• | 31 octobre 2014 |
  • Contact
  • S'abonner aux flux RSS de Regards
  • Suivre Regards sur Twitter
  • S'abonner à la page Facebook de Regards

Trimestriel

Découvrez le sommaire du numéro d’Automne...  
Liste points de vente
Si vous avez choisi le prélèvement bancaire comme moyen de paiement, Regards vous informe que vos prélèvements seront effectués prochainement au format SEPA.
Regards - Automne 2014

 

Accueil du site > Politique

Temps de parole : BFM, la part belle au FN

Par Pierre Martini| 18 mars 2014
Temps de parole : BFM, la part belle au FN
 
  • Réagir
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les chiffres du CSA pour les quatre premières semaines de la campagne des municipales suggèrent que les chaînes d’information ont une conception particulière de la représentation des formations politiques. En particulier pour BFM TV avec le Front national…

C’est avec un joli lapsus que le CSA présente les relevés de temps de parole sur son site : « Les prochaines émissions municipales ont lieu en métropole et en outre-mer les 23 et 30 mars 2014 ». C’est aussi sur cette même page que l’instance propose au téléchargement les "relevés de temps de parole" concernant ces élections, répartis en trois types de média : chaînes d’information, chaînes généralistes, radios généralistes.

Précisons qu’il existe deux types de relevés de temps de parole : ceux des « représentants des partis politiques qui s’expriment sur les enjeux nationaux des élections municipales » et ceux des « candidats qui s’expriment sur les enjeux qui concernent leur circonscription électorale ». Seuls les premiers sont publiés, mais comme l’indique le CSA, « dans les deux cas, les chaînes de radio et de télévisions veillent à ce que le traitement de l’actualité électorale respecte le principe d’équité ».

Or, le cumul des relevés publiés pour les chaînes d’information, sur la période du 10 février au 7 mars, indique des déséquilibres très marqués entre les principales formations, le plus remarquable d’entre eux étant un Front national qui culmine à… 43% de temps de parole sur BFM TV (et qui figure aussi en bonne place sur i-Télé et LCI avec respectivement 15,1 et 19%). Un score d’autant plus étonnant que le FN n’est présent que dans moins de 60% des villes de plus de mille habitants. On laisse à l’appréciation des lecteurs les parts des autres partis.

Cliquez ici pour agrandir l’image

Bien sûr, au 7 mars, il restait seize jours pour que les chaînes rééquilibrent ces comptes, et ces chiffres ne portent donc que sur les prises de parole "nationales" sur les municipales, pour des durées assez limitées. Mais après quatre semaines de campagne la répartition est pour le moins troublante. « À l’occasion de chaque transmission, le Conseil intervient auprès des chaînes lorsqu’il constate des déséquilibres », nous indique l’instance. On regardera donc avec curiosité ses prochains bulletins.

P.-S.

Le blog Medialand sur le site du Monde a mis en ligne un article visant à "décoder" – pour reprendre un terme en vogue – les informations de notre article. Toutefois, la plupart des précisions et pondérations apportées… figuraient déjà dans notre texte : en particulier la distinction entre temps de parole des « représentants des partis politiques qui s’expriment sur les enjeux nationaux des élections municipales » et des « candidats qui s’expriment sur les enjeux qui concernent leur circonscription électorale », ainsi que le temps relativement limité du minutage concernant BFM TV (moins d’une heure, comme indiqué également sur l’infographie – mais tout de même sur quatre semaines), ou encore le fait que la chaîne avait encore deux semaines pour respecter ses obligations.

Si Medialand a le mérite d’expliquer le temps de parole du FN par un reportage sur ses "candidats malgré eux" dans lequel Marine Le Pen et Florian Philippot se sont exprimés, il aurait été judicieux, de la part de l’auteur, de ne pas s’arrêter à notre titre.

  • le FN est une création d’abord médiatique. C’est un peu comme le Tour de France, ça sert a occuper l’espace médiatique avec le "maillot jaune électoral".
    Sur le terrain le FN peine à trouver des candidats (voir tous ces candidats bidon insrits à leur insu !).
    La gauche (FdG) et l’extrême-gauche (LO, NPA) pourtant réussissent à présenter de nombreux candidats. Alors que c’est extrêmement pénalisant dans sa vie professionnelle d’être "googlisé" en rouge. On peine à imaginer. Mais les gars et les filles y vont.
    Pour le FN, c’est plus un vote protestataire que militant : les gens ne se mouillent pas.
    D’ailleurs on notera que le FN n’a quasi pas progressé depuis son irruption en 1988 : 14,8% - en 1995 : 15% - en 2002 : 19,2% (MNR inclus) - en 2012 : 17,9%. Voilà pour les présidentielles.

    On voit que tout cela est entretenu pour faire diversion et détourner les gens de la gauche progressiste qu’on s’emploie à ignorer et diviser.
    Si on aditionne : 6%PG + 6%EELV + 6%PCF + 6%gauche du PS = ça donne 24% ! Et ça sans aucune dynamique encore ! Et dans l’ignorance médiatique.

    Le FN s’apprête à s’unir à l’UMP dans plusieurs communes au second tour. Où est donc le "vote antisystème" ? Ce qu’on sait, c’est que "l’homme d’affaire" de Cahuzac n’était que le copain de table de Marine Le Pen. Tout ça est une vaste comédie.

    Charlène Le 20 mars à 02:54
  •  
  • Avec le PG il n’y a pas de surprise à attendre , au second tour ils se désistent pour le ps et même l’ump . Par contre pour le fn on connait à l’avance leur maitien au second tour s’il dépasse les 10% . Par contre si le PG arrivait devant le PS ou l’UMP , il n’y aurait pas de leur part un désistement pour le PG .

    l’antonien . Le 20 mars à 17:00
       
    • GROS TROLL , le PG qui se désiste au second tour pour l’UMP ??? des exemples ?
      Plus le Parti de gauche est fort , plus ils obligent le centre gauche PS a faire une politique sociale...Plus le FN est fort , plus on a droit a une politique communautaristes de français de souche sans avenir , dans la mesure ou la France NE PEUT VIVRE EN AUTARCIE, même avec l’UE

      Trollkiller Le 21 mars à 08:28
  •  

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

e-mensuel
Octobre
picto Abonnez-vous ! Soutenez-nous !

S’abonner pour faire vivre Regards

Regards, c’est un trimestriel papier, un e-mensuel et un site Internet.

En vous abonnant à Regards, vous recevez une revue de 150 pages, vous téléchargez notre mensuel numérique et vous accédez gratuitement aux archives du site.

Soutenez une autre vision de la politique et du débat d’idées, et rendez possible un média différent qui fait vivre des journalistes salariés, des pigistes, des photographes, des illustrateurs...

Qui sommes nous ?