Accueil > Société | Par Sophie Courval | 4 février 2014

Que contenait le texte de loi sur la famille ?

François Hollande en a décidé ainsi. Le projet de loi sur la famille devra malheureusement rester dans les tiroirs, avant peut-être de terminer carrément à la poubelle. Nous y avons jeté un oeil.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Un statut de beau-parent

Parce qu’aujourd’hui un enfant sur quatre vit dans une famille recomposée, le texte de loi prévoyait enfin la création de nouveaux « outils juridiques » pour reconnaître le rôle du beau-parent dans l’éducation des enfants et lui accorder des droits comme par exemple celui de signer des papiers administratifs ou médicaux.

Le contrat de coparentalité

Les histoires d’amour finissent mal, en général, et il est parfois très difficile pour les parents de se mettre d’accord sur les modalités de la séparation (mode de garde, pension alimentaire, etc). La loi envisageait donc de développer la médiation familiale afin d’aider les parents séparés et en conflit à rédiger un contrat de coparentalité, ensuite validé par un juge.

Favoriser l’adoption simple

Les 150 000 enfants placés dans les foyers ou les familles d’accueil devront encore attendre avant de pouvoir bénéficier de l’adoption simple. Celle-ci leur aurait permis d’avoir d’être adoptés sans pour autant rompre le lien juridique avec leurs parents biologiques.

La prémajorité pour les ados

Le texte ambitionnait de nouveaux droits pour les adolescents, notamment de leur accorder une prémajorité à 16 ans afin qu’ils puissent par exemple créer une association.

Filiation

Connaître le dossier médical de ses géniteurs ? Lever le voile sur sa conception ? La loi sur la famille prévoyait de faciliter la recherche des origines aux enfants nés sous X. Eux aussi, devront attendre.

PMA et GPA

Rien… Et c’est fort dommage. Même si l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux lesbiennes était une promesse du candidat Hollande, elle ne figurait pas à l’ordre du jour de la loi. Les féroces partisans du papa-maman pour tous avaient déjà fait reculer le gouvernement sur le sujet depuis longtemps. Quant à la gestation pour autrui (GPA), elle n’a jamais été prévue au programme.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ben oui, c’était la priorité sociétal !. Le mariage homosexuel n’ intéressa que 7000 couples en 2013.
    Manque de communications , je ne sais pas ...
    je n’écoutes plus ni radio depuis la fin de la guerre du Viet-Nam, ne regarde plus la Télé depuis la rigueur de Mitterrand et la presse depuis fin 89.

    Menteur un jour, menteur toujours François...

    Dans un projet de cette qualité ,il faut être honnête avec son peuple, ne pas le tromper... Même une ouvrière comprend un projet parental, elle le vie. Même un moins que rien se posera la question de filiation...
    Mélanger le tout avec Wilhelm-Reich...
    Triste période où nos dirigeants "socialistes" sont des criminels de guerre

    ganek Le 6 février 2014 à 19:55
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?