiels au niveau local, que ce soit pour voter des mesures de gauche contextuels comme les budgets des cantines ou autres.
    Vous parlez de renouer des liens avec les militants, pour ma part, je prefere renouer les liens avec les Francais.
    Un partis sans élus n’est que poésie.

    Je vous cite encore : "Quant au PCF, les choses sont bien plus compliquées. TRES compliquées.
    Sa stratégie à géométrie variables lors des dernières séquences électorales nous a tous mis dans la m... !"

    Le PCF fait des alliances avec le Ps depuis la fin de la guerre, il me semble, qui ne le savait pas ? Melenchon ? En rejoignant le FDG, rien n’ été précisé là dessus. Je suis donc surpris que l’on en soit surpris au PG. IL n’y avait vraiment pas de quoi en faire un psychodrame. C’est le PG qui a décidé tout seul son autonomie complète, mais le Front de Gauche, c’est un ensemble de partis autonomes qui font ce qu’ils veulent, et c’est très bien comme cà.

    En vous lisant je comprends et respecte votre engagement et je vous sent sincères.
    Néanmoins ce que vous pensez, vous, moi, n’est pas vérité, mais des portions de vérités qu’il faut savoir assembler en s’ecoutant et en se complementant. Et c’est ce qui manque au Front de gauche, actuellement, d’où le but de cette article de Santerre le vilain.

    Bien fraternellement.

    lucide Le 7 juillet 2014 à 23:02
  •  
  • merci lucide d’exprimer exactement ce que je combat aujourd’hui : l’envie de bien rester dans un cartel ! totalement en désaccord avec vous effectivement.
    mais fraternellement

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 23:51
  •  
  • pour poupon : bien sur, la lutte des classes est la première choses. L’ancrage dans les luttes sociales des collectifs est la priorité.

    regis lyon Le 7 juillet 2014 à 23:52
  •  
  • "Le PCF fait des alliances avec le Ps depuis la fin de la guerre, il me semble, qui ne le savait pas ? ", écrit lucide (qui croit l’être !). Et ça va continuer ? Une chose est l’action avec des militants de terrain, associatifs ou syndicalistes, une autre l’alliance électoral(ist)e avec le parti officiel !

    Alors on n’avait qu’à s’adapter à ce que le PCF a l’habitude de faire ? C’est ça leur conception de l’unité d’action ? En réalité, APRÈS la présidentielle de 2012, le P"S" en tant que structure au pouvoir faisant ouvertement une politique de droite, il est évident qu’on ne pouvait plus, qu’on ne peut plus, faire comme AVANT ! C’est cela que les cadres communistes ne comprennent pas, ou font semblant de ne pas comprendre, car tout est bon pour faire croire que la division du FdG est la faute des autres. L’Histoire, ses changements, ses revirements, ça existe, et un parti qui affirme vouloir changer la société doit savoir reconnaître les situations, et modifier sa ligne de conduite en conséquence, quand il s’agit de l’ESSENTIEL ! Déjà après 2005 et les manoeuvres politiciennes qui ont suivi pour contourner le NON des Français au TCE, on pouvait prévoir qu’une alliance avec le P"S", même locale (mais on sait bien que c’est dans les coulisses du "national" que le local se manigance), ne pourrait plus être acceptée par le peuple de gauche et l’ensemble de la population ; et que donc le FN allait apparaître, avec l’aide des médias, comme le seul "fidèle" à la souveraineté populaire et à la lutte anti-austérité !! "Un parti sans élus", on connaît la chanson ! Elu... à n’importe quel prix ? les élus communistes d’aujourd’hui, dans les exécutifs des grandes municipalités, vont être pendant six ans les otages et la caution d’une politique que tout le monde déteste. Ils auront beau promouvoir des cantines, ils n’empêcheront pas les restrictions des budgets locaux, c’est-à-dire la restriction des services publics, les fermetures d’écoles, de centres de soin, de bureaux de poste ; ils seront contraints de voter pour ou de démissionner ; ils auront beau protéger les vieux, ils ne leur rendront pas leurs retraites ! Et ainsi de suite. Ils soutiendront les luttes (et encore...) et auront de quoi payer des tracts à distribuer dans les quartiers, mais qui, dans ces quartiers, les croira sincères, MÊME S’ILS LE SONT VRAIMENT ? Les conditions de vie des gens dépendent de plus en plus de la politique nationale (emploi, salaires, services publics etc.) et non locales, et ils seront vulnérables aux pires arguments démagogiques de l’extrême-droite !

