Accueil > Politique | Par Catherine Tricot | 14 novembre 2014

PCF : Pierre Laurent veut remporter « l’étape nouvelle »

Le Parti communiste tenait ce week-end sa convention nationale. Cet inter-congrès a été l’occasion pour quelques centaines de militants de travailler en ateliers les grands sujets d’actualité… et de peaufiner la position politique des communistes.

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vouloir ou non l’union de toute la gauche, telle était la question sur toutes les lèvres des huit-cents délégués réunis dimanche à Montreuil lors de cette convention. Et ce fut chaud.

Pierre Laurent, le secrétaire national, a ouvert les journées par un subtil argumentaire, plein de circonvolutions et d’ambiguïtés censées marier l’impossible : rassembler toute la gauche et prendre acte que la politique gouvernementale n’était pas de gauche. L’orateur semble croire à la possibilité d’inverser d’ici 2017, le cours de la gauche.

« Un immense effort de rassemblement politique »

« Si nous voulons éviter le retour combiné de la droite et de l’extrême droite du Front national, lui (Manuel Valls) et son gouvernement devront laisser la place. C’est sans attendre que nous voulons travailler à une nouvelle majorité de gauche, un nouveau contrat de transformation sociale, écologique et démocratique, qui devra être mis en œuvre par un nouveau gouvernement et un nouveau premier ministre (…). Cette situation extrêmement dangereuse nous appelle au déploiement d’un immense effort de rassemblement politique pour une alternative de gauche capable de remettre en conquête les nombreuses forces disponibles laissées en friche par le pouvoir actuel. (…) C’est donc à une étape nouvelle, quantitativement et qualitativement nouvelle, de la démarche que nous avions engagée en créant le Front de gauche que nous sommes appelés. Une étape dans laquelle il nous incombe de prendre pour notre part en charge l’avenir de la gauche tout entière et pas seulement de la partie de la gauche que nous constituons. »

Cette analyse est en parfaite cohérence avec l’action qu’il a déployée pour aller à la rencontre des socialistes désemparés. Si, globalement, cette recherche de dialogue avec les socialistes était faiblement mise en cause jusqu’au mois d’août, elle est aujourd’hui l’objet d’un grand scepticisme. Et cela s’est entendu dans les très nombreuses interventions de militants qui exprimaient leur volonté de rupture avec le PS.

À l’image de Bob Injey l’ancien secrétaire fédéral des Alpes-Maritimes, membre du secrétariat national du parti : « Fin août et en septembre, Pierre a eu raison d’engager une démarche ouverte. Il faut continuer, mais en même temps cela met en évidence les limites du phénomène des frondeurs. 220 députés ont tout voté. Cela n’est pas étonnant : le PS assume son virage social-libéral, latent depuis des décennies. La réalité, c’est que l’essentiel des socialistes ne sont plus au PS, c’est à eux qu’il faut s’adresser en priorité maintenant. »

Des alliances désormais impossibles avec le PS ?

L’analyse du phénomène des frondeurs a été l’une des clés du débat : ouvre-t-il ou non une perspective nouvelle à gauche ? Dans son intervention, le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, prend ses distances avec l’idée d’une nouvelle perspective : « L’abstention des députés socialistes frondeurs sur le budget 2015 et le projet de loi de financement de la sécurité sociale est un entre-deux qui ne correspond pas au niveau de riposte nécessaire face à la saignée de la dépense publique et sociale et un projet de société porté par Valls qui s’attaque aux valeurs républicaines et solidarité et de fraternité. » (lire aussi "À quoi servent les frondeurs ?")

Concrètement, face à la déculottée programmée en mars lors des élections territoriales, faut-il ou non miser sur des tickets avec le PS ? Nullement tétanisé par la menace d’une élimination de la gauche et de duel FN-droite, Bob Injey affirme « avoir des candidats qui portent une alternative et s’opposent à l’austérité est incompatible avec des alliances avec des responsables locaux du PS qui soutiennent, activement ou honteusement, la politique du gouvernement ». « Cela peut paraître évident, mais c’est mieux en le disant », conclut celui qui ne se fait par ailleurs « aucune illusion sur le prochain congrès du PS », précisant : « Avec Jean-Christophe Cambadelis à la manœuvre, ce congrès sera à l’image d’un congrès de la MNEF : bétonné et verrouillé. »

La journée s’achevait sans que les lignes ne bougent. Pierre Laurent concluait ces assises par un discours fleuve sur les mesures d’un gouvernement de gauche, perspective qu’il croit encore possible, d’ici 2017.

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Pour faire simple, la direction du PCF reste assise dans l’entre eux. Sur le terrain et dans le concret, nous allons assister de sa part à une stratégie de l’éventail. Dans chaque canton (et régions) ce sera à chacun selon ses besoins stratégiques locaux.