    Régis de Lyon (en vieux militant qu’il est comme moi), ainsi que beaucoup d’autres qui ont réagi depuis le début sur ce blog - a une fois de plus raison : ce qui va compter maintenant, c’est une unité d’action...vraiment lucide, ce sont les débats sur le terrain, dans les comités (où on n’a visiblement pas assez discuté de politique, ni écouté nos concitoyens), et c’est aussi (puisqu’on en est là) l’attitude des élus PCF dans les luttes ! S’ils se démarquent nettement de la gestion néo-libérale des notabilités locales et des conséquences concrètes de la politique d’austérité, on pourra faire avancer les choses, s’expliquer avec les gens. Mais rester dans une ligne d’"union sacrée" avec des élus d’appareil, P"S" ou autres, qui ont clairement montré leur aptitude à s’installer sans complexe dans le "système", c’est l’échec assuré pour la diffusion et la compréhension de nos idées, de notre programme et de nos efforts militants ! Il n’y aura d’unité du FdG que sur la base d’une politique claire, et non du double langage.

    Autrement Le 8 juillet 2014 à 10:17
       
    • Soyons lucide, vous auriez pu sortir Hollande dès les primaires du PS, en prenant position contre lui. MaIs apparement, c’était chose plus aisée que de le laisser passer pour mieux lui taper dessus dans le vain espoir de récupérer les décus du PS. Moi je l’ai lu le programme de Hollande, je suis parti voter aux primaires du PS contre lui. Vous avez tourné la tête pour ne pas voir.

      Et oui, il fallait s’adapter à ses partenaires du FDG, faire fonction de tous avant decider de manière autonome la fracture directe avec le PS dès la première semaine de gouvernance de Hollande. Pour moi il n’y avait aucuns doutes sur les alliances avec le PS pour les municipales.
      Vous avez tourné la tête pour ne pas voir.

      Maintenant nous sommes tous d’accords, le PS fait une politique de droite, et encore, ne prenons pas les francais pour des imbéciles. Il y a eu 60 000 embauches de fonctionnaires, des contrats d’avenirs, du RSA pour les moins de 25 ans, des fonds dans la formation, le mariage, homo, tout cà , c’est pas une politique de droite. Maintenant economiquement, oui, il rejoint la droite, il n’y a aucuns doutes là dessus, mais j’ai du mal à admettre que vous soyez surpris. Il suffisait de lire le programme de Hollande.

      Et maintenant, c’est quoi la suite, on ne change rien ? On laisse monter le FN en criant partout que c’est la faute au PS ? On reste "droit dans ses bottes" (expréssion que j’execre dans sa psychorigidité) ; on continue cette stratégie d’isolation du FDG ? On va droit vers le mur. On a déjà perdu la moitié de nos députés, on a perdu pleins de conseillers dans les mairies, et vous pensez que les gens vont vous rejoindre sur le fait qu’on ne collabore pas avec le PS ? Apparement, cà n’a pas l’air de marcher.
      Mais vous tournez la tête pour ne pas voir.

      Prôner et militer une politique encore plus à gauche ne veut pas dire taper sur ses collègues au pouvoir, au risque de faire passer la droite ou l’extrême droite.

      Les francais se fichent comme de l’an 2000 de ces histoires de tensions entre partis, ils veulent des solutions concrètes à leurs problèmes. Qu’on parle du programme pas des autres partis.

      Et maintenant c’est quoi la suite ? On continue cette stratégie ? Un PS à moins de 20 %, un FDG qui s’ecroule vers les 6, 8 %. Ce qui est annoncé là, c’est un grand retour de la droite ou de l’êxtreme droite au pouvoir en 2017. Qu’est ce qu’on fait ? On laisse faire en restant droits dans ses bottes, ce qui serait l’ultime trahison au monde ouvrier ; (VOUS NE POURREZ PAS DIRE QUE VOUS N ETIEZ PAS PREVENU) où on change de stratégie, on tente de réunir une gauche unie, tous ensemble et on gagne en 2017 ?

      Fraternellement.

      lucide Le 8 juillet 2014 à 14:50
    •  
    • Mais lucide, ça n’aurait pas été différent avec Martine Aubry. Pourquoi donner encore plus d’argent au PS juste pour aller voter pour Aubry qui appartient à la même famille politique qu’Hollande ? Ca ne tient pas débout tout ça...

      Michel E. Le 8 juillet 2014 à 15:25
    •  
    • 1 euro, c’était le prix pour sortir Hollande.

      lucide Le 8 juillet 2014 à 17:53
    •  
    • @lucide plutôt 373 370 euro supplémentaires au PS, et pas grand chose en retour...

      Michel E. Le 8 juillet 2014 à 19:04
  •  
  • Ras le bol du monopole "Michel E" . C’est çà l’organisation que voulez ? des dizaines de propos tendencieux , d’arguties , d’insultes (l’allusion à la gestapo )

    Il y a de quoi être inquiet . Je ne suis pas sûr qu’on puisse rester dans la même organisation .

    Un membre d’Ensemble, Front de Gauche.

    cok-cinelle Le 8 juillet 2014 à 16:01
       
    • Ras le bol que l’on m’instrumentalise - moi citoyen engagé non-militant - pour attaquer des militant du FdG. Je ne fais pas partie de l’organisation du FdG, merci.

      Vous faites référence à ces mots que j’ai écrits :

      "A noter d’ailleurs que, paradoxalement, les arrondissements UMP ne sont plus forcément les pires sur certains points : dans le XVIème par exemple, on flique peu les RSAstes, comparé aux arrondissements du nord et de l’est parisien où là la Gestapo municipal PS-PCF se déchaîne."

      Si vous avez du mal avec ça, je ne sais pas trop ce que vous avez à faire dans une discussion politique, en tout cas pas située à gauche.

      Michel E. Le 8 juillet 2014 à 16:12
  •  
  • @lucide : ce que vous décrivez, c’est la ligne de Robert Hue. Alors, c’était la bonne ? Et il aurait fallu participer aux primaires "socialistes" ? mais il faut être un vrai gogo pour se laisser prendre à ce spectacle à l’américaine ! Et comme il a déjà été dit, c’est le PS en tant que structure politique complète et intégrée qui a viré à droite, et non le seul Hollande-Valls. Martine Aubry, fille de Delors et euro-libérale convaincue, n’aurait pas fait grand chose de mieux ! Aurait-elle refusé que le budget français soit soumis à Bruxelles ? Les prétendus affligés rose-vert de l’AN le feraient-ils, oseraient-ils infléchir la main de fer de Shultz et Junker, comme se l’imagine G. Filoche ? Vos grands amis "de gauche" viennent encore de voter contre le peuple, en acceptant de voter le paquet-sécu, comme ils ont voté le paquet-ferroviaire et le budget rectificatif ! Les "affligés" rose-verts se sont à peine abstenus, et encore, pas tous... Pourtant G. Filoche leur avait bien expliqué qu’ils ne risquaient rien à voter contre. Et vous croyez que le bon peuple ne voit pas toutes ces dérobades ? C’est avec ces gens-là que vous espérez tenir tête à la droite et au FN ? Avec votre raisonnement et vos accusations de sectarisme devenues largement obsolètes, ils ont déjà gagné ! Oui, le FdG ne sera capable d’être crédible et de mobiliser le peuple, - ce qui est sa seule raison d’être (je dis bien le peuple, les quartiers, les abstentionnistes, pas les bobos parisiens), - que s’il tourne une bonne fois le dos à la politique de tous ces politiciens enfin démasqués ! Nos institutions sont pourries, quiconque s’en accommode désormais est condamné aussi à moisir sur place s’il ne s’insurge pas clairement ; exigeons une Constituante et une VIe république, popularisons-la auprès de nos concitoyens en même temps que la défense de nos droits sociaux, appliquons la stratégie qui correspond à notre programme, et non à une vague plate-forme superficielle rosâtre-verdâtre qui ne tiendra jamais le coup sous la poussée déjà effective de la droite et de l’extrême-droite. Nous avons de quoi convaincre les associatifs, les syndicalistes, les militants sincères de toute les bonnes causes (et non les notables carriéristes ou blasés). Refusons leurs prétendues "réformes" qui ne sont que l’indigne liquidation finale du CNR. Alors seulement les luttes sociales, sans lesquelles il est impossible de gagner, pourront prendre tout leur sens et tout leur essor, parce qu’il y aura en vue une vraie issue politique de lutte contre le capitalisme prédateur, et non une pauvre combine de plus entre VIP.

    Autrement Le 8 juillet 2014 à 18:47
       
    • Je vous cite : "Oui, le FdG ne sera capable d’être crédible et de mobiliser le peuple, - ce qui est sa seule raison d’être (je dis bien le peuple, les quartiers, les abstentionnistes, pas les bobos parisiens), - que s’il tourne une bonne fois le dos à la politique de tous ces politiciens enfin démasqués ! "

      Bon, cà fait deux ans qu’on critique la politique des politiciens, qu’ont ape sur le PS pour bien se demarquer de lui. Et les coups de balais ; etc ...

      quel résultats avons nous ? Arrivons nous à mobiliser le peuple ?