    Le Front De gauche reste plus que jamais divisé pour la simple raison que le PCF ne veut pas rompre son lien ombilical avec PS (qui n’est qu’un lien nourricier), les uns vont aller avec les frondeurs et autres soi disant opposants internes du PS (il y aurait déjà des négociations en ce sens), les autres iront avec le FDG comme pour les municipales.

    Résultat prévu, nous allons cette fois ci (et pour de vrai) assister à un véritable choc. A quelle hauteur ? Nous ne le savons pas encore mais nous le sentons bien arriver.

    Dans tout les cas et pour beaucoup d’entre nous, il n’y aura plus jamais de Front Républicain ou vote utile, au 1er et second tour.

    rody Le 14 novembre 2014 à 17:49
       
    • Procès d’intention,

      leon Le 14 novembre 2014 à 21:38
    •  
    • En quoi le vote utile ou le front republicain est il responsable de la mediocrité de nos resultats electoraux ?

      Pour ma part, je ne laisserai jamais passer la droite ni l’extreme droite dans ce pays.

      Si nous n’arrivons pas à convaincre, c’est de notre responsabilité. Pas de celle du vote utile ou du FR.

      bdpif Le 19 novembre 2014 à 01:06
  •  
  • Pierre Laurent ne croît pas une seconde à la possibilité d’inverser la tendance sociale-libérale du PS d’ici 2017 .
    Cette Conférence Nationale a vu se déployer un florilège de discours qui ne mangent pas de pain, donnent l’illusion de la diversité féconde, du débat "riche" où tout le monde voit midi à sa porte...pour finir par laisser la porte ouverte à tous les "arrangements entre bons amis" (comme le dit JLM dans son dernier post sur son blog) ...exactement comme aux municipales...

    Avec de tels alliés, les autres composantes du FDG n’ont vraiment plus le choix que d’aller "à un véritable choc" : il y va de la crédibilité de la gauche de transformation sociale.

    Dominique FILIPPI Le 14 novembre 2014 à 23:15
       
    • Ce sera OU Mélenchon OU Laurent ...pour faire simple...il n’est plus possible de rester dans un entre-deux qui ne ressemble à rien !

      Dominique FILIPPI Le 14 novembre 2014 à 23:35
  •  
  • Tant que le P.C.F. fera la" course aux élus"...rien ne sera possible avec la vraie gauche..que nous sommes ! Il faut rendre le pouvoir au peuple....Oui à la 6° république

    J.PETITJEAN Le 15 novembre 2014 à 09:33
  •  
  • Le réformisme des socialistes a toujours mené à la collaboration avec la droite. C’est toute l’histoire du PS depuis 1920, elle se concrétise aujourd’hui dans sa démarche sociale libérale, pour faire court : antisociale, austéritaire, bref de droite... Quelle est donc cette bizarre illusion qu’entretiennent les communistes de croire que le PS est de gauche ? Ou alors, plus grave, les communistes sont-ils devenus réformistes eux aussi ? Oui, je pense que cela va jusque là. Reste à savoir ce qu’en pensent les adhérents... La réponse est de clairement affirmer la rupture avec le réformisme, de la rupture avec le capital, de se donner les outils pour changer complètement de politique et en premier lieu une Constituante pour l’avènement d’une 6e république. Réunir toutes les forces de gauche, mais pas sur n’importe quel projet. Le programme "l’humain d’abord" est-il tombé aux oubliettes au PCF ?

    max Le 15 novembre 2014 à 14:15
  •  
  • Le Front de Gauche est mort, et Pierre Laurent le confirme
    stratégie différente, voire opposée maintenant
    jetant le trouble dans l’opinion
    ce mouvement n’est plus perçu comme un recours, s’il l’a jamais été perçu ainsi
    les communistes qui suivent Laurent se fourvoie et sombreront avec le navire PS qui prend l’eau de toutes part quand la droite sera revenue au pouvoir si ce n’est l’extrême droite, il sera bien tard pour retrouver un peu de lucidité

    tchoo Le 15 novembre 2014 à 20:43
  •  
  • On va décidément pas pouvoir faire autrement que de les boycotter avec leurs potes aux élections départementales et régionales. Juste une remarque : non seulement les frondeurs sont ultra-minoritaires, non seulement ils s’abstiennent au lieu de voter contre, mais en plus ils sont d’accord avec l’austérité qu’ils ne remettent pas en cause dans son principe (mais uniquement dans ses modalités qu’ils jugent trop brutales). Ça va être intéressant de voir comment la direction sortante va gérer la rupture politique qu’elle va provoquer tant au sein du pcf qu’au sein du front de gauche (au nom du rassemblement de toute la gauche, ça va sans dire !). Et surtout comment vont réagir les communistes de gauche à la nouvelle trahison qui se profile. Quand on dit intéressant c’est uniquement pour le fun car politiquement ça n’a pas grande importance vue l’influence politique respective des deux versants de cette taupinière.