      Non. Les déçus s’echappent ailleurs. Et le FN explose.
      Donc vous le voyez bien, cà ne marche pas !!!!

      lucide Le 8 juillet 2014 à 19:30
    •  
    • Et des primaires, on en aurait bien besoin au front de gauche. Certains ne sont pas convaincus par Melenchon. C’est bien pour un parti qui prétends redonner le pouvoir au peuple de déjà pouvoir choisir son representant. Cà fait plus sérieux.
      Cordialement.

      lucide Le 8 juillet 2014 à 19:33
    •  
    • @lucide Le problème est justement le manque de cohérence entre les paroles de Mélenchon et du PG, et le comportement du FdG. Le FdG est illisible, et c’est surtout le PCF et Ensemble qui sont responsables de cette situation (à cause de leur racolage actif pour le PS). Après, bien sûr, toutes les composantes pourraient faire mieux, notamment vis-à-vis de l’UE. Aux européennes, au manque de clarté vis-à-vis du PS a été ajouté le manque de clarté vis-à-vis de l’UE.

      Et des primaires n’arrangeraient rien : on voit ce que ça donne aux Etats-Unis, en Italie et en France même (les primaires sont plutôt un bon moyen d’augmenter l’influence de l’argent et la corruption dans la politique et, plus largement, dans la société : un cadeau royal aux lobbies). C’est grâce aux primaires qu’Hollande est devenu président.

      Michel E. Le 8 juillet 2014 à 20:42
  •  
  • " Bon, cà fait deux ans qu’on critique la politique des politiciens, qu’on tape sur le PS pour bien se démarquer de lui. Et les coups de balais ; etc ...quel résultats avons-nous ? Arrivons nous à mobiliser le peuple ?" dit encore @lucide@ (qui l’est de moins en moins !)

    Si une partie du FdG ne se démarque pas du PS, comment voulez-vous que le peuple nous croie et se mobilise ?
    Et le PS, depuis combien d’années il est là, est-ce que "ça marche" ?
    Et le PCF, depuis encore plus longtemps qu’il est là, et malgré toutes nos luttes, de programme commun en alliances renouvelées avec le PS (qui se présente contre lui partout où il peut !!) est-ce que "ça marche" ?

    Vous n’avez répondu à aucun de nos arguments, vous vous contentez de contredire en vous précipitant pour répondre n’importe quoi. Donc pour moi terminus, je vous quitte, bonsoir et faites de beaux rêves : je n’essayerai plus de vous réveiller, peut-être un jour, j’espère, la lucidité vous reviendra.

    Je vois par ailleurs que R. Martelli s’est mis aux lectures de vacances et s’est retiré dans un coin de la page avec ses drapeaux rouges, laissant l’archiduc Rodolphe (Santerre) au beau milieu de l’accueil du site. Alors à son intention ainsi qu’à Clémentine, je dédie ce texte d’un autre historien, Claude Mazauric (qui avait même paru dans l’Huma, mais apparemment on ne l’a pas entendu !) :
    http://www.legrandsoir.info/municipales-quelle-strategie-pour-le-front-de-gauche.html
    En voilà un qui était vraiment lucide !

    Autrement Le 8 juillet 2014 à 22:12
  •  
  • Un peu de bon sens :
     Si un journal de la presse dite "bourgeoise" illustrait un article "de fond" sur le PCF avec la photo d’un pépé s’appuyant sur une canne, que penserait Marie-George Buffet ?
     Jean-Luc Mélenchon a réalisé le meilleur score du Parti communiste à une élection présidentielle depuis Georges Marchais en 1981 !!! certain-e-s semblent l’avoir déjà oublié...
     Jean-Luc Mélenchon était-il LA SEULE tête de liste du Front de Gauche aux européennes ? Et les autres ? Leurs responsabilités ? On n’en saura rien.

    L’article de "Sans-Terre" est politique, militant. Il engage TOUTE la rédaction de Regards jusqu’à présent.

    Rafik T. Le 9 juillet 2014 à 11:05
       
    • Et il a encore fait le meilleur score du FdG... Et le deuxième meilleur score était aussi une tête de liste PG !

      Michel E. Le 9 juillet 2014 à 11:58
  •  
  • Puisque le débat s’engage (parfois) sur l’analyse de la dernière séquence électorale, je tiens apporter ma pierre à l’édifice.

    Sur l’indépendance face au PS : il est en effet difficile de comprendre la décision du PC parisien de partir avec le PS dès le 1er tour dans une ville si symbolique. A sa décharge cette décision est le résultat d’un vote des camarades et le fait d’avoir siégé avec le PS à la mairie pendant des années peut aussi justifier cette position.
    Je tiens aussi à dire que la ligne du PG pendant cette période n’a pas été des plus claire : dire très fort qu’on est indépendant du PS tout en sachant très bien qu’il faudra s’allier avec lui au 2ème tour pour avoir des élus. L’indépendance et l’autonomie sont donc toutes relatives.

    Sur les européennes : mettre la pression comme l’a fait le PG en se retirant de la GUE à un moment décisif pour porter la campagne, honnêtement je ne comprends pas. De plus le temps qu’il a fallu pour qu’un accord aboutisse a clairement cassé la possible dynamique de campagne.
    Je m’explique : dans ma ville, le choix avait été FDG autonome au premier tour des municipales, après on voit en fonction du rapport de force les alliances possibles pour que nos voix et nos choix soient représentés. La campagne s’est bien passée, organisée et dynamique. Le fait que l’accord des européennes ait été trouvé près d’un mois après les municipales a clairement cassé cette dynamique : cela a été très difficile de repartir, la campagne a été très courte. Cela est d’autant plus dommage que personne n’a fait campagne pour les autres listes (contrairement aux municipales où c’était la "guerre").

    Alors je veux bien que certains analysent cette séquence non satisfaisante comme étant de la seule responsabilité du PC au regard de leur vécu local.
    De mon côté, où la ligne FDG autonome est défendue, je suis plus nuancé et trouve que l’attitude du PG a aussi participé aux résultats décevants.

    Quand on regarde les résultats des européennes, c’est le résultat de la gauche en général qui fait peur : environ 25% au niveau national en comptant le PS comme un soit disant parti de gauche...
    Quant au résultat du NPA, on voit aussi l’échec d’une ligne d’opposition totale et complètement indépendante du PS.

    Je ne pense pas que la solution soit aller à chercher avec le NPA, EELV ou le PS frondeur. Il me semble que les citoyens en ont mare de la politique d’appareil, du "mercato" politique, du jeu de postures.
    Je pense qu’il faut en effet mettre en avant l’autonomie du FDG face au PS tout en ciblant nos attaques sur le système électoral : car si nous voulons avoir un tant soit peu d’élus pour porter les luttes dans les différentes assemblées, le système institutionnel actuel fait qu’une alliance à un moment donné avec le PS est difficilement inenvisageable.
    Bref sur la forme je préconise de toujours partir de façon autonome au PS. De ne s’allier que sur des contenus clairs ; ou bien si le contenu n’est pas satisfaisant de s’allier en disant clairement que nos élus garderont leur liberté de vote. Sinon pas d’alliance.
    Sur le fond, l’angle d’attaque doit être la VIème République : il faut un projet fédérateur au-delà des logiques d’appareil. Cela permet de dénoncer les dérives de notre système actuel (politique, économique, médiatique etc.) tout en proposant aux citoyens de s’engager sur un projet concret.

    Enfin une dernière réflexion : les débats sur la nature du FDG, les responsabilités etc. ne servent qu’à diviser. Rappelez-vous le débat sur l’identité nationale...
    Ce qui compte c’est le projet et le chemin pour le mettre en œuvre.
    Du passé, faisons table rase !
    Fraternellement.

    Flutiot Le 9 juillet 2014 à 13:03
       
    • Je pense qu’un NPA contre l’UE aurait eu un meilleur score.

      Sinon, c’est un peu trop facile de dire "un peu la faute de X, un peu la faute d’Y, un peu la faute de Z, ..."

      Les européennes semblent bien indiquer que les gens préfèrent une tête de liste PG à une tête de liste PCF ou Ensemble. L’intéressant c’est de se rapprocher des gens. Le but c’est d’unir le peuple, pas d’unir des partis.

      Michel E. Le 9 juillet 2014 à 13:24
    •  
    • Michel, c’est pas plutôt dire "c’est uniquement la faute d’untel" qui est facile ?
      Quant à vos propos sur l’unité, laissez-moi rire ! Je vous cite : "Les européennes semblent bien indiquer que les gens préfèrent une tête de liste PG à une tête de liste PCF ou Ensemble"...
      Vous semblez oublier que les partis sont eux-mêmes composés de "gens".
      Sinon je faisais justement une proposition pour dépasser ce cadre.

      Flutiot Le 10 juillet 2014 à 12:10
  •  
  • Je ne suis qu’un simple adhérent du parti de Gauche et laissez-moi vous dire que ce genre d’articles n’est pas pour donner l’ image d’ un parti qui se veut de gauche . Continuez comme çà et vous donnerez des voix à marine le Pen . Je ne pense pas que ce soit le but recherché , aussi il y a lieu de vous recentrer sur nos objectifs et ce dans les meilleurs délais , car plus vous attendrez plus vous perdrez d’adhérents .
    Amicalament .