    ARDUS Le 16 novembre 2014 à 14:37
       
    • Le pb avec les communistes encartés qui ne sont pas pour autant plus ou moins communistes que toi et moi c’est qu’ils fonctionnent affectivement et non rationnellement. Le sentiment d’appartenance et de solidarité de groupe surdétermine, par delà les divergences verbalisées, le plus souvent dans le non dit, leur comportement. La direction du pcf sait faire avec ...et à la fin ce sont toujours les intrigues d’épicerie qui l’emportent. Il n’y a plus rien à attendre de ce côté là...

      Dominique FILIPPI Le 16 novembre 2014 à 19:32
  •  
  • Encore un site Regards infecté dans ses commentaires par le néo gauchisme libertaire ambiant ...La stratégie de Laurent est peut être molle dans la forme , mais elle a le mérite de poser la question de la masse et du rassemblement

    Pendant ce temps là , la Marseillaise ( journal proche du PC , 70 ans d’ âge , et dont je suis abonné depuis 10 ans ) est en train de rentrer en redressement judiciaire

    je doute que le PG et Ensemble aient des organes de presse de masse à nous proposer pour s’ opposer au torrent néo libéral et à l’ offensive idéologique très forte des Zemmour Soral et Compagnie

    Où en est le mouvement pour la 6ème République ?

    Quelle fraction de la population connait l’ existence et la signification de l’ organisation politique Ensemble ?

    Allez je vais relire quelques pages de la France périphérique de Guilluy pour comprendre la victoire du Front national dans ces terres là .

    Triste époque !

    THIERRY HERMAN Le 16 novembre 2014 à 21:49
       
    • Perseverare diabolicum !

      Dominique FILIPPI Le 16 novembre 2014 à 22:52
    •  
    • Il ne faut pas s’en faire pour Dominique Filippi.Il est obsessionnel et pollue les commentaires depuis plus d’un an.C’est un ancien prof de collège,agrégé à la retraite,bien plus riche que la plupart d’entre nous.Il a profité du statut des fonctionnaires mis en place par Maurice Thorez,de la retraite à plein pot,laissée en place par Hollande.
      Il pourrit le site en couvrant de M....,tout communiste qui se manifeste sur ce site.. Son but ,saquer le PCF ,à longueur de commentaires.

      elsa Le 20 novembre 2014 à 07:35
  •  
  • @elsa Le 20 novembre à 07:35
    SUITE DU POST D’ELSA
    çà serait bien que Regards instaure un modérateur anti pollution.

    Dominique FILIPPI Le 20 novembre 2014 à 08:03
       
    • J’attends depuis un an une argumentation sur le fond. Je pense que tu es quelqu’un d’honnête, voulant autant que moi ou d’autres que la justice sociale triomphe, Je pense aussi que ta réponse est représentative de tout ce que la gauche doit abandonner si elle veut se déployer à nouveau .

      En effet, il suffit de piocher dans les quelques lignes que tu viens d’écrire pour se rendre compte de l’épaisseur du mur de Berlin encore inconsciemment présent dans ta tête comme dans celles de tous ceux qui sont venus sur ce blog défendre le double discours...sans d’ailleurs s’en rendre compte...Côté cours,on négocie avec le plus possible de notables du PS et côté jardin on déclare qu’il n’y aura plus jamais d’accords avec les dirigeants socialistes soutiens du pouvoir actuellement en place.

      Il semble d’ailleurs que cette stratégie rencontre quelques succès momentanés puisque JLM dans son dernier blog semble absoudre Laurent de toutes ses turpitudes passées...à moins que ce ne soit que tactique...ce que je souhaite...car j’ai l’intime conviction que les marchandages d’arrière-salle d’épicerie vont continuer...

      Si je reprends ton texte :

       "C’est un ancien prof de collège"( ...tiens...si je faisais une fiche sur cet insulteur du pcf... )

       "bien plus riche que la plupart d’entre nous"...(je n’ai aucune preuve de ce que j’avance mais un zeste d’ouvriérisme ne fera pas de mal pour marginaliser cet hérétique obsessionnel et pollueur )

       la meilleure pour la fin..." son but,saquer le pcf" ( pour moi Elsa "saquer" la direction du pcf, c’est saquer le pcf tout entier ).

      J’espère que tu seras un jour capable d’en finir avec ton mur de Berlin dans la tête.

      Une bonne nouvelle pour toi...j’interromps pour quelques mois ma participation au blog...

      Dominique FILIPPI Le 20 novembre 2014 à 11:53
  •