    Lineand Le 10 juillet 2014 à 17:45
  •  
  • Il y a des réactions étonnantes parce que ce qui serait étonnant est que le PG n’ait pas une chute d’adhérents.

    Un parti qui a une dynamique a une vague d’adhérents, ce fut le cas du Modem après la présidentielle de 2007, des Verts après les municipales et des régionales de 2009 et de 2010, du PG après l’excellente campagne présidentielle qu’avait faite Mélenchon en 2012, les perd quand cette dynamique se perd dans le ronron du quotidien.

    Le Modem a ainsi vu bien de ses adhérents partir, idem pour EELV.

    D’une part la défaite n’attire pas et d’autre part ceux qui adhèrent dans l’enthousiasme d’une dynamique qui mène à un succès électoral ne voit pas forcément cet enthousiasme dans la vie quotidienne d’un parti qui souvent ne ressemble pas aux idéaux et à la convivialité affichée, les échecs électoraux qui donnent l’impression qu’on perd son temps ne poussent pas non plus à réadhérer. S’y ajoutent les inévitables divergences politiques et la même erreur que ce qui a en partie coulé le Modem, un parti centré sur une personne aux dépens de la démocratie interne.

    Le PG n’a pas su faire prospérer son succès de 2012, déjà la fin de la campagne présidentielle centrée sur le FN était une erreur, la campagne à Hénin-Beaumont réduisant l’acquis de la présidentielle, une ligne politique globale, à une lutte anti FN, Jean-Luc contre Marine, était une autre erreur, le positionnement ensuite ne fut qu’une longue série d’erreurs qui ont fait fuir l’électeur et qu’on ne peut attribuer aux seules divergences avec le PC sur les municipales.

    Le PG est entre autre victime de ce qui avait été son atout, la part de l’électorat du PG de la présidentielle qui aurait tout aussi bien pu voter écolo ne peut que fuir devant les positions de politique étrangères de Mélenchon, que ce soit le Tibet, le chavisme inconditionnel ou les déclarations sur l’Ukraine.

    Pierre Minnaert Le 12 juillet 2014 à 22:50
       
    • "Le PG n’a pas su...", "le PG est victime"...Le Modem, la présidentielle...Vous raisonnez en termes d’instances institutionnelles et de relations politiciennes, en faisant abstraction de la réalité politique, des luttes, de la concurrence et du rôle des media dans le maintien acharné du "système" (bi-partisme au service du capitalisme financier, verrouillé par le FN).

      Les prises de position de Mélenchon en politique étrangère sont plus droites et plus nuancées que celles des autres : il a raison, tant sur Chavez que sur le Tibet et sur l’Ukraine, et il est loin d’être seul sur cette juste ligne d’opposition à l’OTAN et à l’impérialisme des USA (voyez sur ce sujet les nombreux dossiers et documents sur le site du Grand Soir). Sa seule erreur était la Libye, et encore, cela se discute.

      La vérité, c’est qu’après vous êtes servi de Mélenchon (du moins c’est ce dont vous croyez pouvoir vous flatter), vous voulez vous en débarrasser, car bien qu’il y ait beaucoup de bon aussi ailleurs, parmi les militants divers, seul le PG en tant que parti, représente pour le moment une ligne politique juste et mobilisatrice. C’est pourquoi les installés dominants voudraient le réduire au silence, au profit de combinaisons variées entre VIP. Mais vous aurez du mal à vous débarrasser tant de l’écosocialisme que de la lutte des classes et de l’Humain d’abord.
      (signature : 25 ans de militantisme PCF jadis + syndicalisme + sans carte de parti).

      Demain c’est le 14 juillet, Constituante, VIe République, tous à la Bastille !

      Autrement Le 13 juillet 2014 à 10:11
  •  
  • En France,il y a 1100000 d’élus.
    Seulements,parmi ces 1100000,4300 sont élus du FDG dont 4250 du PCF.
    A observer les comportements des patrons du PG et du PCF,c’est un miracle que 0.39 % des élus de la république la plus à gauche du Monde soit du FDG.
    Sur ce blog,aucune mention n’est faite sur les élections et la manière d’avoir des élus.
    Les thèmes de Nation,sécurité sociale,retraite par répartition,CMU,allocations chômages,études gratuites ,chômage,croissance,discriminations anti-laïcité,démocratie,politiques locales bref tout ce qui touche les gens,ne sont pas traités.
    Dans ces conditions ne soyez pas étonné que des intervenants coupés des réalités parfois pervers ou des névrosés,s’en donnent à coeur joie dans les commentaires...Quant à JLM ,lisait sa biographie ,vous en apprendrez bien plus que sur ce blog ,sur son appétit de pouvoir personnel.
    JLM sait décérebrer à son profit ses partisans.
    Il suffit de lire certains commentaires sur ce blog pour s’en rendre compte.
    Après une carrière de ministre et sénateur PS,il s’est fait réélire par l’électorat PCF(le seul qui compte en dehors du PS) pour dézinguer ce parti dès le lendemain de son élection.
    Le personnage de Santerre devait être démasquer,pour instruire les militants.
    Gramsci disait :’la vérité est révolutionnaire’.
    L’ex-Santerre et les illuminés qui le suivent n’auraient jamais du oublier cette formule libératrice.
    Un jour ou l’autre,la vérité émerge.

    alain Le 15 juillet 2014 à 08:26
       
    • "il s’est fait réélire par l’électorat PCF(le seul qui compte en dehors du PS) pour dézinguer ce parti dès le lendemain de son élection."

      Mélenchon n’a rien fait pour "dézinguer" le PCF, au contraire, le PCF était quasiment mort avant d’avoir une dernière chance (ratée il semblerait) via le FdG : Mélenchon leur a plutôt permis un bref sursis.

      Michel E. Le 15 juillet 2014 à 09:12
  •  
  • @Alain : "Sur ce blog,aucune mention n’est faite sur les élections et la manière d’avoir des élus.
    Les thèmes de Nation,sécurité sociale,retraite par répartition,CMU,allocations chômages,études gratuites ,chômage,croissance,discriminations anti-laïcité,démocratie,politiques locales bref tout ce qui touche les gens,ne sont pas traités. "

    Tous ces sujets sont traités dans le programme du PG, sur son site, et dans l’Humain d’abord, dont vous ne paraissez pas très familier. Evidemment, ils ne sont pas abordés ici, puisqu’il s’agit de la contribution de R. Martelli, qui parle lui-même d’autre chose, et qui n’a d’yeux que pour ce qui se passe de façon si pittoresque à l’intérieur du PS. Quant à Rodolphe Santerre, auteur-pseudo de l’article malhonnête sur la "Tempête au PG" (malencontreusement publié par Regards sous couleur de journalisme critique !), oui, c’est en effet le sujet : le personnage est bien démasqué, et vous achevez vous-même l’opération en étalant au grand jour l’état d’esprit qui l’anime.Vous vous réclamez de Gramsci, Hollande offre bien des fleurs à Jaurès...

    Autrement Le 15 juillet 2014 à 12:41
       
    • Il y a 2 ans je quittais mes fonctions électives et le PG et faisais part de la même analyse que celle que je viens de lire sur votre blog.
      Ce n’était pas un caprice enfantin, mais bien une rupture avec un parti pseudo démocratique, pseudo de gauche, pseudo... tout. J’ai subi de nombreuses insultes et agressions physiques et verbales de la part des militants du PG téléguidés par le national parce que j’avais l’esprit rebelle et que je croyais bon de susciter le débat et formuler des objections.
      Le PG n’a toujours été et ne sera toujours qu’un outil faire-valoir de JL Mélenchon. Cet homme qui me disait les yeux dans les yeux "si je suis élu on quitte l’UE. ET NON je n’appellerai JAMAIS à voter pour le PS". On voit comment cet homme tient ses promesses.
      Quant à certains de ses lieutenants, ils ne voulaient qu’être califes à la place du calife et étaient prêt à tuer le père pour engranger l’héritage.
      Quel soulagement pour moi, après les avoir vu agir de près et de l’intérieur de constater qu’ils avaient finalement pris une sacrée branlée aux élections. Car ces gens ne sont pas au fond ce qu’ils disent. Mais simplement des être au fonctionnement totalitaire qui auraient pu être bien pires encore que ce que nous combattons aujourd’hui.

      Les "militants Debase" étaient sincères et y on cru. Ils ont été tellement bien manipulés, pris dans une spirale d’optimisme et d’espoir. Tout ceci n’est pas leur faute. Ils en sont les premières victimes.
      Que Corinne Morel-Darleux quitte le PG est la meilleure des choses à mes yeux. Mais pour aller où ? avec qui ? faire quoi ?
      Dans les couloirs, on susurre que le patriache va rendre son tablier. Voilà donc la fin annoncée qui s’approche à grands pas.

      Votre article me fait du bien. Contrairement à ce que me clamaient les lieutenants et premiers couteaux, ce n’est pas la folie qui m’envahissait, mais bel et bien de la clairvoyance.

      Et tout ceci sans dire que cet appareil n’était sans doute qu’un outil monté de toutes mains par certains pour capter l’électorat de gauche au bénéfice du PS. MAIS CHUUUTTTTT vous pourriez me qualifier de mauvaise langue...

      Rebel Le 15 juillet 2014 à 17:47
    •  
    • @"Rebel" Au moins vous n’utilisez pas "Santerre" comme pseudo. Mais comment savoir que vous n’êtes pas une seule et même personne ?

      Michel E. Le 15 juillet 2014 à 18:31
    •  
    • @Rebel : vous êtes mal informé (malgré votre lecture assidue de Regards), Corinne Morel-Darleux a quitté le Bureau national et le Secrétariat national du PG mais elle n’a pas démissionné du Parti de Gauche dont elle reste membre.

      Sinon pour celles/ceux que ça intéresse, l’hebdomadaire Le Point parle de "Rodolphe Santerre" de la rédaction de Regards ici : http://www.lepoint.fr/politique/universite-d-ete-du-ps-le-parti-de-gauche-persona-non-grata-15-07-2014-1846317_20.php

      Rafik T. Le 15 juillet 2014 à 19:22
    •  
    • Mille excuses, "Rodolphe Santerre" dans Le Point, c’est là http://www.lepoint.fr/politique/le-parti-de-gauche-ronge-par-la-desertion-de-ses-militants-12-07-2014-1845585_20.php (article du 12 juillet 2014)

      Rafik T. Le 15 juillet 2014 à 19:27
    •  
    • C’est vrai que Nathanaël Uhl est un "bon candidat"...

      Michel E. Le 16 juillet 2014 à 08:46
  •  
  • Y en a marre du Mélencho-kommandoBLogs qui fait régner la terreur ici.
    Et Pascale léouannic,l’ex-de Mélenchon qui quitte sans faire de bruit la direction du PG,écoeuré par les larmes de crocodile de son ex-Mélenchon ?
    avons nous le droit d’en parler ?
    et laurence Pache,la conseillère régionale qui comme Corine Morel quitte la direction du PG ,elles aussi écoeurées ?
    Et Dolez,Desbon qui ont déjà quitté parcequ’ils n’en pouvait plus de Mélenchon ?
    et les affaires de Périgueux,de Toulouse où tous les groupes fondateurs locaux du PG ont été marginalisés,écoeurés et mis hors PG ?
    Sommes nous encore en république lorsque les membres du Mélencho-kommandoBLogs sévissent comme nous le constatons sur ce blog ?

    Rebel Le 16 juillet 2014 à 10:16
       
    • On en parle si on parle de l’alliance Clémentine Autain/UMP dans le 93 (communauté d’agglomération Terres de France).

      Je rappelle qu’Alain Lipietz a à juste titre été exclu d’EELV pour avoir scellé une alliance avec l’UMP et l’UDI au 2nd tour des municipales contre une municipalité communiste...

      Bien à vous,

      Rafik (EELV, ex-PG) Le 16 juillet 2014 à 11:23
    •  
    • @Rebel Il me semble qu’il y a quelque chose de disproportionné dans votre réaction. Ni moi, ni Rafik faisons partie du PG, nous ne sommes pas "des militants du PG téléguidés par le national". Simplement, nous vivons dans une démocratie, et chacun est libre de s’exprimer. Et je vais continuer à m’exprimer librement malgré votre pression pour me faire taire.

      Michel E. Le 16 juillet 2014 à 12:26
  •  
  • Oui à la liberté totale d’expression mais la répétition ad nauseam des mêmes arguments,c’est vraiment pénible ;marre de ta magouille scribouillarde ,monsieur Michel EEEEEE ?

    cok-cinelle Le 16 juillet 2014 à 20:42
  •  
  • Surtout, l’auteur ne veut-il toujours pas expliquer pourquoi le choix du pseudonyme Santerre ? Car oui, la liberté d’expression peut à mes yeux être restreinte quand on devine, ne serait-ce que par ce choix, une intention personnelle de nuire...

    L’effrontée Le 17 juillet 2014 à 15:49
  •  
  • Santerre était une façon d’avancer masquer.Par ce pseudonyme choisit par Mélenchon ,il manigançait contre le PCF déjà,il y plus de 45 ans à l’aide de l’OCI,financée par la CIA,via FO.
    J’encourage tous les lecteurs Mélenchonno-crédules,à lire sa biographie..
    Ne vous laissez plus berner par Santerre à la recherche d’un ’fief’ perso..

    éric Le 20 juillet 2014 à 20:14
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?